-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

mardi 31 décembre 2013

Alençon - les 2 preneurs d'otages sont tranférés

Les 2 détenus qui ont pris un surveillant en otage, ce lundi soir 30 décembre au centre pénitentiaire d'Alençon, sont transférés.

 
Après la prise d'otage d'un surveillant, ce lundi soir, par 2 détenus du centre pénitentiaire d'Alençon/Condé-sur-Sarthe, le préfet de l'Orne et la procureur de la République d'Alençon ont annoncé ce mardi matin dans un communiqué le transfert des 2 prisonniers vers d'autres centres.

Les 2 hommes ont tous 2 eu des parcours pénitentiaires émaillés d’incidents, et leur action de lundi soir, adossée à des motifs futiles, ne semble pas avoir été improvisée.

Suicide en prison du père qui avait égorgé ses enfants

Interpellé samedi 18 mai à Lyon, Julian Stevenson, de nationalité britannique, avait été mis en examen après avoir avoué le meurtre de ses deux enfants alors qu'une procédure de divorce conflictuelle sur la question de leur garde était en cours. Il s'est donné la mort par pendaison lundi en prison.
 
Le double meurtre avait eu lieu au domicile du père. © France 3 Rhône-Alpes
 
"Il s'est pendu dans une salle de sports réservée aux détenus à l'isolement", a précisé le Parquet de Lyon, "à l'aide des agrets qui servent à la musculation". L'action publique s'éteint avec le décès du suspect.

Prison de Borgo - une surveillante agressée par un chien des stups

Une opération de contrôle des stups réalisée récemment à la maison d'arrêt de Borgo aurait pu connaître des conséquences dramatiques.

Prison de Borgo : une surveillante agressée p - 23842527.jpg
 
Fort heureusement, la victime s'en tire avec des blessures assez légères mais néanmoins dommageables dans la mesure où elle a été atteinte au visage.
Les parloirs font l'objet de contrôles, plusieurs fois par an, par des équipes spécialisées dans la recherche de produits stupéfiants, une procédure courante effectuée avec le concours d'un chien renifleur.

Alençon - La prise d’otage est terminée

La prise d’otage est terminée au centre pénitentiaire d’Alençon - Condé-sur-Sarthe.

Le surveillant retenu en otage depuis 16 h 45 a été libéré vers 20 h 50.
 
Le surveillant pris en otage par deux détenus depuis la fin d'après-midi a été libéré, à l'issue des négociations entamées.
 
Choqué, le surveillant a été pris en charge par les secours. Selon une source syndicale, les détenus lui auraient fait consommer de la drogue et ingurgiter des fruits macérés.

Alençon - Centre pénitentiaire : pris en otage, le surveillant relâché

Un surveillant, qui était retenu en otage par deux détenus ce lundi soir à la maison centrale d’Alençon, a été relâché sain et sauf après l’intervention d’une équipe spécialisée.

 Les deux détenus, armés d’un couteau artisanal, avaient pris le jeune surveillant en otage, à 16 h 46, dans une salle de cours, située dans la zone dite « sociale » de la prison

Les détenus demandaient leur transfèrement dans un autre centre pénitentiaire.

lundi 30 décembre 2013

Prise d'otage à la prison d'Alençon - Les équipes d'intervention viennent d'arriver

Deux détenus armés de couteaux artisanaux retiennent en otage un surveillant au centre pénitentiaire d'Alençon - Condé-sur-Sarthe. Les équipes d'intervention sont arrivées il y a quelques minutes.
 
photo depuis 16 h 46, deux détenus de la maison centrale d'alençon - condé-sur-sarthe retiennent un surveillant en otage. armés de couteaux artisanaux, ils demandent à changer de prison.

Les syndicats avaient donné l'alerte

Il y a dix jours, les syndicats exprimaient leur inquiétude pour la période des fêtes dans Ouest-France.

Le 18 décembre, une soixantaine de surveillants de la maison centrale d'Alençon - Condé-sur-Sarthe manifestaient dans les rues d'Alençon pour dénoncer leur sentiment d'insécurité, lié, disaient-ils alors au manque d'effectif. «Il n'y a que deux agents par étage alors qu'il en faudrait quatre», expliquait un représentant du personnel.

Alençon - un surveillant pris en otage à la prison

Les équipes d'intervention et de sécurité de l'administration pénitentiaire étaient en route en route en cette fin d'après-midi pour Alençon (Orne).
 
Deux détenus armés de couteaux qu'ils ont fabriqués retiennent en otage un surveillant la prison d'Alençon - Condé-sur-Sarthe.
 
Depuis 16h46, deux détenus retiennent en otage un surveillant de la prison d'Alençon - Condé-sur-Sarthe.

Les faits se sont produits dans les «quartiers sociaux» du centre pénitentiaire où se situe la bibliothèque, selon des informations de Ouest-France.
 
Les deux hommes sont passés à l'action, munis de couteaux de fabrication artisanale.

Béziers - ils voulaient jeter des téléphones dans la prison

C'est en effectuant une ronde que les surveillants ont découvert un drôle de manège autour de la prison. Trois jeunes gens tentaient de faire passer des téléphones portables neufs par le mur de la prison.

Les mis en cause voulaient escalader le mur de la prison pour lancer les téléphones dans la cour.
 
L’année 2013 aura été particulièrement mouvementée autour de la prison du Gasquinoy entre évasion ratée, introduction de stupéfiants et agressions d’agents, notamment. Et dans la nuit de vendredi à samedi, un nouvel incident a certainement été évité. Vers 0 h 20, les surveillants ont remarqué une agitation inhabituelle aux abords du centre pénitentiaire. Par précautions, ils ont appelé la police. Bien leur en a pris puisque les fonctionnaires ont interpellé trois jeunes hommes.

Des détenus à Luynes sortent un album de rap

Loin des rimes de certains rappeurs qui de la prison n'ont eu que des échos souvent déformés, la Shtar Academy (le shtar est le mot "urbain" pour qualifier la prison) chante ce qu'elle vit

Actualités - Des détenus à Luynes sortent un album de rap
Mirak, Badri et Likma, lors d'un concert à la prison en juin denier, seront les pionniers du genre.
 Ces textes-là transpirent le vrai. Ces mots, en plus de parler de la taule, sont nés et ont été enregistrés entre les murs de la maison d'arrêt de Luynes. C'est là que ce projet, une première en France, prend tout son sens. Car, loin des rimes de certains rappeurs qui de la prison n'ont eu que des échos souvent déformés, la Shtar Academy (le shtar est le mot "urbain" pour qualifier la prison) chante ce qu'elle vit.

