-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 28 février 2014

Suicides à la prison de Maubeuge: l'heure des questions

Lundi, l’hôpital de Sambre-Avesnois a été condamné pour faute, par le tribunal administratif de Lille, suite à un suicide à la prison de Maubeuge. 
En octobre dernier, l’État avait été sanctionné dans une autre affaire de suicide. Y a-t-il un réel problème dans ce centre pénitentiaire ? Peut-on éviter ces drames ? Éléments de réponse.
 Malgré les politiques de prévention, le nombre de suicides en prison reste toujours élevé. PHOTO D’ILLUSTRATION PIERRE LE MASSON VDNPQR

1. La prison de Maubeuge est-elle la seule concernée ?

L’information s’est répandue comme une traînée de poudre un peu partout en France, cette semaine (notre édition du 25 février). Le 5 février, le tribunal administratif de Lille acondamné l’hôpital de Maubeuge après un suicide à la prison, en 2006.

Belgique - Des «prisonniers volontaires» testent une nouvelle prison

Des gardiens, avocats, magistrats, le directeur général des établissements pénitentiaires belges et quelques journalistes ont accepté de se prêter au jeu. Ils vivront pendant 48 heures le quotidien d'un détenu pour tester de des infrastructures.
 
Un cellule de la nouvelle prison de Beveren.
 
Ils n'ont commis aucun crime mais ils vont passer le week-end derrière les barreaux: une centaine de «prisonniers volontaires» vont servir de cobayes pour tester la nouvelle prison de Beveren, dans le nord de la Belgique, a rapporté vendredi le quotidien De Standaard.

Tarascon - "Le soir dans les coursives de la prison ça sent fort le shit"

Pour le syndicat des agents pénitentiaires UFAP le récent démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants au centre de détention n'est pas une surprise

Faits Divers - Justice - Actualités - Tarascon : Le soir dans les coursives de la prison ça sent fort le shit
Un réseau interne, en lien avec des Toulonnais, à la prison alimentait les détenus de Tarascon en résine de cannabis.                
 Le coup de filet antidrogue opéré mardi matin, simultanément à la prison Tarascon et Toulon, n'a pas surpris les agents pénitentiaires. Loin s'en faut. "On sait que la drogue entre en détention, et en plus grande quantité depuis la suppression des fouilles à corps après les parloirs" commente le représentant du syndicat UFAP, Éric Rouvière.

Vosges - libérée de prison après une erreur de fax

La convocation de l'avocat d'une femme soupçonnée d'avoir livré sa fille à un pédophile n'a pas été envoyée au bon numéro. Cette remise en liberté ne remet pas en cause l'affaire sur le plan pénal.
 
L'avocat de la détenue n'a pas été convoqué à un débat contradictoire devant un juge des libertés et de la détention à Metz, en raison d'un fax envoyé à un mauvais numéro.
L'avocat de la détenue n'a pas été convoqué à un débat contradictoire devant un juge des libertés et de la détention à Metz, en raison d'un fax envoyé à un mauvais numéro.

Petite bévue, grosses conséquences. Une femme détenue à Epinal (Vosges) parce qu'elle est soupçonnée d'avoir livré sa fille à un pédophile a été remise en liberté, jeudi 27 février, à la suite d'une erreur de procédure judiciaire liée à un problème de fax.

Virginie Bianchi, l'évasion réussie d'une directrice de prison

Cette ancienne directrice de la maison centrale de Clairvaux est devenue avocate et bataille désormais pour aménager les peines des détenus les plus lourdement condamnés.
 
Dans le milieu carcéral, tout le monde la connaît. Et pour cause : Virginie Bianchi est un peu la « pro » des aménagements de peine. Pour certains détenus au long cours, l’avocate incarne le seul espoir de sortie. C’est grâce à elle, entre autres, que Philippe El Shennawy vient d’être libéré après trente-huit ans passés derrière les barreaux. « Au-delà d’un certain moment, certaines peines n’ont plus aucun sens », justifie-t-elle.

Aux plaidoiries médiatiques des grands ténors du barreau, elle préfère le travail de l’ombre, les tête-à-tête avec les détenus. « Je monte un projet de sortie avec ceux qui me contactent, explique la quadragénaire. Cela suppose de les accompagner dans toute une série de démarches, de rencontrer leurs proches… Une sortie, ça se prépare sur plusieurs années. »

Guadeloupe - Tentative de suicide en prison

Une détenue du Centre pénitentiaire de Baie-Mahault a tenté, hier, de mettre fin à ses jours. Condamnée pour homicide l'an dernier, elle a été prise en charge par les services de secours et conduite à l'hôpital avec une grave blessure à la tête.
Photo
 
Les faits se déroulent hier matin, aux alentours de 7h30 au Centre pénitentiaire de Fond Sarrail, à Baie-Mahault.

Une détenue passe par-dessus une balustrade de la prison, se jette d'un étage de et fait une chute de plusieurs mètres.

jeudi 27 février 2014

Suisse - Nouvel incident à Champ-Dollon

Plusieurs détenus ont refusé ce jeudi matin de réintégrer leur cellule.
 
 
Les tensions restent vives dans la plus grande prison suisse. Ce jeudi, en fin de matinée, la situation s’est de nouveau dégradée à Champ-Dollon. Plusieurs détenus ont refusé de remonter de la promenade et de réintégrer les cellules, selon plusieurs sources. La police a été appelée en renfort. Les choses semblent être rentrées dans l’ordre en début d’après-midi.

