Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

vendredi 27 septembre 2013

Heaulme - "Si je sors, je me ferai tout petit"

Ce genre d'interview est interdit par le CPP. Sauf en cas d'autorisation expresse de l'AP.
La question est: est-ce le cas ICI ?
Si non, comment est sorti cet interview de la Maison Centrale d'Ensisheim ?
 
Dans une interview au journal "20 Minutes", Francis Heaulme, condamné à la prison à vie pour neuf meurtres, raconte son quotidien au sein de la maison Centrale d'Ensisheim, en Alsace, en attendant son retour devant les assises, en mars 2014, dans le cadre de l'enquête sur le double-meurtre de Montigny-lès-Metz.
 
Francis Heaulme en 2006. (Olivier Morin - AFP)
"Si je sors un jour de prison, c’est sûr, je me ferai tout petit". Ces propos sont ceux de Francis Heaulme, ce tueur de en série de 54 ans, reconnu coupable de neuf meurtres dans au moins huit affaires. Depuis sa cellule de la prison d'Ensisheim, dans le Haut-Rhin, il a répondu aux questions du journal 20 Minutes.

Une cellule "pour lui tout seul"

Francis Heaulme, qui doit être jugé en mars 2014 pour le double infanticide de Montigny-lès-Metz, en 1986, explique, en quelques réponses succinctes, son quotidien au sein de la maison d'arrêt, où il a "une cellule pour [lui] tout seul" et est en contact avec deux autres détenus. "Le premier a 32 ans et a été condamné à vingt ans de prison. Il vient me voir l’après-midi. On parle, on regarde la télé et parfois on joue à la console. L’autre détenu a 49 ans, et il est condamné à une peine de quinze ans. Cette situation me satisfait."

"Ma sœur, Christine, vient me voir souvent. La semaine dernière, elle m’a rapporté des photos de ses enfants. Ils ont 8 et 10 ans. Je les aime bien", raconte également Francis Heaulme.

Montigny-lès-Metz, une "erreur judiciaire"

A l'approche de son renvoi devant les assises, "vingt-huit ans après les faits", Francis Heaulme affirme ne "pas comprendre". "J’ai déjà dit que ce n’était pas moi", fait-il valoir, avant de lancer: "Pour moi, c’est une erreur judiciaire aussi lourde que celle de Patrick Dils".

Patrick Dils
, 43 ans, avait été condamné, le 27 janvier 1989, à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de deux petits garçons à Montigny-lès-Metz. Mais son innocence avaitété reconnue le 24 avril 2002, après quinze années passées en prison.

"Si je sors, je ne crierai pas sur la place publique"

Quant à son éventuelle sortie de prison, Francis Heaulme, condamné à perpetuité, ne l'imagine pas encore. "Je pense que j’irai vivre chez ma sœur si je sors un jour", indique-t-il tout de même.

Mais si ce jour arrive, l'homme l'affirme: il se fera discret. "Je ne crierai pas sur la place publique ‘Eh! Je suis Francis Heaulme!’ Si je sors un jour de prison, c’est sûr, je me ferai tout petit", conclut-il.
BFMTV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...