Seine-et-Marne - arrêtés alors qu’ils allaient livrer du cannabis en prison

Un contrôle de gendarmerie inopiné les a empêchés d’arriver à leur but.
 
Les gendarmes ont arrêté deux individus qui roulaient à bord d’un Renault Espace sur la RN4 à hauteur de Beton-Bazoches (Seine-et-Marne).
 
Samedi matin, vers 9 h 30, deux individus qui roulaient à bord d’un Renault Espace ont été arrêtés sur la RN4 à hauteur de Beton-Bazoches. Sur ces deux hommes âgés de 21 et 22 ans, habitants respectivement les Hauts-de-Seine et Paris, les militaires ont découvert plus de 200 g de résine de cannabis.                                        

dimanche 29 décembre 2013

IMPORTANT: Parution ce jour des Décrets relatifs à la Réforme Statutaire des Personnels de Surveillance

Les Décrets relatifs à la Réforme Statutaire du Corps d'Encadrement et d'Application du Personnel de Surveillance sont parus au Journal Officiel ce 29/12.
 
La Parution de ces Décrets au J.O. était indispensable afin de mettre officiellement en route la revalorisation du statut des Surveillant(e)s initiée par l'UFAP/UNSa Justice.
 
Comme il est stipulé sur le texte, la nouvelle grille des salaires sera applicable au 1er Janvier 2014.
 
(Rechercher en date du 29/12/13 bien que le texte soit du 27/12/13)

samedi 28 décembre 2013

Il mord un surveillant de prison à Nice: trois mois ferme

C'est une fâcheuse habitude en milieu carcéral : passer ses nerfs sur les surveillants de prison. Parfois en les insultant. Parfois en les frappant. Et parfois même en les mordant. Un cas de figure inhabituel, qui a coûté vendredi trois mois de prison ferme à Sylvain M.

À 25 ans, ce détenu totalise désormais vingt mentions à son casier judiciaire, la plupart pour vols. Voilà dix-huit mois qu'il est incarcéré à Nice. Les fouilles, il connaît. Les « projections » aussi - ces colis jetés depuis l'extérieur par-dessus le mur d'enceinte de la maison d'arrêt, dont une partie échappe aux filins et à la vigilance du personnel pénitentiaire. Cette année, près de trois kilos de cannabis et 240 téléphones portables auraient ainsi été saisis...

Lundi, l'un de ces colis tombés du ciel finit entre les mains de Syl

Sequedin - Comines (B) : détenue pendant trois mois, elle se livre sur la prison

Josina Godelet a été condamnée pour faux et usage de faux. Elle a pris une fausse identité pour ouvrir des comptes en banque, faire de faux chèques et récupérer de l’argent.
 
Elle se trouvait au pied du mur avant de faire ça. Aujourd’hui en liberté conditionnelle, l’ancienne habitante de Comines a décidé de raconter ses trois mois passés à la prison à Sequedin (Nord de la France) où elle a côtoyé Anne-Sophie Faucheur, condamnée à 30 ans pour le meurtre, à force de coups, de sa fille de 5 ans, Typhaine. Elle raconte son histoire dans un livre.
                      
Josina s’est sentie humiliée d’être en prison avec une mère infanticide.Y.C.
Josina s’est sentie humiliée d’être en prison avec une mère infanticide
 

vendredi 27 décembre 2013

Une association appelle les détenus à s'inscrire sur les listes électorales

Pour l'association Robin des Lois, "l'idée que quelqu'un redevienne un citoyen" après avoir purgé sa peine "passe par le fait qu'il ne perde pas trop ses droits".

9 mutins de la prison de Blois ont été condamnés à des peines allant de 6 à 36 mois de prison (photo d'illustration).
 
L'association Robin des Lois a appelé jeudi 26 décembres les détenus qui ne l'ont pas encore fait à s'inscrire sur les listes électorales avant la fin de l'année civile, en prévision des scrutins municipal et européen qui se tiendront en 2014. Les prisonniers disposent du droit de vote, sauf lorsqu'ils en ont été expressément privés par une décision de justice.

A La Réunion, l'opérateur transforme une prison en centrale solaire

Akuo construit sa première centrale solaire avec batteries, une condition imposée aux énergies intermittentes.

Akuo vient de débuter la construction de la centrale solaire de Bardzour à La Réunion. La ferme, de 9MW, est construite sur le pourtour de la prison du Port. Elle est financée dans le cadre du volet innovation de l'appel d'offres 2012 de la CRE. L'installation comprend une solution de stockage Li-ion fournie par Saft, soit 9 conteneurs de 1 MHw de capacité chacun.
 
Lors de cet appel d'offres, l'opérateur a gagné trois autres fermes avec stockage qui seront construites d'ici à 2015 : la Corse profitera de deux centrales au sol totalisant 11 MW tandis qu'une autre installation de 9MW s'ajoutera à La Réunion. En Guadeloupe, Akuo va équiper également son parc de Marie-Galante avec des batteries.

Bayonne - un détenu insulte les agents avant de quitter la prison et revient ivre

Que se passe-t-il actuellement à la maison d'arrêt de Bayonne ?
 
Bayonne : un détenu insulte les agents avant de quitter la prison et revient ivre
 
Au cours des dernières semaines, plusieurs détenus ont fait parler d'eux. Un pour avoir « oublié » de réintégrer les lieux le soir, alors qu'il était en détention selon le régime de semi-liberté. Un autre pour avoir thésaurisé des portables, chargeurs de portables et autres effets dans sa cellule. Et enfin, un troisième, en semi-liberté, interpellé le jour de Noël, en fin de journée alors qu'il réintégrait l'établissement.
 
Quel mal à cela ? Il était parti le matin même en insultant copieusement le personnel de l'établissement. Il a donc été arrêté pour menaces et outrages à agents dans l'exercice d'une mission de service public.

lundi 23 décembre 2013

De Bethléem à la prison d’Ensisheim « traverser les murs, avec nos notes »

Jesers a chanté à la maison centrale d’Ensisheim, pour fêter Noël. Sur des images d’une tournée palestinienne passée par Bethléem, l’artiste a apporté un souffle de légèreté dans l’univers carcéral.
 
Après avoir déjà joué dans la centrale pour la Fête de la musique en 2010, Jesers et ses musiciens sont revenus à Ensisheim fêter Noël  en chansons, en paroles et en images. Photos Darek Szuster

D’un mur à l’autre, d’une prison à une centrale. Forcément, en passant la lourde porte d’entrée de la maison centrale d’Ensisheim, Jesers et ses musiciens repensent au mur des Lamentations, à Gaza ville qualifiée de prison à ciel ouvert. Forcément…

Belgique - Sept nouvelles prisons pour endiguer la surpopulation carcérale

La Belgique compte 12.000 détenus, alors qu’il n’y a de la place que pour 9.500 d’entre eux.
 