Un ancien détenu dénonce un système de privilèges au sein de la prison d'Annoeullin

Un ancien détenu du centre pénitentiaire d’Annœullin a voulu témoigner de ce qu’il a vécu et vu pendant ses quelques mois de détention. Il dénonce un système de connivences entre certains détenus et certains gardiens, une entente qui réinstalle au cœur de la prison le système dans lequel les délinquants évoluent à l’extérieur.
 
 Pierre estime que certains détenus bénéficient d’une impunité grâce à une minorité de surveillants. PHOTO « LA VOIX »
 
Sur la foi de ce témoignage, nous avons contacté les syndicats qui nuancent la possibilité de telles connivences et la direction régionale de l’administration pénitentiaire, qui n’a pas souhaité s’exprimer.
 
« Ce que j’ai vu à la prison d’Annœullin m’a touché, indique cet homme d’une cinquantaine d’années. Certains détenus sont classés dans la case victime. Les victimes, c’est ceux, comme moi, qui ne connaissent personne et qu’on met sous pression au bout d’un moment parce qu’ils refusent d’entrer dans le jeu des détenus qui ont du pouvoir. » Ce monsieur, qu’on appellera Pierre, a passé quelques mois à la prison d’Annœullin pour un fait que l’on peut qualifier de mineur. Il estime que certains détenus bénéficient de privilèges et d’une impunité grâce à une minorité de surveillants.

Amiens - Le faux blessé s'évade de l'hôpital

Un détenu s’est fait la belle, lundi soir, de la maison d’arrêt d’Amiens après un transfert médical à l’hôpital pour un pied blessé sûrement imaginaire.

Le détenu a prétexté une envie pressante pour s’évader.(Photo d’archives)

Lundi, un détenu de la maison d’arrêt d’Amiens se plaint de souffrances au niveau d’un pied. En début de soirée, les services de SOS médecins sont prévenus et confirment que les douleurs sont bien réelles. À ce moment-là, on évoque une entorse ou une fracture au niveau du pied. Mais pour en avoir la certitude, le médecin décide de transférer le détenu, âgé de 28 ans, au centre hospitalier. Deux agents pénitentiaires procèdent à l’extraction médicale et le conduisent à l’hôpital nord. L’homme est menotté et juste avant d’être ausculté, il prétexte une envie pressante pour aller aux toilettes.

Nantes - Ils vont à l'école en étant en prison

Un nouveau centre scolaire a été aménagé au sein du centre de détention de la ville
 
Ils vont à l'école en étant en prison
 
Six salles de classes reliées par un même couloir. Des tableaux, des cartes, des proverbes sur les murs. Depuis l'automne, le centre de détention de Nantes-nord dispose d'un nouveau centre scolaire dédié. Un outil attendu depuis plus de dix ans. « Les salles étaient auparavant dispersées un peu partout, comme c'est le cas dans beaucoup d'établissements. Quand il y a du bruit, d'autres détenus à proximité, ce n'était pas facile de se concentrer. Ici, c'est apaisé. Ne viennent que les volontaires », explique André Page, directeur du centre pénitentiaire.

Prison : le serment de la pénitentiaire

Depuis l'entrée en vigueur, au 1er janvier 2011, du Code de déontologie du service public pénitentiaire, tous les élèves sortant de l'école nationale de l'administration pénitentiaire d'Agen prêtent serment.
 
Prison : le serment de la pénitentiaire
 
Hier, sur la base du volontariat, une soixantaine de fonctionnaires en poste ont prêté ce même serment, devant Jean Seither, président du tribunal de grande instance de Bordeaux, et Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République.
 

Retour en prison pour un évadé du centre pénitentiaire de Gradignan

L'homme de 27 ans s'était fait la belle en avril 2013 pendant un stage d'aviron entre détenus à Bordeaux-Lac, il été condamnée à une année supplémentaire. Il avait été repris peu de temps après.
 
 
Cet homme au casier chargé avait prétexté une envie pressante le 5 avril 2013 à Bordeaux. Les surveillants qui encadraient la sortie pédagogique sur le lac l'avaient alors autorisé à se rendre seul aux toilettes. Le détenu en avait profité pour se faire la belle en sautant dans une voiture stationnée à proximité sur le parking du centre nautique, et dont le conducteur est lui soupçonné de complicité.

mercredi 26 février 2014

Insultes et agression de surveillants à la prison d'Arras - la prison ferme pour deux paquets de nerfs

Hier mardi, le tribunal a condamné deux détenus de la prison d’Arras. Johan Gobert, 34 ans, a écopé de huit mois ferme, et Nicolas Lenfant, de six mois. Les deux prévenus sont évidemment maintenus en détention.

 Les deux détenus d’Arras ont écopé de six et huit mois de prison ferme en plus. VDNPQR
Les deux détenus d’Arras ont écopé de six et huit mois de prison ferme en plus.

Le 16 février, la sortie des détenus pour un moment de détente dans la cour de la prison est accompagnée d’un parachutage de bouteilles d’alcool. Les gardiens peu nombreux ont du mal à réagir quand ils constatent que les esprits s’échauffent et décident de faire rentrer quatre par quatre les détenus dans leurs cellules respectives. L’ambiance est électrique.

Documentaire "Maman est en prison" le dimanche 16 mars sur M6

M6 proposera le dimanche 16 mars 2014 à 23h le documentaire inédit Maman est en prison L'absente produit par Mélissa Theuriau et réalisé par Hélène Lam Trong.

