Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

jeudi 24 octobre 2013

Dijon - 22 ans de prison pour le Sarthois qui a découpé sa compagne

Fabien Souvigné, un Sarthois de 26 ans, a été condamné mercredi par les assises de Côte-d’Or à 22 ans de réclusion pour avoir étranglé et découpé le corps de sa compagne en 2012 à Dijon. Il réclamait la perpétuité.
 
photo un sarthois de 26 ans, accusé devant les assises de côte-d’or d’avoir étranglé sa compagne, en 2012 à dijon, avant de découper son corps, a réclamé mercredi d’être « condamné à perpétuité ». © ouest-france
 
Une peine de trente années de réclusion avait été requise par l’avocat général à l’encontre de l’accusé. Il avait lui-même réclamé à la cour un peu plus tôt d’être condamné à la réclusion à perpétuité pour « meurtre aggravé ».

Rappel des faits

La disparition de Marion Bouchard avait été signalée le 8 février 2012 par sa famille.

Deux jours plus tard, la fuite de son compagnon, Fabien Souvigné, avait déclenché une enquête plus approfondie. Interpellé en région parisienne, le jeune homme avait reconnu avoir étranglé la jeune serveuse de 21 ans au cours d’une dispute puis avoir découpé son corps, retrouvé en trois endroits différents de Dijon le 1er mars 2012, où le couple habitait depuis quelques mois.

« Je demande à ce que la cour me condamne à perpétuité »

« Pour ce que j’ai fait à Marion, pour la souffrance que je fais subir à sa famille et pour que plus jamais je ne puisse faire de mal à quelqu’un, je demande à ce que la cour me condamne à perpétuité », a déclaré mercredi matin l’accusé.

Visiblement pris de court par ces propos tenus à quelques heures de sa plaidoirie, l’avocat du jeune homme, Emmanuel Touraille a estimé qu’il s’agissait d’un « signe de fatigue, d’un renoncement » relevant d’une « espèce de fuite en avant » de son client.

Sincère ?

Son procès pour « meurtre aggravé » a débuté lundi devant la cour d’assises de Dijon. Il encourait la réclusion à perpétuité. L’avocate de la famille de la victime, Me Delphine Baldini, s’est interrogée sur la « sincérité » de l’accusé lors de cette déclaration.

« Ce sont des déclarations qui sont peut-être faciles à ce moment du procès », a-t-elle dit. L'avocat général, Jean-Michel Ezingeard, avait requis une peine de 30 ans de réclusion.

L’avocat général requiert la perpétuité

L’avocat général Jean-Michel Ezingeard a estimé que cette affaire était « la chronique d’une catastrophe annoncée », au regard de la « violence » de l’accusé, ainsi que de sa consommation d’alcool et de stupéfiants. Il a ajouté que son « souhait, c’était d’avoir une peine juste ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...