 
D’ici à la fin de l’année prochaine, on devrait compter un total de 10.800 places, ce qui n’est pas encore suffisant. C’est pourquoi la capacité d’accueil a encore été élargie, explique Het Laatste Nieuws lundi matin.
 
Le nouveau masterplan, sur lequel le gouvernement a conclu un accord de principe, prévoit sept nouvelles prisons. « Chaque installation disposera de ses propres spécificités, afin que les détenus qui nécessitent une surveillance importante se trouvent dans une prison de haute sécurité », explique-t-on au SPF Justice.

samedi 21 décembre 2013

Saint-Mihiel : blocus devant la prison

Hier, près d’une cinquantaine de salariés manifestaient devant les portes du centre de détention de Saint-Mihiel.
 
Saint-Mihiel : blocus devant la prison
Désolé, je n'ai pas la suite de l'article, payant et/ou réservé aux abonnés...
 
Mouvement également évoqué sur France 3 Lorraine et France Bleu...
 

Les surveillants de la prison d’Alençon manifestent pour plus de sécurité

Agressions, rébellions, ambiance tendue, les surveillants de la centrale d’Alençon/Condé-sur-Sarthe ont exprimé leur malaise ce mercredi matin devant le préfet de l’Orne.
photo les surveillants rencontreront le député maire joaquim pueyo ce jeudi. ce dernier a alerté le ministre christiane taubira dès septembre.
Les surveillants ont rencontré le député maire Joaquim Pueyo ce jeudi. Ce dernier a alerté le ministre Christiane Taubira dès septembre.

« On serait dans l’hôtellerie du grand banditisme, ce serait la même chose ! » Les surveillants de la centrale de Condé-sur-Sarthe veulent alerter la population sur leurs conditions de travail. Ce mercredi matin, ils rencontraient la directrice de cabinet du préfet pour tirer une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur ce qui se passe dans l’enceinte de la prison.

Prison: 67 738 personnes incarcérées en France, pour 57 447 places

Au premier décembre, le taux de surpopulation carcérale s'élevait à 117,9%, fait savoir la direction de l'Administration pénitentiaire.
 
Prison: 67 738 personnes incarcérées en France, pour 57 447 places
 
Un total de 67 738 personnes étaient incarcérées au 1er décembre en France, en hausse de 1% par rapport à novembre, selon un communiqué publié vendredi par la direction de l'Administration pénitentiaire. Parmi les personnes détenues, le nombre de prévenus (en détention provisoire, non encore condamnés) s'élève à 17 192, soit 25,4% des personnes incarcérées. Le nombre de mineurs incarcérés s'élève à 737. 

vendredi 20 décembre 2013

Marseille - L'OIP exige le début des travaux

L'Observatoire international des prisons (OIP) a saisi mercredi le tribunal administratif de Marseille pour faire exécuter les travaux qui avaient été ordonnés en début d'année dans la prison des Baumettes.
 
L'organisation a rédigé «une demande d'exécution d'une ordonnance de référé afin qu'il enjoigne à l'administration, sous astreinte, de procéder aux travaux prescrits par le juge».
 
Le 10 janvier, à la suite d'un recours déposé par l'OIP, le tribunal administratif avait exigé la réalisation de travaux d'étanchéité d'un bâtiment et de mise en conformité électrique. La justice avait donné trois mois pour entamer ces travaux.
 

Noël en famille à la prison de Guéret, une initiative inédite

Le directeur Patrick Vervly voulait que Noël soit fêté en famille. Une première à la maison d'arrêt de Guéret.
 
À quelques jours des fêtes de Noël, la population pénale a été invitée à assister à un concert. Photo Michele Delpy / La Montagne - tous droits reserves
À quelques jours des fêtes de Noël, la population pénale a été invitée à assister à un concert

Il en a été ainsi mardi dernier avec l'organisation tout à fait exceptionnelle d'un parloir familial qui s'est déroulé, pour les papas détenus, en présence de leurs épouses et de leurs enfants : « Papa d'un petit garçon de trois ans, j'ai ainsi pu passer quelques moments de bonheur, avec mon épouse et mon fils.

Prison de Rouen : trafic de cannabis dans les parloirs

Mercredi 18 décembre, 19 contrôles aux parloirs et dans la zone d'attente des familles ont été menés à la maison d'arrêt de Rouen, sur réquisition du procureur.

Parmi les 19 personnes contrôlées, deux ont été interpellés alors qu'elles tentaient de remettre des stupéfiants aux détenus. Les deux suspects sont donc poursuivis pour remise de stupéfiants et détention de stupéfiants.
 
Le premier, une femme de 25 ans habitant à Notre-Dame-de-Bondeville, possédait sur elle 10 g de résine de cannabis. Le second, un homme de 25 ans résidant à Dieppe, avait sur lui 35 g de résine et 2 g d'herbe.

Un détenu s'évade de la prison de Luynes

Incarcéré depuis février 2011, il ne lui restait plus que trois mois et demi avant d'être libéré.
 
Prison (WITT/SIPA)
 
Dans la nuit de mercredi à jeudi, un détenu de 25 ans a brisé une vitre d’une fenêtre de sa cellule dans le quartier des peines aménagées de la prison de Luynes (Bouches-du-Rhône, avant de prendre la fuite.

Marseille - la prison des Baumettes toujours aussi insalubre

L’observatoire international des prisons (OIP) a de nouveau saisi mercredi le tribunal administratif de Marseille d’une demande d’exécution d’une ordonnance de référé concernant l’insalubrité de l’établissement.
 
baumettes
 
Un an après, rien a changé. Décembre 2012, le contrôleur général des prisons, Jean-Marie Delarue, dressait un constat accablant sur les conditions de détention dans la prison des Baumettes. "Rats qui pullulent, sols recouverts de détritus, douches cassées et crasseuses, absence de cloisons d’intimité dans les toilettes, carence d’eau potable, réseau électrique déficient, coursives et cellules inondées à chaque averse", la liste dressée par l’Observatoire international des prisons (OIP) était sans équivoque.

Colonna, qui dénonçait son transfert en Ile-de-France, renvoyé à Arles

Yvan Colonna, qui dénonçait son transfert en juillet dans une prison d'Ile-de-France, a été transféré jeudi à la prison d'Arles (Bouches-du-Rhône), a annoncé son avocat, Me Patrice Spinosi.