Chaque année, environ 80 enfants naissent en prison et des milliers d’autres sont séparés de leur mère incarcérée. Pendant un an, la réalisatrice Hélène Lam Trong a accompagné quatre femmes et leurs enfants dans leur difficile bataille pour préserver leurs liens malgré les barreaux. “Maman est en prison” nous emmène au coeur d’une nurserie aménagée en milieu carcéral, derrière les murs d’un Centre Pénitentiaire, ou dans l’intimité d’un foyer brisé par l’incarcération d’une mère jusqu’alors idéalisée.

Tarascon - Un trafic de drogue démantelé à la prison

Onze personnes, dont cinq détenus de la maison d'arrêt de Tarascon, ont été interpellées ce mardi dans le cadre du démantèlement d'un trafic de résine de cannabis au sein de la prison, a annoncé la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône. 
 
Les auteurs utilisaient les temps de parloir pour introduire les produits stupéfiants, qui étaient ensuite revendus aux autres détenus, explique la DDSP dans un communiqué.
 
L'opération a été menée ce mardi à 6 heures, mobilisant une soixantaine de fonctionnaires. Cinq détenus ont été interpellés à la maison d'arrêt de Tarascon, et six personnes arrêtées dans le Var avec l'appui du GIPN et d'unités canines spécialisées de la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône (chiens de recherche de produits stupéfiants et d'armes).

Suisse - 8 agents et 26 détenus ont été blessés à Champ-Dollon

Constantin Franziskakis, directeur de l’établissement, envisage de transformer des cellules normales en cellules fortes. Il confirme que deux rixes ont eu lieu ce matin et présente son plan d'action.
 
 
La conférence de presse, démarrée à 14h30, a duré vingt minutes montre en main. Constantin Franziskakis, le directeur de Champ-Dollon, a confirmé que deux nouvelles rixes ont eu lieu ce mardi matin. Il s’agirait des trois précédentes bagarres entre Albanais et Maghrébins dimanche et lundi. Au total, en trois jours, huit gardiens et vingt-six détenus ont été blessés; certains ont dû être hospitalisés.

Foix - Il retourne en prison... le jour de sa libération de la maison d'arrêt

L’homme n’aura passé que quelques heures en liberté, au terme de treize mois de détention : un très bref moment, entre sa sortie de prison, le matin du 21 février dernier, vers 9 heures, et son retour derrière les barreaux, en début d’après-midi.
 
Entre ces deux moments de la même journée, Yohan L.. 37 ans, a d’abord connu les joies des retrouvailles avec sa compagne, une jeune femme d’une vingtaine d’années, venue le chercher à la porte de la maison d’arrêt. Pour arroser cette libération, du vin doux et du whisky attendaient son retour au bercail. Mais la fête a mal tourné. Vers 13 heures, la jeune femme appelle les gendarmes de Tarascon, depuis un café situé non loin de l’appartement du couple. Elle affirme avoir été frappée, que son compagnon s’est acharné sur le mobilier de leur appartement et qu’il lui a même jeté «des tuiles et des parpaings à la figure».

mardi 25 février 2014

La prison de Saint-Pierre va se doter de filets anti-projections

La maison d'arrêt de Saint-Pierre va être dotée de filets anti-projections.
 
La prison de Saint-Pierre va se doter de filets anti-projections
 
Une décision qui fait suite à la chute d'un détenu, dimanche dernier, de plus de 6 mètres après avoir tenté de récupérer un colis tombé sur un des toits de la prison. Le détenu, légèrement blessé, sera évacué vers le CHU de Saint-Pierre.

Mais une nouvelle fois, cet incident souligne le manque criant de sécurité et la vétusté au sein de la prison de Saint-Pierre. Face à cet énième problème, ce sont 135.000 euros qui vont être débloqués par la mission Outre-mer.

La rétention de sûreté critiquée par le contrôleur des prisons

Jean-Marie Delarue désapprouve la mise en œuvre de ce dispositif permettant depuis 2008, au nom de la dangerosité des personnes, de prolonger l'incarcération, par une période de soin dans un établissement fermé. Il dénonce un «alignement sur le régime carcéral».
 
Un seul centre socio-médico-judiciaire existe à ce jour. Il est implanté à la prison de Fresnes.
Un seul centre socio-médico-judiciaire existe à ce jour. Il est implanté à la prison de Fresnes.
             
La majorité n'y trouve rien à redire et s'en désintéresse. C'est peut-être pour cela que le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue a décidé de se saisir du sujet de la rétention de sûreté et d'en dresser le bilan, six ans après la loi qui l'a institué. L'avis a été publié mardi matin au Bulletin officiel. Jusqu'à présent, ce, n'a été appliqué qu'à quatre personnes seulement.

Démantèlement d'un trafic de drogue à la prison de Tarascon

Onze personnes, dont cinq détenus de la maison d'arrêt de Tarascon, ont été interpellées mardi dans le cadre du démantèlement d'un trafic de résine de cannabis au sein de la prison, a annoncé la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône. 

Plus de 7 kg de résine de cannabis ont été saisis au domicile du chef du réseau présumé à Toulon.
Plus de 7 kg de résine de cannabis ont été saisis au domicile du chef du réseau présumé à Toulon.
 
Les auteurs utilisaient les temps de parloir pour introduire les produits stupéfiants, qui étaient ensuite revendus aux autres détenus, explique la DDSP dans un communiqué. L'opération a été menée mardi à 6 h, mobilisant une soixantaine de fonctionnaires. Cinq détenus ont été interpellés à la maison d'arrêt de Tarascon, et six personnes arrêtées dans le Var avec l'appui du GIPN et d'unités canines spécialisées de la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône (chiens de recherche de produits stupéfiants et d'armes).

