Je ferme !

Cela fait bientôt 4 ans que je retranscris l'Actu Pénitentiaire sur ce blog. Une intention qui n'avait (et n'a toujours) qu'...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

samedi 22 avril 2017

Prison de Fleury-Mérogis. Les surveillants stoppent leur mouvement

Les surveillants de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis ont annoncé ce vendredi la suspension de leur mouvement de protestation lancé il y a deux semaines, après avoir notamment obtenu des engagements en matière d'augmentation du nombre de surveillants et de baisse du nombre de détenus.

Les surveillants de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis ont annoncé ce vendredi la suspension de leur mouvement de protestation lancé il y a deux semaines.

Le mouvement avait démarré après l'agression de six gardiens de la prison, la plus grande d'Europe, et culminé le 10 avril lorsque 350 d'entre eux avaient bloqué l'accès à la maison d'arrêt.

vendredi 21 avril 2017

L’Etat attaqué en justice pour réduire le nombre de détenus à la prison de Fresnes En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/04/20/l-etat-attaque-en-justice-pour-reduire-le-nombre-de-detenus-a-la-prison-de-fresnes_5114493_1653578.html#rVvKwRQrJsdd7TXr.99

Le tribunal administratif de Melun est saisi après les rapports alarmants du Contrôleur des prisons et du Comité européen pour la prévention de la torture.

La prison de Fresnes, le 20 septembre.

Jusqu’où la justice administrative peut-elle tirer les conséquences de la situation dramatique de certaines prisons ? C’est la question soumise, vendredi 21 avril, par la section française de l’Observatoire international des prisons (OIP) au tribunal administratif de Melun au sujet de la maison d’arrêt pour hommes de Fresnes (Val-de-Marne).

Joux-la-Ville : un détenu met le feu à sa cellule, le quartier d'isolement évacué

Un détenu du centre de détention de Joux-la-Ville a tenté de mettre le feu à sa cellule, mercredi 19 avril, vers 21 h 30. 

Un détenu de 25 ans a tenté de mettre le feu à sa cellule, dans le quartier d'isolement du centre de détention de Joux-la-Ville, mercredi 19 avril, vers 21 heures.

"Il a incendié son matelas et de la fumée s'est propagée dans le quartier d'isolement", indique le directeur de l'établissement pénitentiaire, Francis Gervais.

Le personnel pénitentiaire ultramarin manifeste à Paris contre "la dégradation des conditions de travail"

À l'appel du syndicat FO pénitentiaire le personnel ultramarin a manifesté ce jeudi à Paris devant les locaux de la direction de l'administration pénitentiaire.

Manifestation du personnel pénitentiaire ultramarin © TDB

Leurs revendications : une politique pénitentiaire égale entre l'Hexagone et les Outre-mer et une meilleure gestion des congés bonifiés.

jeudi 20 avril 2017

Val-d'Oise : un surveillant de prison agressé à la maison d'arrêt d'Osny

Un surveillant de la maison d’arrêt d’Osny dans le Val-d’Oise a été agressé mercredi matin.

© PhotoPQR/LeParisien/MaxPPP

Celui-ci se trouvait dans un bâtiment "unité de vie", lorsqu’il a été pris à partie par un détenu, raconte une source syndicale. La situation aurait ensuite dégénéré.

Des détenus du Havre participeront à l'élection présidentielle

Certains détenus du Centre pénitentiaire du Havre (Seine-Maritime) vont voter dans le cadre de l’élection présidentielle.

© MaxPPP

Contrairement à une idée largement répandue, les détenus incarcérés en maison d’arrêt ou centre de détention, ont la possibilité –légale – de voter.

Le directeur de la prison de Villefranche soupçonné d'avoir frappé un détenu menotté

C'est une scène surréaliste, violente et inédite qui a été rapportée par deux camps.