Condamné définitivement à la perpétuité pour l'assassinat du préfet de Corse, Claude Erignac, en 1998, Colonna dénonçait son transfert à Réau (Seine-et-Marne). Le ministère de la Justice avait justifié cette décision en raison d'un projet d'évasion contesté.                                        
 
Ce nouveau transfert constitue "la démonstration du caractère parfaitement infondé des soupçons d'évasion que l'administration avait mis en avant pour le déplacer, soupçons qu'elle n'avait jamais pu étayer devant le juge administratif autrement que par des témoignages anonymes indirects," a dit l'avocat dans un communiqué.

Fleury-Mérogis - les gardiens de prison "ne veulent plus servir de punching balls"

Des membres du personnel pénitentiaire manifestent devant la maison d'arrêt des femmes, où deux surveillantes ont été agressées mardi.

Deux gardiennes de prison ont été agressées mardi à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.
Deux gardiennes de prison ont été agressées mardi à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.
 
Une centaine de personnels pénitentiaires se sont rassemblés devant la maison d'arrêt des femmes de Fleury-Mérogis (Essonne) tôt jeudi matin, en réaction à la récente agression de deux surveillantes, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une nouvelle directrice au centre pénitentiaire de Borgo

C'est près de deux heures de retard sur l'horaire initialement prévu que Christine Taubira, Garde des sceaux et ministre de la Justice, est arrivée jeudi en fin d'après-midi au centre pénitentiaire de Borgo pour procéder à l'installation de la nouvelle directrice de l'établissement, Laura Abrani, après les soubresauts connus par l'établissement au début de l'été.    
Une nouvelle directrice au centre pénitentiaire de Borgo
Elle a pris son temps et le temps la Garde des sceaux.

  Le temps d'écouter le directeur-adjoint du centre pénitentiaire lui parler de l'établissement. Pour tout à la fois dénoncer les préjugés dont il fait l'objet mais aussi pour féliciter travail du personnel du centre pénitentiaire. Ou bien encore pour souligner des évolutions dont Borgo a fait l'objet.

Saint-Mihiel - grogne et manifestation devant le centre de détention

Ils sont une trentaine à avoir choisi de passer leur journée de repos devant le centre où ils travaillent quotidiennement. Ils veulent dénoncer le manque de personnel en prison et tout ce que cela implique...
 
Photo Aurore Gandelin
 
Ce vendredi matin avant la levée du jour, une trentaine de salariés du centre de détention de Saint Mihiel dans la Meuse se sont réunis devant le centre pour dénoncer le manque de personnel.  Ils ont d'ores et déjà bloqué l'entrée à une vingtaine de salariés.

Des surveillants pénitentiaires manifestent dans Alençon

Une manifestation d'une cinquantaine de surveillants du centre pénitentiaire d'Alençon/Condé-sur-Sarthe, s'est déroulé ce mercredi matin devant la préfecture d'Alençon, puis dans les rues, jusqu'à l'hôtel de ville. Les autres ont été réquisitionnés pour doubler les effectifs dans le centre, après les incidents de lundi dernier.

Ils dénoncent leurs conditions de travail et le manque de sécurité au sein de leur établissement, où les détenus parmi les plus dangereux de France, font la loi.

mercredi 18 décembre 2013

Prison de Condé - Rébellion au centre pénitentiaire lundi soir

Lundi à 18 h 30, vingt détenus de la centrale de Condé-sur-Sarthe ont refusé de réintégrer leur cellule.

Ils sont restés dans un des quartiers sociaux où se trouvent bibliothèque et salle de musculation jusqu’à 21 h 30.

Les détenus réclamaient moins d’encadrement, plus de sports et plus de liberté. Conformément à la réglementation des centrales, Condé-sur-Sarthe applique le régime des portes fermées. Venant pour la plupart d’autres centrales qui ne suivent pas ces règles, ils ne comprennent pas et refusent cette autorité.

Internet en prison ou le droit de faire des choix

Faut-il que les détenus aient accès à Internet ? La discussion a été relancée l’an dernier, quand dans son rapport annuel, le Contrôleur général des lieux de privations de liberté, Jean-Marie Delarue, a plaidé pour l’entrée d’Internet dans les prisons françaises.

Aujourd’hui, à l’exception de dix établissements pénitentiaires où l’usage est très encadré, les personnes détenues dans les prisons françaises n’ont pas accès à Internet. Du moins légalement. Parce que les interdictions peuvent être contournées par certains en utilisant des clés 3G et en se connectant via un téléphone. Ce qui se fait, et parfois même avec l’acceptation tacite de l’administration, en particulier chez les longues peines et qui est apparu de manière assez "rigolote" il y a quelques jours quand un groupe de détenus de la prison de Montmédy, dans la Meuse, qui s’est notamment filmé donc en train de faire un Harlem Shake dans les couloirs et a posté la vidéo sur YouTube (même des pages Facebook de détenus).

Borgo - Christiane Taubira vient installer la directrice du centre pénitentiaire

Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice sera ce ,jeudi 19 décembre. Elle se rendra successivement à Ajaccio et à Borgo.    
Christiane Taubira (Photo Marilyne Santi)
Christiane Taubira (Photo Marilyne Santi)
Au cours de sa journée corse Christiane Taubira viendra notamment installer Laura Abraini la nouvelle  directrice du centre pénitentiaire

  Plus tôt dans la matinée la Garde des sceaux rencontrera des élèves du lycée Lætitia, à Ajaccio puis réunira l'instance de coordination pour la Corse au palais de justice.

mardi 17 décembre 2013

Les "TIG", une alternative à la prison, ont 30 ans

Les travaux d'intérêt général ont 30 ans. Cette mesure portée, à l'époque, par Robert Badinter avait un double objectif : réduire la surpopulation carcérale  et faciliter l'insertion professionnelle des détenus. Près de 30 000 TIG sont effectués en France  chaque année.
 
Romain effectue un Travail d'Intérêt Général à l'épicerie sociale de la Croix Rouge. © France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine Romain effectue un Travail d'Intérêt Général à l'épicerie sociale de la Croix Rouge.
 
Cette mesure avait été défendue par Robert Badinter, alors ministre de la justice, en juin 1983 et la loi fut votée à l'unanimité par le Parlement en 1983. Institué par la loi du du 10 juin 1983, donc, et mis en oeuvre à compter de 1984, le TIG est une peine alternative à l'incarcération qui consiste en un travail non rémunéré au sein d'une association, d'une collectivité publique (Etat, région, département, commune), d'un établissement public (hôpital, établissement scolaire…) ou d'une personne morale de droit privé, chargée d'une mission de service public.

Royaume-Uni - Sodexo pris dans un scandale pénitentiaire

La filiale « Justice services » du groupe français Sodexo, qui gère plusieurs établissements pénitentiaires au Royaume-Uni, a laissé une détenue seule pendant 3 jours après une fausse couche.