Suisse - Nouvel affrontement entre détenus à Champ-Dollon

La prison de Champ-Dollon, à Puplinge (GE), a été le théâtre d'une nouvelle bagarre entre détenus, mardi matin.

L'information, révélée par la télévision locale "Léman Bleu", a été confirmée par le président de l'Union du personnel du corps de police (UPCP) Christian Antonietti.
 
Selon M. Antonietti, la rixe aurait fait deux blessés. La prison de Champ-Dollon est depuis plusieurs jours sous haute tension. Dimanche, une énorme bagarre impliquant une centaine de détenus a éclaté. La police a été mobilisée et le calme est revenu l'espace d'une nuit. Lundi, deux nouvelles rixes se sont produites.

Grève de la faim dans une prison grecque

Les détenus du seul hôpital pénitentiaire grec ont déclenché une grève de la faim et refusent de prendre leurs médicaments pour dénoncer leurs conditions de détention.

L’hôpital pénitentiaire de Korydallos, à l’ouest d’Athènes, accueille actuellement plus de 200 hommes même s’il n’a été conçu que pour en héberger 60.

La plupart des détenus sont séropositifs tandis que d’autres souffrent de maladies contagieuses comme la tuberculose, l’hépatite et la gale sarcoptique humaine.

Des énoncés mis en ligne sur Facebook et Twitter affirment que 178 détenus refusent de s’alimenter depuis une semaine, tandis que les patients séropositifs refusent de prendre leur médication antirétrovirale.

Suisse - Champ-Dollon à Genève: cinq blessés au cours de violents affrontements

Après les échauffourées impliquant 100 détenus dimanche, la prison de Champ-Dollon a de nouveau fait l'objet de violents affrontements lundi. Cinq détenus ont été grièvement blessés.
 
La prison de Champ-Dollon connait un grave problème de surpopulation. Elle accueille actuellement 849 détenus pour 376 places.
 
Deux bagarres se sont produites ce lundi dans la prison de Champ-Dollon, La chaîne de télévision genevoise Léman Bleu a fait état d'une échauffourée survenue dans la matinée et d'une autre ayant éclatée en milieu d'après-midi. Cinq détenus ont été grièvement blessés à l'arme blanche.

Les quatre vies de la prison de Mauzac

Jeudi, dans le cadre du cycle de conférences mensuelles organisées par le Lions Club des Bastides du Périgord, Michel Denys avait invité à l'hôtel du Périgord, à Lalinde, l'historien Jacky Tronel. La séance avait pour titre : « Les Quatre Vies de la prison de Mauzac (1940-1970) ».

Les quatre vies de la prison de Mauzac
 
Devant la quarantaine de personnes présentes, l'historien a tout d'abord évoqué les raisons de l'implantation d'une prison à Mauzac.
 

Suicide d'un détenu à la prison de Maubeuge: l'hôpital condamné pour "faute"

L'hôpital de Maubeuge (Nord) a été condamné le 5 février par le tribunal administratif de Lille pour "faute" après le suicide d'un détenu à la prison de Maubeuge en 2006, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Le tribunal administratif a condamné le centre hospitalier de Sambre-Avesnois à Maubeuge "à verser 15.500 euros à la famille" de ce détenu âgé de 21 ans, décédé après s'être pendu le 16 novembre 2006 dans sa cellule du quartier disciplinaire (QD), a annoncé dans un communiqué l'Observatoire international des prisons (OIP).

Le jeune homme, qui souffrait de toxicomanie et de dépression, avait été retrouvé pendu aux grilles de sa cellule, deux jours après son placement en quartier disciplinaire "pour des menaces à l'égard d'un surveillant, qu'il contestait avoir proférées", a indiqué l'OIP.
Il était décédé six jours plus tard au CHRU de Lille.

lundi 24 février 2014

GSM en prison, les syndicats opposés

Le contrôleur général des prisons évoque l’autorisation des téléphones portables dans les cellules. Une proposition mal accueillie par le personnel pénitentiaire.
Autoriser les portables dans les prisons, la proposition créé un tollé chez les représentants syndicaux du personnel pénitentiaire. Pour eux, cette mesure est totalement inutile.

Les détenus ont déjà la possibilité de communiquer sous conditions. Les plus démunis se voient offrir un euro de communication.

Alençon - Prison : « Défendre au mieux nos clients »

Les avocats d'Alençon répondent à leurs confrères parisiens qui ont critiqué leur choix de réclamer des parloirs vitrés.

Le barreau d'Alençon a obtenu satisfaction, mercredi, avec l'annonce par le directeur de la prison d'Alençon-Condé de mesures de sécurité lors des parloirs (Ouest-France du jeudi 19 février).
Une avancée qui les a décidés à retourner au sein du centre pénitentiaire, qu'ils avaient décidé de déserter, depuis le 7 février, tant que ces mesures n'étaient pas prises.

Un choix que n'avaient pas compris des avocats parisiens, dont certains ont des clients à la prison d'Alençon, et qui l'avaient fait savoir au travers d'une tribune publiée dans nos colonnes mardi 18 février.

samedi 22 février 2014

Deux hommes écroués dans l'enquête sur l'évadé de la prison d'Arras

Deux hommes ont été mis en examen et écroués vendredi, soupçonnés de complicité dans l'évasion lundi d'un détenu de la maison d'arrêt d'Arras, a-t-on appris auprès du parquet de la ville.