Le 12 avril dernier, un détenu doit être transféré de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône. Menotté, Ahmed L. se rebelle. Il est, selon le Progrès, connu pour être ingérable, il avait même été tasé après avoir entendu son verdict - 12 ans de prison - car il faisait du grabuge dans son box.

mercredi 19 avril 2017

Etats-Unis : 37 ans après, le meurtrier du petit Etan condamné à 25 ans de prison

Après 37 ans d'enquête et deux procès, un jury de l'Etat de New York s'était finalement mis d'accord en février en désignant Pedro Hernandez comme le meurtrier du petit Etan Patz en 1979.

Cet homme aujourd'hui âgé de 56 ans a été condamné mardi à une peine minimum de 25 ans de prison. L'épilogue d'une des plus mystérieuses et traumatisantes affaires de disparition d'enfant que l'Amérique ait connue.

Châtenoy-le-Royal - Future prison : le site a été déplacé

Le site de la future maison d’arrêt de Châtenoy-le-Royal a été déplacé. Il a simplement traversé la route, l’éloignant un peu plus des habitations.
Le site de la future maison d’arrêt de Châtenoy-le-Royal pourrait se situer désormais à côté de l’entreprise Comeca, juste en face de l’ancien site dans la zone de la Garenne.  Photo Grégory JACOB
Marie Mercier, sénatrice-maire, et Christophe Sirugue, secrétaire d’État, ont annoncé le déplacement du site de la future maison d’arrêt de Châtenoy-le-Royal.

Le torchon brûle entre l’administration pénitentiaire et le Genepi

L’administration avait décidé d’amputer de près de la moitié la subvention annuelle de l’association d’étudiants. Le ministre de la justice est intervenu pour faire marche arrière.

Il aura fallu l’intervention du ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas, pour que la direction de l’administration pénitentiaire revienne, mardi 18 avril, sur sa décision de réduire de 42 % la subvention accordée à l’association d’étudiants Genepi (sigle de Groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées).

mardi 18 avril 2017

Fresnes, 2 556 détenus... et combien de rats ?

Les rapports accablants pour la maison d'arrêt du Val de Marne se succèdent mais rien ne change. L'Observatoire international des prisons (OIP) assigne à nouveau l'État en référé.

Fresnes, vue des coursives supérieures

Après la contrôleure générale des prisons en novembre, c'est le Comité européen pour la prévention de la torture (émanation du conseil de l'Europe) qui a dénoncé le 7 avril"les mauvaises conditions de détention, associées à la surpopulation et au manque d'activités".

Libéré après sept ans, il est interpellé sur le parking de la prison

Il avait tout juste eu le temps de goûter à la liberté...

Photo d'illustration AFP

Jeudi, Emerik, jeune homme de 26 ans, a été libéré de la prison de Liancourt après sept ans de prison pour braquages.

lundi 17 avril 2017

Seine-Maritime : un détenu en fuite après s'être échappé de l'hôpital psychiatrique

Admis vendredi dans un hôpital psychiatrique, ce détenu de 32 ans est porté disparu. Il est activement recherché par la police.


Admis vendredi soir à l'hôpital psychiatrique de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), un détenu en provenance de la prison de Val-de-Reuil (Eure) s'est échappé quelques heures après son entrée.

Etats-Unis: l'Arkansas suspend huit exécutions

La nouvelle avait choqué le monde : l'Etat de l'Arkansas, dans le sud des Etats-Unis, devait exécuter huit condamnés entre le 17 et le 27 avril.


Les prisonniers viennent toutefois de bénéficier d'un sursis, après la décision d'une juge fédérale de suspendre leur exécution.

Nantes. Un détenu signalé avec une arme : l’administration pénitentiaire met 3 jours avant de fouiller le centre de semi-liberté

Mardi 11 avril, un détenu signale à son juge d’application des peines qu’un des codétenus aurait une arme au centre de semi-liberté, avenue de la Close au nord de Nantes (pont du Cens).