Le groupe français de « services de qualité de vie », Sodexo, qui gère plusieurs prisons au Royaume-Uni, est impliqué dans un scandale pénitentiaire : la prison de Peterborough, dans le centre-ouest de l'Angleterre a laissé pendant 3 jours, sans assistance, une détenue qui venait de faire une fausse couche.
 

Rebellion à la prison de Condé-sur-Sarte : les forces spécialisées sur place

Une rébellion d'une vingtaine de détenus a éclaté lundi soir 16 décembre au centre pénitentiaire d'Alençon/Condé-sur-Sarthe. 

 
Les détenus ont détruit une caméra de surveillance, et se sont regroupés dans le secteur médiathèque/salle de musculation, du centre pénitentiaire. Ils sont visiblement "prêts à tout" pour se faire muter dans d'autres centres, plus prêts de chez eux.
 
Ce mardi matin, les forces spécialisées de Rennes ont été appelées en renfort.

Rochefort - Piquet de grève chez les surveillants de prison

Une dizaine de gardiens rochefortais dénoncent ce mardi les restrictions budgétaires qui se traduisent par la défaillance de plusieurs caméras de surveillance

Piquet de grève chez les surveillants de prison
Luc Perruchaud et le syndicat Ufap-Unsa de la maison d'arrêt protestent © Photo
 David Briand
A l'appel du syndicat Ufap-Unsa, une dizaine de surveillants de la maison d'arrêt de Rochefort (soit 30 % d'entre eux) a organisé un piquet de grève ce mardi devant la prison de la ville. "Nous dénonçons les insuffisances budgétaires" explique le secrétaire adjoint Luc Perruchaud. Le syndicat déplore la conséquence de ces économies qui se traduisent par "du matériel non remplacé : plusieurs caméras et un écran de contrôle inactifs depuis août dernier".

Enfants pendus dans la Drôme : le père s'est suicidé en prison

L'homme qui avait pendu ses deux enfants en novembre dernier dans la Drôme s'est suicidé dans la nuit de lundi à mardi dans sa cellule de Bron.
 
Des portes de cellules (illustration).
 
Le corps de l'homme qui avait pendu ses enfants le mois dernier à Livron-sur-Drôme a été retrouvé cette nuit vers 1 heure du matin. Le trentenaire s'est donné la mort par pendaison dans l'unité psychiatrique carcérale de Bron dans le Rhône. 

Belgique - L'évasion spectaculaire d'un véritable acrobate

Taulan Toma, le détenu qui s'est échappé de la prison de Lantin samedi a franchi un mur de 4 mètres de haut, aidé par trois autres détenus qui ont formé une pyramide. Il a parcouru 150 mètres sur les toits de la prison, avant d'escalader un deuxième bâtiment puis de sauter de 6 mètres par-dessus le mur de la prison, où l'attendaient des complices. Les gardiens de Lantin, de même que le procureur, n'en reviennent pas de ses "capacités physiques hors du commun". Le récit de son évasion est à lire dans Het Laatste Nieuws.
 
 

Prisons américaines : ces femmes qui accouchent derrière les barreaux, à voir sur 6TER ce lundi 16 décembre

Programme 6TER lundi 16 décembre : 20h45 Terrain d’investigation : Prisons américaines : elles accouchent derrière les barreaux

 Magazine d’investigation – Présenté par Anicet Mbida


Le nombre d’incarcérations de femmes aux États-Unis a considérablement augmenté ces trente dernières années.
 
Celui des naissances en prison a donc lui aussi grimpé en flèche. Le pénitencier de haute sécurité de l’Indiana ouvre les portes de sa pouponnière.
 

lundi 16 décembre 2013

Belgique - L'évadé de Lantin est "dangereux et violent"

Le détenu qui s'est évadé samedi de la prison de Lantin s'était déjà enfui d'une prison italienne en février dernier avant d'être intercepté à Liège. Surnommé le braqueur de Parme, il est considéré comme dangereux et violent par les autorités judiciaires, a-t-on appris dimanche.

 
Samedi, peu après 16h00, Taulan Toma, alias Admir Dedinca, s'est évadé de la prison de Lantin en s'enfuyant du préau et en escaladant le mur protégé par des fils de fer barbelés. Il a profité de l'aide de détenus qui ont fait diversion en faisant exploser un récipient en verre et puis ont fait une pyramide humaine.

Pique-nique pour la libération des prisonniers basques à Lannemezan

Des manifestants basques venus d'Espagne et de France ont pique-niqué samedi devant la prison de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) et demandé la libération des plus anciens prisonniers basques ainsi que celle de l'ancien chef militaire du groupe indépendantiste ETA, Ibon Fernandez, qu'ils disent "gravement malade".

Les manifestants étaient 200, venus en bus de France et d'Espagne, pour danser, chanter et pique-niquer devant la prison, a affirmé une représentante du groupe de soutien aux membres emprisonnés de l'ETA, Herrira, jointe par l'AFP.         
                                                                                                                                                                                                                                                             
La manifestat
ion n'a donné lieu à "aucun incident", selon la gendarmerie qui n'a pas fourni d'évaluation officielle du nombre de participants.

Argentan - Cinq questions à : Patrice Gandais (UFAP-UNSa-Justice)

Après la mutinerie au centre de détention d'Argentan
 
- Les syndicats ont rencontré lundi, à Argentan, Yves Lechevallier, directeur interrégional de l’administration pénitentiaire. Il connaît bien ce centre de détention pour l’avoir dirigé de 1996 à 1999. Que ressort-il de cette entrevue ?

- C’était une visite assez générale. Il a annoncé qu’Argentan serait en quelque sorte un site expérimental pour une mise en sécurisation des personnels. Il a fait remettre à nos élus des documents qu’ils doivent étudier pour avoir une réflexion. Il les reverra le 18 décembre pour faire le point de ce qui peut être fait en priorité.

dimanche 15 décembre 2013

Le rose dans les cellules de prisons ne serait pas si apaisant

Plusieures prisons suisses ont repeint des cellules en rose ces dernières années, partant de l’idée que cette couleur aurait un effet apaisant. Une étude réalisée au centre pénitenciaire de Pöschwies remet toutefois en question ce postulat.

Les gardiens de Pöschwies ont observé pendant un an et demi une soixantaine de détenus agressifs, la moitié d’entre eux étant placée dans une chambre rose, les autres dans des cellules standard. «Le degré d’excitation dans les deux groupes a été mesuré le premier et le 3e jour», explique Thomas Noll, ancien responsable de l’exécution des peines à Pöschwies et actuel directeur du Centre suisse de formation pour le personnel pénitentiaire. Les protocoles d’observation n’ont pratiquement pas montré de différence, selon l’étude.