Les deux hommes, déférés vendredi devant un juge arrageois, sont accusés de recel de malfaiteurs. Ils ont reconnu avoir pris en charge l'évadé juste après son évasion lundi de la prison en passant par les toits, a expliqué à l'AFP le parquet d'Arras.

"Les deux intéressés ont été placés sous mandat de dépôt", conformément aux demandes du parquet, a indiqué ce dernier vendredi soir.

Belfort - il s'était évadé de la prison en sciant les barreaux

L’homme s’était évadé de la maison d’arrêt de Belfort « comme dans les films hollywoodiens ».
 
La maison d’arrêt de Belfort et sa promenade vues du ciel. Photo Xavier GORAU
 
De nos jours, un scénariste de cinéma proposerait une histoire telle que celle évoquée hier au tribunal correctionnel de Belfort, n’importe quel producteur lui aurait ri au nez. Les prisons ont appris des évasions précédentes et leur système de sécurité est à l’abri de toute tentative, lui aurait-on répliqué. On ne s’évade plus à l’ancienne, comme dans les années 50, mon brave !

Un détenu en permission attaque un magasin qu'il a déjà braqué

Condamné pour un premier braquage en 2012, un détenu a mis à profit une permission pour attaquer vendredi le même magasin à Châteauroux.
 
De faux policiers lui volent 200.000 euros
 
Difficile de comprendre les raisons de son acte. Condamné pour un premier braquage en août 2012, un détenu a mis à profit une permission de sortie pour attaquer vendredi matin le même magasin à Châteauroux, dans l'Indre.

vendredi 21 février 2014

Lannemezan - Le détenu se prend pour un crabe et se bat avec ses geôliers

Il arrive dans le box avec une croix autour du cou et un tee-shirt à l’effigie de Barack Obama. L’accusé, d’origine haïtienne, comparaît au tribunal correctionnel pour avoir commis des violences sur deux surveillants du centre pénitentiaire de Lannemezan, le 8 janvier dernier.
 
C’est lors d’une fouille au corps réalisée par trois gardiens de prison, après la découverte d’un poinçon artisanal et d’un flacon d’urine sous le lit de sa cellule, en quartier disciplinaire, que le détenu s’est énervé, a donné des coups de poing à l’un et a mordu au doigt l’autre.
 
Des renforts ont même été sollicités. Il faut dire que le détenu est coutumier du fait. En plus des 18 ans de réclusion criminelle prononcés par la cour d’assises de la Guadeloupe, notamment pour vol avec arme et viol sous menace d’une arme, il a déjà été condamné par deux fois, notamment pour avoir jeté de l’urine sur un surveillant, si bien que sa sortie de prison ne devrait pas intervenir avant novembre 2035.
 

Évasion de la prison d'Arras: un deuxième homme en garde à vue

Un deuxième homme est en garde à vue jeudi dans le cadre de l'enquête sur l'évasion lundi à Arras d'un jeune détenu de 24 ans. Il était probablement dans la voiture qui attendait le fugitif à l'extérieur de la maison d'arrêt. 
                               
La maison d'arrêt d'Arras dans le Pas-de-Calais 

Une deuxième garde à vue dans l'affaire de l'évasion d'Arras. Un jeune d'une vingtaine d'années a été interpellé mercredi dans le cadre de l'enquête sur l'évasion lundi à Arras de Yoann Candelier, un détenu de 24 ans.

Un Américain reçoit 6,4 millions de dollars pour 23 ans passés en prison à tort

Il était accusé du meurtre d'un rabbin juif orthodoxe, en 1990, à New York.
 
David Ranta, 59 ans, a passé 23 ans en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis. La ville de New York a annoncé, jeudi 20 février, qu'elle allait lui verser 6,4 millions de dollars (près de 4,7 millions d'euros), en guise de dédommagement.

Condamné en mai 1991 pour le meurtre d'un rabbin juif orthodoxe de Brooklyn, Chaskel Werzberger, tué par balles lors du cambriolage raté d'une bijouterie en février 1990, l'homme avait toujours clamé son innocence. Il avait été libéré en mars 2013.

Voter en prison, une vraie galère

ENTRE LES MURS - Seulement 2% des détenus exercent leur droit de vote. Derrière les barreaux, la démarche tourne vite au parcours du combattant.
 
Le fils de Marisol Touraine en prison pour extorsion de fonds
 
ENTRE LES MURS - Seulement 2% des détenus exercent leur droit de vote. Derrière les barreaux, la démarche tourne vite au parcours du combattant.
                                                  

Pierre Botton, l'homme qui veut changer la prison

L'Homme d'affaires n'a vraiment pas l'intention d'abandonner son business:
 
Moderniser la prison pour éviter la récidive : c'est l'obsession de Pierre Botton depuis son incarcération dans les années 1990. A force de ténacité, il a réussi à impliquer plusieurs grandes entreprises qui lui viennent en aide. Mais il se heurte toujours au conservatisme de l'administration pénitentiaire.
 
Pierre Botton n'est en fait jamais sorti de prison. Et s'il vous plante là, en plein milieu des couloirs froids et sonores de la maison d'arrêt de Fresnes, en banlieue parisienne, c'est pour mieux revenir plus tard. Tout de suite, il doit se rendre à un rendez-vous avec Henri de Castries, le patron d'AXA. « Il va nous aider, vous comprenez ? » On comprend. D'autant plus que Pierre Botton a de l'énergie et de la volonté pour douze et qu'il ne vous laisse pas le temps de répondre.