Malgré l’urgence du signalement, l’administration pénitentiaire, prévenue dans la journée, va se hâter lentement.

samedi 15 avril 2017

À Seysses, «une agression qui fait craindre le pire…»

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas à la Maison d'arrêt de Seysses, à moins que l'événement heureux et héroïque que nous relations voici 48 heures dans nos colonnes, ne soit qu'un peu de bleu dans un ciel tout noir…

À Seysses, «une agression qui fait craindre le pire…»

Car ce dont témoigne l'Entente syndicale du Centre pénitentiaire fait froid dans le dos.

Orvault. Empêché de taguer la cour de l’établissement pénitentiaire, un détenu tabasse un surveillant

Après l’émeute évitée de justesse, la tension ne semble pas retomber à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) d’Orvault.


En effet, jeudi 13 avril, vers 16 heures, un surveillant a été sauvagement agressé dans la prison pour mineurs.

vendredi 14 avril 2017

Je ferme !

Cela fait bientôt 4 ans que je retranscris l'Actu Pénitentiaire sur ce blog. Une intention qui n'avait (et n'a toujours) qu'un but : vous ré-informer le mieux possible et de manière objective sur ce qui se passe au sein de l'Administration Pénitentiaire.


Au moment où j'écris ces lignes, nous sommes à environ 963 000 pages vues. C'est à dire à quelques encablures du Million !

Devant la prison de Villepinte, le grand ras-le-bol des surveillants

Une soixante d’agents pénitentiaires ont bloqué jeudi matin la maison d’arrêt pour protester contre leur condition de travail dans l’un des établissements les plus surpeuplés de France.

A Villepinte, jeudi.

Des palettes brûlent à l’entrée de la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), à quelques mètres des pelouses sur lesquelles broutent des moutons noirs.

Prisons : le grand malaise des gardiens

Alors que le taux d’occupation dans les prisons françaises bat des records, le personnel pénitentiaire manifeste cette semaine pour dénoncer ses conditions de travail, qu’il juge alarmantes.

Hier matin, une soixantaine de surveillants ont bloqué l’accès à la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), dont le taux d’occupation a atteint 201  % fin mars.  Photo AFP

« Ça fait des années qu’on manifeste, il y a un ras-le-bol collectif », affirme Erwan Saoudi, délégué FO pénitentiaire. Cette semaine, les surveillants de prison ont bloqué successivement la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, la plus grande d’Europe puis celle de Villepinte, hier.

Deux surveillants agressés par un détenu au Pontet

Mercredi, un gardien a été violemment frappé au visage et l'un de ses collègues blessé par le même prisonnier. L'homme sera jugé aujourd'hui.

Faits divers - Justice - Deux surveillants agressés par un détenu au Pontet

L'heure n'est pas encore au blocage comme à Fleury-Mérogis ou Villepinte, mais il n'empêche, les surveillants du centre pénitentiaire du Pontet espèrent "la plus grande fermeté de la justice" après l'agression dont ont été victimes deux des leurs.

jeudi 13 avril 2017

Rennes: Un détenu condamné pour une prise d’otage à la prison

Un homme de 32 ans était jugé mardi à Rennes pour une prise d’otage au centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet.

Le centre pénitentiaire des hommes à Vezin-le-Coquet, commune limitrophe de Rennes.

Les faits s’étaient déroulés le 2 février dernier. Emprisonné depuis 2005 pour une tentative de meurtre, l’individu avait ceinturé une infirmière avant de la menacer avec un morceau de miroir brisé placé sous la gorge, rapporte Ouest-France.

Nantes - Aucun détenu ne sera affecté au centre de semi-liberté, jugé "dangereux"

Le bâtiment, décrépi, attend d’être reconstruit depuis des années. Mais aucun chantier n’a encore été lancé. 

Le ministère de la Justice avait acquis cette ancienne maison de chasse en… 1970.           

Côté pile, le bâtiment a encore un peu d'allure.