VOSGES - Il fait un mois de « rabe » en prison

Un homme de 25 ans a effectué plus d’un mois de trop en prison par rapport à la peine prononcée. Ironie du sort, le jour de sa libération, il devait être présenté au tribunal l’après-midi même pour une autre affaire.
 
Il y a quelques jours, le tribunal d’Epinal devait juger un couple de prévenus à qui il était reproché un vol dans une maison de Granges-sur-Vologne, le 8 juillet 2012. Sullivan Satori, 25 ans, serait le principal instigateur de ce vol. Il aurait lancé un caillou sur une porte-fenêtre pour briser une vitre et pénétrer ainsi dans la demeure. Il y aurait dérobé entre autres un lecteur DVD, un téléviseur écran plat, un ordinateur portable et des consoles de jeux. Sauf qu’il n’est pas présent face aux juges pour s’expliquer alors que sa complice est bel et bien présente.

Belgique - Evasion à la prison de Lantin: un homme de 29 ans est toujours activement recherché

Un détenu de la prison de Lantin s’est évadé samedi, en fin d’après-midi, après que des complices aient menacé une personne, a-t-on appris auprès du parquet de Liège. Le détenu, un jeune homme de 29 ans, est activement recherché par les services de police.
 
 
Le fuyard a profité de l’aide de détenus qui ont fait diversion en faisant exploser un récipient en verre et puis ont fait une pyramide humaine, selon le parquet. Le jeune homme a ensuite fait preuve de capacités physiques hors du commun pour franchir la dernière enceinte.

vendredi 13 décembre 2013

Ouverture d'une information judiciaire sur la mort d'un détenu à la prison de Blois

Le parquet de Blois a ouvert une information judiciaire sur la mort de Mounir Belhoussine alors qu'il était prisonnier à Blois, événement qui avait été le déclencheur d'une mutinerie le 19 août dernier, a-t-on appris jeudi 12 décembre auprès de l'avocate de la famille du détenu.

Le juge d'instruction Xavier Girieu a été chargé du dossier après l'ouverture mercredi de l'information judiciaire par Dominique Puechmaille, procureure de la République à Blois, a indiqué Me Samia Maktouf. Au nom de la famille de M. Belhoussine, Me Maktouf avait déposé le 4 septembre dernier une plainte contre X pour homicide involontaire, non-assistance à personne en danger et « traitement inhumain et dégradant », au sens de la convention européenne des droits de l'homme. « L'ouverture d'une instruction est pour la famille du jeune Mounir un soulagement. Elle permettra d'élucider cette affaire et de déterminer avec précision les circonstances de la mort tragique » du jeune homme, a relevé l'avocate.

Lannemezan - Il jette un bol d'urine sur les surveillants

Un détenu de la centrale pénitentiaire de Lannemezan a été présenté hier après-midi devant le tribunal de grande instance de Tarbes pour violence envers deux surveillants de prison, dans le cadre de la procédure de comparution immédiate.
 
La veille, il avait volontairement jeté un bol d’urine sur les deux agents. Le détenu, dont la peine courait déjà jusqu’en 2035, a écopé d’une année ferme de réclusion supplémentaire.
 
Cet incident survient alors que le nombre de détenus a «sensiblement augmenté» au sein de l’établissement, comme le révèlent les syndicats.
 
Selon eux, près de 160 détenus cohabiteraient actuellement dans la centrale, quand les effectifs ne devraient pas dépasser les 120 éléments pour garantir le fonctionnement de l’établissement pénitentiaire.
 

Opération "anti-objets illicites" à la prison de Besançon

Une opération "anti-stupéfiants" et "anti-objets illicites" a été menée ce jeudi 12 décembre 2013, en début d'après-midi à la maison d'arrêt de Besançon.
 
Policiers, personnels pénitentiaires et gendarmes maîtres-chiens sont intervenus entre le sas d'entrée et le parloir de la prison pour contrôler et fouiller les proches des détenus. Sur 27 personnes contrôlées, les chiens spécialement dressés en ont « marqués » huit. La moitié de ces suspects étaient porteurs de produits alimentaires dont l'introduction en milieu pénitentiaire, en dehors de tout contrôle, est interdite.

Décès à la prison de Blois : un juge d'instruction saisi

Le parquet de Blois a ouvert une information judiciaire pour établir les circonstances de la mort du jeune détenu le 19 août dernier.

La procureure de Blois, Dominique Puechmaille (ici lors du procès des mutins de la prison, lundi dernier) a décidé de saisir un juge d'instruction. - La procureure de Blois, Dominique Puechmaille (ici lors du procès des mutins de la prison, lundi dernier) a décidé de saisir un juge d'instruction.
 
Le 19 août dernier, la mutinerie de la prison de Blois, dont plusieurs protagonistes ont été récemment jugés (lire NR du 10 décembre) avait été provoquée par la mort de Mounir Belhoussine, l'un des détenus de cette maison d'arrêt.

 Le parquet de Blois a ouvert une information judiciaire sur ce décès, a indiqué, hier, l'avocate de la famille du détenu.

Belgique - Grève de la justice: les gardiens de prison ont arrêté le travail

Les gardiens de prison ont arrêté le travail jeudi soir, a confirmé Filip Dudal, du syndicat flamand CSC Services publics.
 
(Illustration)
 
Ce vendredi, c’est l’ensemble du personnel de toute la composante justice qui suivra.

Les gardiens de prison ont déjà arrêté le travail jeudi vers 21h50, afin de donner également aux équipes de nuit la possibilité de participer à l’action, qui doit durer dans les prisons jusqu’à samedi matin 06h20, ajoute Filip Duval.

USA - Innocenté après avoir passé 31 ans en prison

Un Américain a été libéré après avoir passé 31 ans de prison pour un viol qu'il n'avait pas commis.
 
 
Stanley Wrice, un Américain de 59 ans, avait été condamné à 100 ans de prison après avoir avoué le viol d'une jeune femme en 1982. Mais peu après sa condamnation, il avait fini par tout nier en affirmant que les policiers de Chicago l'avaient torturé pour qu'il avoue les faits.

jeudi 12 décembre 2013

La Norvège veut louer des places de prison en Suède

La Norvège, où les établissements pénitentiaires affichent complet, a demandé à la Suède de lui louer des places de prison.
 
Dans une lettre envoyée cette semaine à son homologue suédoise, le ministre norvégien de la Justice Anders Anundsen explique que la situation carcérale dans son pays l'oblige "à chercher des méthodes sortant de l'ordinaire". 

"Je sais que la Suède dispose de places de prison vacantes et que des unités carcérales sont en train d'être fermées. Je souhaite donc soulever la possibilité de louer des capacités pénitentiaires", écrit-il dans cette lettre.
Faute de places, près de 1 200 personnes attendent actuellement de pouvoir purger leur peine en Norvège, selon les chiffres du ministère. 