Montpellier Villeneuve-lès-Maguelone : frappée devant la prison

Une Montpelliéraine agressée et dépouillée par trois femmes devant les grilles de la prison. 
 
L'agression s'est jouée devant les portes de la prison...
 
Les gendarmes de Villeneuve-lès-Maguelone ont ouvert une enquête après le dépôt de plainte d’une femme qui aurait été victime d’une inquiétante agression devant la maison d’arrêt.
 
Selon les explications de cette Montpelliéraine de 38 ans, elle est venue samedi dernier visiter son beau-frère au parloir. Mais juste avant, sur le parking, puis devant l’espace dédié au relais famille, trois femmes l’ont agressée, lui portant des coups, lui tirant les cheveux et lui dérobant même son manteau en fourrure et son sac à main de marque...

Les avocats d'Alençon retournent au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe

Les avocats d'Alençon ont mis un terme à leur droit de retrait au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe.


Ils expliquent que le Directeur de la Prison s’est engagé à mettre en place des portiques à ondes millimétriques qui détectent des objets même petits.
 
Il s’est engagé à mettre un surveillant en faction devant la porte où les avocats rencontrent les détenus, mais à l’extérieur de la salle, pour assurer la confidentialité des entretiens. Il s’est enfin engagé à cadencer les audiences de commissions de discipline pour dégager du temps à tous les intervenants, pour mieux assurer la défense digne de ce nom des détenus.

jeudi 20 février 2014

Evasion de la prison d'Arras: un complice présumé en garde à vue

Un homme soupçonné d'avoir aidé un jeune détenu de 24 ans à s'évader lundi de la prison d'Arras a été interpellé mercredi et placé en garde à vue. 
                              
L'entrée de la maison d'arrêt d'Arras dans le Nord 

Deux jours après l'évasion d'un détenu de 24 ans par les toits de la prison d'Arras dans le Nord, un complice présumé a été interpellé et placé en garde à vue. Il s'agit du chauffeur qui attendait au volant d'une voiture devant la maison d'arrêt.

Rennes - Cannabis: détenus piégés par les écoutes

Six personnes ont comparu pour un trafic de stupéfiants à la prison de Vezin. Ils ont été condamnés malgré leurs dénégations.

Frédéric Pouzier, 25 ans, nie avec véhémence. « Vous n'avez aucune preuve, nargue-t-il le tribunal. Il faut se fier à mes dépositions. » Le président lui lit alors quelques passages des écoutes téléphoniques qui trahissent l'évidence d'un trafic de stupéfiants en détention. Le prévenu baisse un peu la garde et admet qu'il fume du shit en prison. Mais il nie le trafic. Et en devient vulgaire.

L'affaire fait suite à la condamnation le 9 janvier dernier de Rachid Zémouli à deux ans de prison pour avoir approvisionné, pendant des mois, des détenus à la prison. Frédéric Pouzier est considéré comme un de ses fidèles clients. Julien Bart, 24 ans, condamné à un an de prison pour avoir frappé son amie, nie lui aussi malgré les charges. Une petite quantité de cannabis, 1 g, a été trouvée dans sa cellule.

Prison d'Alençon-Condé - Plus de sécurité pour les avocats

Ils ont obtenu des mesures de sécurité lors les parloirs et vont de nouveau se rendre à la prison.
 
photo bertrand deniaud, bâtonnier d'alençon. © delphine le normand
Bertrand Deniaud, bâtonnier d'Alençon

Des gardiens en faction devant la porte où se déroulent les parloirs ; des portiques capables de détecter des objets, même petits ; et des cadences d'audience de commissions de discipline revues à la baisse.

C'est ce qu'a obtenu, mardi, le barreau d'Alençon.

Depuis le 7 février, les avocats d'Alençon avaient décidé de ne plus mettre les pieds à la prison pour participer aux commissions de discipline. Trop d'agressions de surveillants, et la crainte de voir, un jour, "des avocats pris en otages". 

Prison d'Alençon-Condé - Trois ans de plus pour Youssouf Fofana

Le détenu d'Alençon-Condé a comparu ce mercredi devant le tribunal d'Alençon pour des violences sur des surveillants. Il a écopé de 3 ans ferme.
 
photo trois véhicules de polices étaient chargés de sécuriser les lieux à l'arrivée au palais de justice de youssouf fofana.

L'homme, condamné en juillet 2009 à la prison à perpétuité, pour avoir séquestré, torturé et tué Ilan Halimi, est arrivé sous très forte escorte policière peu avant 15 heures.
Des hommes du Raid, l'élite de la police nationale, ont sécurisé les alentours du palais de justice.
 

Alain Jégo, directeur interrégional de l'administration pénitentiaire : "On ne fera pas de miracle» à la prison d'Arras"

Alain Jégo, directeur interrégional de l’administration pénitentiaire, confirme ce mercredi qu’une enquête interne est ouverte (une « mission d’inspection ») suite à l’évasion de Yoann Candelier, lundi, de la prison d’Arras.
 
 
C’est toujours le cas quand une évasion se produit. Conscient que l’évadé a été aidé par des détenus, M. Jégo indique qu’hélas « tous les établissements ne se valent pas en matière de sécurité » : « Entre la prison d’Annœullin et celle d’Arras, on n’est pas sur le même niveau ».

mercredi 19 février 2014

Prison: Le nombre de personnes incarcérées en hausse de 1,6% en un an

67.820 personnes étaient incarcérées en France au 1er février, un chiffre en hausse de 1,6 % par rapport à la même date de 2013.