Mais côté face, la façade part en lambeaux. De nombreux étais soutiennent les fenêtres, qui ferment mal. « Et à l’intérieur, les toilettes, situées au bout du couloir, obligent à laisser les portes ouvertes la nuit », rapporte un familier des lieux.

Riom - un détenu a mordu à la cheville un surveillant pénitentiaire

Un détenu a mordu un agent pénitentiaire au mollet lors d'une commission disciplinaire.

Riom : un détenu a mordu à la cheville un surveillant pénitentiaire

Jeudi dernier, un détenu était convoqué à une commission de discipline, à la prison de Riom, pour dégradations et insultes.

Villepinte - Les surveillants bloquent les accès de la prison pour protester contre la surpopulation carcérale

Ils demandent notamment un « désengorgement immédiat des établissements de région parisienne »….

Prison de Villepinte. Illustration.

Après les surveillants de Fleury-Mérogis, c’est au tour des gardiens de la prison de Villepinte (Seine-Saint-Denis) d’exprimer leur mécontentement en bloquant ce jeudi matin les accès au centre pénitentiaire.

mercredi 12 avril 2017

Au Mans, l’agresseur d’une surveillante de prison condamné à 3 mois

Parce qu'il voulait être conduit à l'isolement, un détenu de la maison d'arrêt de Coulaines a saisi par le col une surveillante pénitentiaire.

Un détenu a saisi par le col une surveillante pénitentiaire de la maison d'arrêt de Coulaines. Il a été condamné à trois mois de prison ferme.

Il a été condamné, ce mardi 11 avril, à trois mois de prison ferme.

Il réclamait un café à la surveillante pénitentitiaire de la maison d’arrêt de Coulaines. En vain. Lorsque la gardienne est arrivée, l’homme âgé de 24 ans l’a agrippée par le col.

Villeneuve-lès-Maguelone - quatre gardiens blessés

Quatre gardiens, dont une stagiaire ont été blessés ce mardi par des détenus, à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone. Tous sont en arrêt de travail jusqu’à nouvel ordre.


Ils vont déposer plainte après avoir consulté aux urgences du CHU de Montpellier.
Ce matin, un surveillant a été blessé, alors qu’il séparait deux détenus qui se battaient. Cet après-midi, c’est au 1er étage d’un des bâtiments que les choses ont mal tourné.

Un détenu fiché S frappe un surveillant pénitentiaire de Nuutania

40 mois de prison supplémentaires pour un détenu fiché S. C'est sa 18e condamnation.

© Patita Savea ; Polynésie 1ère

Lundi 10 avril il a comparu pour avoir de nouveau frappé un surveillant du centre pénitentiaire de Nuutania.

Fleury-Mérogis : l'État annonce le transfert de 350 détenus d'ici l'été et des investissements supplémentaires

Le directeur de l'administration pénitentiaire, Stéphane Bredin, s'est engagé à plusieurs évolutions, à court et moyen terme, auprès de l'intersyndicale de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), qu'il a rencontré mardi 11 avril.

Des détenus marchent dans la cour de la prison de Fleury-Merogis (Essonne), le 29 octobre 2015.

La situation s'éclaircit pour les gardiens de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, dans l'Essone. Le directeur de l'administration pénitentiaire, Stéphane Bredin, a rencontré l'intersyndicale de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, dans l'Essonne, mardi 11 avril, a annoncé un communiqué du ministère de la Justice.

mardi 11 avril 2017

Orvault - Un détenu de 15 ans incendie sa cellule

Samedi, vers 21 h, « un détenu, grand voyageur de la pénitentiaire, connu pour ses multiples agressions à l'encontre des personnels », a allumé un feu dans sa cellule à l'établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) d'Orvault, selon un communiqué de Force Ouvrière.

D'après le syndicat, le jeune homme de 15 ans aurait ensuite refusé d'obtempérer et agressé des surveillants venus pour circonscrire l'incendie.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...