Coulaines - Seize personnes contrôlées aux abords de la prison

Les policiers manceaux ont contrôlé 16 personnes aux abords de la maison d’arrêt des Croisettes.

Au moment du parloir, entre 11 h 45 et 13 h hier, les policiers manceaux ont lancé une opération de contrôle et de sécurisation aux abords de la maison d’arrêt des Croisettes, à Coulaines.

Ils ont ainsi contrôlé, au total, 16 personnes et 14 véhicules sur le parking de l’établissement pénitentiaire. La pêche a été plutôt bonne pour ces derniers. Le détail des interpellations, ce jeudi, dans l’édition sarthoise de Ouest-France.

L’Etat condamné pour «faute» après le suicide d'un détenu

Un prisonnier de 28 ans s'était pendu en 2008 au centre pénitentiaire de Maubeuge. Le tribunal administratif de Lille a jugé que l'Etat avait fait preuve de négligence.

Après avoir constaté que le détenu s'infligeait des automutilations, l'administration pénitentiaire a renforcé sa surveillance. Sans effet.
Après avoir constaté que le détenu s'infligeait des automutilations, l'administration pénitentiaire a renforcé sa surveillance. Sans effet.
 
L’Etat a été condamné le 29 octobre par le tribunal administratif de Lille pour «faute» après le suicide d’un détenu à la prison de Maubeuge (Nord) en 2008, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Condé-sur-Sarthe - Libérable en 2022, un détenu condamné à un an de prison en plus

Un homme de 24 ans, détenu au centre pénitentiaire d’Alençon-Condé, a été condamné mercredi à un an de prison supplémentaire, par le tribunal correctionnel d’Alençon.

Libérable en 2022, le détenu a déjà été condamné à de nombreuses reprises pour des faits de violence. Il a, cette fois, porté deux coups de poing à un lieutenant de l’administration pénitentiaire.

Au président qui l’interrogeait sur les faits, il a répondu : « Je regrette, ma main est partie toute seule. »

mercredi 11 décembre 2013

20 millions d'euros de prime de Noël pour le gouvernement !

En ces temps où l'on parle de crise et que de plus en plus de Français éprouvent des difficultés à s'en sortir et à s'acquitter de leurs impôts, le gouvernement n'hésite pas à s'arroger la part du lion pour les primes de Noël.

Voici les chiffres par ministère de la prime de Noël 2012

En 2012, les 2250 personnes travaillant dans les ministères se sont partagées plus de 20 millions d'euros soit environ 8850 € /personne.

AYRAULT
5 850 000 € soit 12 829 € en moyenne / personne

VALLS
1 547 532 soit 6 141 € en moyenne / personne

TAUBIRA
983 000 € soit 5 817 € en moyenne / personne 

Seysses - Un surveillant de prison agressé

Le centre pénitentiaire de Seysses a été une nouvelle fois le théâtre de l’agression d’un surveillant, dénonce Pierre Montreuil au nom du syndicat pénitentiaire des surveillants non gradés. 

Agressif depuis plusieurs jours, un détenu condamné à une peine de 18 ans de prison dans une affaire de mœurs était contrarié de ne pas avoir été retenu pour une séance de sport. 

Il a commencé par insulter les surveillants de «facho». Puis, il a asséné un coup de pied à un surveillant, mordu une brigadière et cassé les lunettes du major. Il a été jugé en comparutions immédiates lundi. Le procureur s’est inquiété «d’une montée en puissance de la violence de cet homme». 

mardi 10 décembre 2013

Strasbourg - Cantine : « Very hard discount » en prison

Le budget de la prison de Strasbourg est en déficit de 111 000 €, correspondant à une ristourne sur les produits de la supérette interne des détenus.
 
Après les repas halal, les cantines low-cost des détenus continuent de faire des vagues dans la pénitentiaire !

Pour preuve l’opération vérité sur les prix déclenchée hier par le syndicat Ufap-Unsa de la maison d’arrêt de Strasbourg.

Dans un mail furibard, le syndicat de personnels pénitentiaires dénonce le « trou de 111 000 € » qui affecterait, selon leurs calculs, le budget de fonctionnement de l’établissement.

Lannemezan - Manifestation, samedi devant la prison

Le mouvement Herrira, qui s’occupe de la défense des droits des prisonniers politiques basques, organise un grand rassemblement le 14 décembre, en face de la prison de Lannemezan, afin de protester contre ce qu’il appelle «le non-respect des droits de l’homme infligé aux prisonniers basques au sein des établissements pénitentiaires de l’État français».

Les revendications principales sont les suivantes :

- Libération des prisonniers pouvant bénéficier d’un aménagement de peine ;
- Libération des prisonniers gravement malades ;
- Rapprochement et regroupement des prisonniers.

Mutins de Blois : de six mois à trois ans de prison

Neuf des cinquante-huit détenus ayant participé à l'émeute le 19 août, à la maison d'arrêt de Blois, ont comparu hier devant le tribunal correctionnel.
 
Le déchaînement de violence de ce 19 août avait largement été médiatisé à l'époque, notamment parce que certains détenus avaient pu communiquer avec l'extérieur. En direct. Ce matin-là, un jeune détenu trouvait la mort dans sa cellule, victime d'un infarctus vers les 5 h du matin.

lundi 9 décembre 2013

Deux détenus demandent leur transfert en montant sur un toit de la prison d'Aiton en Savoie

Ce lundi 9 décembre, vers 10h30, deux détenus ont profité des activités sportives pour grimper sur le toit du gymnase du centre pénitentaire d'Aiton, en Savoie. Ils ont été délogés trois heures plus tard par l'Equipe Régionale d'Intervention et de Sécurité, le "GIGN de la pénitentiaire".

© France 3 Alpes

Comme le 22 octobre dernier, date à laquelle cinq détenus étaient déjà montés sur le toit du gymnase, les deux prisonniers du jour ont grimpé le long d'un grillage, puis le long d'un mur, pour s'installer en hauteur. Âgés de 21 et 25 ans, ces deux "manifestants" demandaient leur transfert vers une prison en particulier.

Les mutins de la prison de Blois devant la justice

De 1 à 3 ans de prison ferme requis contre les mutins de la prison de Blois. Ils sont soupçonnés d'avoir joué un rôle actif dans la mutinerie du 19 août dernier. Au terme des plaidoiries, l'affaire devrait être mise en délibéré.
© France 3
La procureure de la République de Blois, Dominique Puechmaille, vient de requérir de 1 à 3 ans de prison ferme contre les mutins de la prison de Blois.
Neuf ex-détenus de la maison d'arrêt de Blois sont entendus, ce lundi 9 décembre, devant le tribunal correctionnel. Ils sont soupçonnés d'avoir joué un rôle actif dans la mutinerie survenue à la prison au matin du 19 août dernier. 