Selon des données publiées mercredi par l'Administration pénitentiaire, 67 820 personnes étaient incarcérées en France au 1er février, un chiffre en hausse de 1,6 % par rapport à la même date de 2013,

Plus de prisonniers que de places

Par rapport au 1er janvier 2014, la population carcérale est également en hausse, de 1,1 %. Toujours au 1er février, la capacité opérationnelle des établissements pénitentiaires, c'est-à-dire le nombre des places disponibles, était de 57 490 places.

CHÄLONS-EN-CHAMPAGNE - Accusé de « complicité de violence » sur un détenu, un surveillant relaxé en appel.

La cour d’appel de Reims vient de mettre un point final aux poursuites engagées contre un surveillant de la maison d’arrêt de Châlons-en-Champagne qu’un détenu avait accusé de « complicité de violence » lors d’une agression au sein de l’établissement pénitentiaire.
 
Les magistrats de la cour l’ont relaxé, confirmant ainsi le jugement rendu le 20 mars par les juges châlonnais (L’union du 22 mars).
 
Les faits remontent au 19 décembre 2012. D’origine africaine, un détenu avait fait l’objet d’injures raciales proférées depuis une cellule, à son passage dans les coursives. Il avait répondu par d’autres noms d’oiseau avant d’être reconduit dans ses quartiers.

L’incident aurait pu en rester là mais le jour même, le surveillant avait extrait le détenu pour l’amener dans la cellule de celui qui l’avait injurié. La confrontation entre les deux hommes tournait au vinaigre, l’outragé assénant plusieurs coups à l’outrageant (ce qui valut au premier une peine de deux mois ferme).

mardi 18 février 2014

La sexualité en prison: Illégal mais pas tabou

Chaque année de nombreux bébés sont conçus dans les parloirs des prisons azuréennes et varoises. Un phénomène qui pose le problème de l’intimité en prison
 
tabou ou hypocrisie ? - 24390755.jpg
 
Sur son T-shirt floqué flotte le visage d'un nouveau-né. Un bébé de quelques mois à peine que le jeune homme, condamné pour trafic de stupéfiants, n'a jamais vu en dehors des murs de la maison d'arrêt de Grasse où il est incarcéré depuis… 34 mois. L'enfant a été conçu au parloir de la prison où sa femme vient lui rendre visite chaque semaine.

Evasion de la prison d'Arras : une opération "préparée"

Les circonstances sur l'évasion lundi d'un détenu de la maison d'arrêt d'Arras se précisent. Le prisonnier, qui a sans doute bénéficié de complicité(s), avait apparemment bien préparé son évasion. Il court toujours et est activement recherché.
 
Le fugitif est activement recherché © F3

Yoann Candelier, 24 ans, avait apparemment bien réfléchi à sa sortie "spectaculaire" de la maison d'arrêt d'Arras, dans la matinée de lundi. En détention provisoire depuis juin 2013 pour tentative d'homicide, enlèvement et séquestration, le prisonnier s'est échappé par le toit de la salle de sport de la prison. Il est toujours activement recherché, et la gendarmerie procède à l'audition de personnes de son "environnement".

Royaume-Uni - La justice maintient les peines de prison incompressibles

La Cour d'appel de Londres s'est prononcée pour le maintien des peines de prison incompressibles à perpétuité.

La Cour d'appel de Londres s'est prononcée mardi pour le maintien des peines de prison incompressibles à perpétuité, allant ainsi à l'encontre d'un arrêt de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

Le procès des meurtriers de Lee Rigby en attente

Cette décision était très attendue au Royaume-Uni, où le verdict dans plusieurs affaires retentissantes - notamment celle du meurtre du soldat Lee Rigby à Londres - avait été suspendu le temps que la Cour d'appel se prononce sur la légalité ou non des peines de prison incompressibles.

USA - Il s'échappe de prison pour la Saint-Valentin

Un quadragénaire a escaladé les deux murs d’enceinte de la maison d’arrêt de l’Arizona, où il était retenu prisonnier, pour retrouver l’élue de son cœur le soir du 14 février.

storybild
L'homme est soupçonné de vol et de recel
 
Placé en détention provisoire depuis le 10 janvier, Joseph Andrew Dekenipp n’a pas attendu de connaître sa peine définitive pour s’évader de la maison d’arrêt de l’Arizona où il était prisonnier. Ne supportant pas l’idée de passer un soir de Saint-Valentin loin de sa petite amie, il a escaladé deux murs d’enceinte, dont un de près de 4 m de haut surmonté de lames de rasoir, et a convaincu un automobiliste de l’emmener jusqu’au bar où il avait rendez-vous avec l’élue de son cœur, rapporte la chaîne locale de CNN.

Evasion de la prison d'Arras : la gendarmerie lance un appel à témoins

Ce lundi matin, un détenu de 24 ans, Yoann Candelier, s'est évadé par les toits, de la prison d'Arras. Pour tenter de le retrouver, la gendarmerie lance un appel à témoins. 
 
Yoann Candelier est recherché depuis ce lundi matin par les gendarmes d'Arras.
Yoann Candelier est recherché depuis ce lundi matin par les gendarmes d'Arras.
 
L'évasion a eu lieu ce lundi matin vers 10h. Le détenu qui a réussi à s'échapper de la prison d'Arras est  écroué en détention provisoire pour une affaire de tentative d'homicide au couteau et de séquestration. Il s'est semble-t-il évadé par les toits, au niveau de la salle de sport de la prison. Ce détenu qui avait déjà était en cavale pendant deux mois entre avril 2013 et juin 2013 s'appelle Yoann Candelier et est originaire de Sains-en-Gohelle.  

Faut-il épargner la prison aux détenus atteints de maladies mentales ?

Les chiffres sont inquiétants: selon le groupe de travail santé-justice, dont le rapport a été révélé par La Croix, commandé il y a plus d'un an par les ministres de la Santé et de la Justice, de 20 à 30 % des détenus souffriraient de troubles psychotiques.

20 à 30 % des détenus souffriraient de troubles psychotiques.

La Cour des comptes va même plus loin, puisque, dans son rapport annuel, elle dénonce «une prévalence très forte des maladies psychiatriques et infectieuses. Au moins un trouble psychiatrique est identifié chez huit détenus sur dix, le taux de détenus atteints de schizophrénie étant quatre fois plus élevé que dans la population générale».

Angoulême - "Bonne année !!! Mon c..." : le gardien de prison qui ne la ferme pas

Un délégué syndical de la maison d’arrêt d'Angoulême fait l’objet d’une enquête pour un tract titré « Bonne année !!! Mon c… » et jugé injurieux par sa hiérarchie. Polémique.
 
Il assume d'entrée, bravache : « Quand on hausse le ton, on est un peu plus entendu. »
 
Entendu, Steeve Boisereau l'est sans doute au-delà de ses espérances. Jeudi dernier, le surveillant pénitentiaire et secrétaire local CGT à la maison d'arrêt d'Angoulême était convoqué au commissariat de police, conséquence du dépôt de plainte de son directeur, Christian Patrone.

lundi 17 février 2014

Nord - 850 000 EURO pour sécuriser la prison de Sequedin

Des travaux de sécurisation des parloirs ont débuté lundi à la maison d'arrêt de Sequedin (Nord), près de Lille, d'où s'était évadé il y a dix mois le braqueur Redoine Faïd. 
 
«Les travaux de sécurisation au niveau des parloirs commencent cette semaine et vont s'étaler logiquement jusqu'à la fin de l'été, pour un coût de 850 000 euros», a indiqué la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) de Lille.
 
Un portique à ondes millimétriques, dont le coût «est évalué à 150 000 euros», doit également être installé «en plus en terme de sécurisation».

Arras - Un détenu s'est évadé de la prison

Un détenu âgé d'une vingtaine d'années s'est évadé lundi matin de la maison d'arrêt d'Arras en passant par les toits.

Le détenu, écroué pour une affaire de tentative d'homicide au couteau, sans qu'on sache s'il est déjà condamné, s'est évadé de la maison d'arrêt par les toits, a indiqué une source policière.
L'homme, né en 1990, s'est semble-t-il évadé par les toits, au niveau de la salle de sport de la prison, a déclaré Frédéric Charlet, secrétaire régional adjoint de l'Ufap-Unsa Justice.

Aidé par "d'autres détenus"

"Il s'est fait aider d'autres détenus pour accéder aux toits dans les combles et après, il aurait cassé des tuiles au niveau de la toiture et sauté à l'extérieur", a-t-il précisé.

La dérive de la prison la plus sécurisée de France

André Breton a un sourire fatigué. Trente-sept ans de pénitentiaire, entré dans l'administration comme simple surveillant, il a gravi tous les échelons et dirige désormais le rude centre pénitentiaire d'Alençon-Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne.
 
 
L'Orne, morne plaine. La prison s'étend sur 35 hectares sous un éternel crachin ; pas de voisins, une immense prairie qui vient buter au milieu de nulle part sur les hauts murs d'enceinte de la prison la plus sécurisée de France.
 
On y enferme pour neuf à douze mois les détenus les plus dangereux, les plus violents, ceux qui ont été exclus de tous les autres établissements et qui purgent des peines infinies, vingt-cinq, trente ans, perpétuité. Le temps de retrouver un semblant de vie collective, avant de retourner dans un régime de détention plus souple.

CP d'Alençon-Condé-sur-Sarthe - Interview d'Isabelle Gorce

Prises d'otages, agressions, violences... Neuf mois après l'ouverture du centre pénitentiaire d'Alençon-Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne, les incidents graves se succèdent.
 
Ce centre – dans lequel on enferme pour une durée de neuf à douze mois les détenus les plus dangereux, les plus violents, ceux qui ont été exclus de tous les autres établissements et qui purgent des peines infinies, vingt-cinq, trente ans, perpétuité – a coûté 65 millions d'euros. Avec aujourd'hui 68 détenus pour 204 places , ce projet de prison ultra sécurisée doit être revu.
 
Isabelle Gorce, directrice de l'administration pénitentiaire depuis août 2013, s'est rendue à la centrale. Elle revient pour Le Monde sur les raisons de cet échec.

Vidéo i télé - Mobiles à l'ombre ?

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, s'est déclaré favorable à ce que les téléphones portables soient autorisés, mais contrôlés, en prison pour les détenus.
 
Un facteur considérable, selon lui, "d'apaisement" des conditions de détention. Une fausse bonne idée rétorquent les syndicats de surveillants de prison qui craignent pour la sécurité.
 
Réaction de Bruno Boudon de l'UFAP/UNSa Justice:
 

Belgique - Une nouvelle prison ultra-moderne à Beveren (Photos)

Regardez bien la partie "informatique" du reportage vidéo et les possibilités de communication qui en découlent pour le détenu...
 
La prison comporte deux promenades fermées, couvertes de câbles assurant une protection contre les hélicoptères et les échelles de corde, et quatre jardins intérieurs.
 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...