Belgique - Un téléphone et un accès internet par cellule de prison

C’est là une proposition de la ministre de la Justice.
C’est important pour les détenus : maintenir le contact avec les proches via le téléphone. Actuellement, les détenus peuvent faire usage de téléphones à carte. C’est bien souvent une source de tension, voire même de bagarres, car ces téléphones sont peu nombreux. Il peut y avoir de longues files derrière ces téléphones. D’autant que le nombre d’appel a fort augmenté au fil des ans. La hausse est de 25 % en cinq ans, soit davantage que celle du nombre de détenus.

Aiton - deux détenus sur le toit de la prison

Vers 10h30, deux détenus ont profité de leur sortie dans la cour pour monter sur le toit du gymnase du centre pénitentiaire. 

Le centre pénitencier d'Aiton. Photo Le DL/Thierry GUILLOT

Ils revendiquaient leur transfert. Les hommes de l'équipe régionale d'intervention et de sécurité de Lyon étaient attendus pour les déloger. Ils seraient redescendus vers 12h45 à la vue du GIGN de la pénitentiaire.

Carlos jugé à Paris pour outrage en marge de son dernier procès

Ilitch Ramirez Sanchez, alias Carlos, figure du terrorisme international des années 70 et 80, condamné à perpétuité, doit comparaître lundi pour des insultes antisémites qu'il aurait proférées à l'encontre d'une lieutenant de l'administration pénitentiaire.

Fonction publique: syndicats et gouvernement parlent salaires et carrières

Les carrières et rémunérations des quelque 5 millions de fonctionnaires sont au menu de discussions au long cours engagées lundi entre la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, et les syndicats, dans un contexte de gel des salaires depuis 2010.
La réunion de concertation dans l'après-midi vise, selon le ministère, à lancer "un cycle de discussions qui a vocation à s'étendre sur l'année 2014". Concrètement, il s'agira notamment de discuter d'une révision des grilles de salaires et des régimes indemnitaires des agents.
Cette réunion fait suite à la remise début novembre du rapport du conseiller d'Etat Bernard Pêcheur sur l'évolution de la fonction publique, qui doit servir de base aux discussions, avant des négociations formelles en mai 2014.

Vidéo tournée en prison : « Tous les détenus vont en pâtir »

A 65 ans, Guy, un ancien braqueur de banques, a passé plus de 20 années derrière les barreaux. Dont deux ans à Montmédy. Il juge sévèrement la vidéo récemment mise en ligne par des détenus de cette prison.


En prison, « il y a 20 ans, c’était la télé ou la radio qu’on nous interdisait.  »

Dans son petit studio de 20 mètres carrés, au centre-ville de Verdun, dans la Meuse, Guy L. accueille ses visiteurs avec le sourire. À 65 ans, ce braqueur à la retraite fait beaucoup plus jeune que son âge. « Vous savez, la prison, ça conserve. Se lever et se coucher tous les jours à la même heure. Ne pas boire une goutte d’alcool… » Au total, il aura passé plus de 20 ans derrière les barreaux. Il a vécu trois procès d’assises : deux pour braquage, un pour homicide, « un règlement de comptes », se défend-il, lui qui s’est toujours targué de ne braquer que des banques, et sans violence.

dimanche 8 décembre 2013

Argentan - L’intersyndicale appelle à bloquer la prison ce dimanche

L’intersyndicale a décidé de lancer un appel à une mobilisation, ce dimanche à 7 h 30, pour un blocage total de l’établissement.

A la suite des graves événements qui se sont produits, vendredi, au centre de détention, l'intersyndicale a décidé de lancer cet appel à la mobilisation.

Elle exige entre autres « une fouille générale de l’établissement et le déblocage de moyens humains et financiers pour permettre aux agents d’accomplir leurs dangereuses missions dans des conditions convenables. »

Maison d'arrêt de Nantes - Les syndicats entendus par la pénitentiaire

La directrice de l'administration pénitentiaire s'est rendu à la maison d'arrêt de Nantes pour rencontrer les syndicats.

Yann Hervé (UFAP) et Samuel Gauthier (CGT), à l’issue de la réunion à la maison d’arrêt.
Yann Hervé (UFAP) et Samuel Gauthier (CGT), à l’issue de la réunion à la maison d’arrêt
 
Dix jours après la violente évasion d’un détenu au CHU de Nantes, Isabelle Gorce s’est rendue à la maison d’arrêt de Nantes pour rencontrer les syndicats de la pénitentiaire.

Une rencontre « satisfaisante », selon les syndicats qui ont le sentiment d’avoir été « entendus ». Ils ont pu détailler auprès de la directrice de l’administration pénitentiaire leurs principales revendications. « On souhaite que nos missions d’extraction se réalisent dans de bonnes conditions de sécurité, expliquent Yann Hervé (UFAP) et Samuel Gauthier (CGT).

samedi 7 décembre 2013

Mutinerie et début d'incendie au centre de détention d'Argentan

Des détenus de l'établissement pénitentiaire normand ont violemment protesté contre la fouille de leur "quartier". Bilan après trois heures de rébellion : de gros dégâts, mais pas de blessé.
 
Un couloir de prison
 
Le soulèvement d'une quinzaine de détenus au moins de la maison d'arrêt d'Argentan, dans l'Orme, a provoqué d'importants dégâts vendredi 6 décembre, où le retour à l'ordre a nécessité l'intervention de renforts de l'équipe régionale d'intervention et de sécurité, le GIGN de la pénitentiaire. Une cinquantaine de pompiers a aussi été mobilisée pour maîtriser les départs d'incendie.

vendredi 6 décembre 2013

Évasion : la directrice de l’administration pénitentiaire à Nantes ce vendredi

Isabelle Gorce, directrice nationale de l’administration pénitentiaire sera à Nantes aujourd’hui. Sa venue intervient neuf jours après la violente évasion de Stéphane Goetz, lors d’un transfert médical au CHU.
 
photo au lendemain de la violente évasion, les surveillants de prison avaient manifesté leur mécontentement © photo d'archives presse océan - jérôme jolivet
 
Elle sera à la maison d’arrêt le matin, où elle rencontrera les syndicats. Il y sera  notamment question de la révision des niveaux d’escortes établis  pour les détenus.

Une erreur de saisie avait fait passer Stéphane Goetz à un niveau de surveillance inférieur lors de son arrivée à la maison d’arrêt de Carquefou en juin.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...