-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 31 mars 2014

Lutterbach : Rémy Neumann (EELV) emporte la triangulaire

Après Henri Stoll réélu la semaine dernière à Kaysersberg, Rémy Neumann est l’un des rares maires écologistes à avoir été élu en Alsace. Il a décroché la mairie de Lutterbach avec 48,5% des voix.

Son adversaire Jean-Marie Nick, adjoint et successeur désigné du maire sortant arrive, en deuxième position avec 42,1%.
 
Un troisième candidat s’était maintenu, Noël Millaire, qui n’a pas atteint les 10% des suffrages.
 
Avec en toile de fond l’implantation de la nouvelle prison dans la commune. Les habitants ont clairement voté pour celui qui s’oppose à la construction de cet établissement sur des terres agricoles.

Carlos condamné à 1.500 euros pour outrage

Ilitch Ramirez Sanchez, alias Carlos, a été condamné à 1.500 euros d'amende pour outrage à l'encontre d'une lieutenante de l'Administration pénitentiaire lors de son procès en appel en mai 2013. 
 
Le parquet avait requis 2.000 euros d'amende. Le tribunal correctionnel de Paris l'a en outre condamné à verser 1.000 euros de dommages et intérêts à la victime.

Il était reproché à Carlos d'avoir proféré des injures, dont certaines à caractère antisémite en marge de son dernier procès devant les assises spéciales de Paris, le 22 mai 2013. Devant les policiers, Carlos avait contesté avoir traité l'agent des services pénitentiaires de "sale juive", mais a reconnu l'avoir qualifiée d'"Israélienne" et de "sioniste". S'exprimant avec véhémence au point de se faire rappeler à l'ordre à plusieurs reprises par le président, Carlos avait dénoncé à l'audience, le 3 mars, une "magouille", un "montage". Pour lui, "99 % des surveillants sont des gens honorables", "1 % sont des tarés", avait ajouté le Vénézuélien de 64 ans.

L'oral du bac depuis l'hosto ou la prison

Un décret facilite la vie des candidats en juin

Les candidats au bac 2014 pourront passer les épreuves orales à distance et en temps réel depuis leur domicile, chambre d’hôpital ou cellule de prison.

Et ce, qu’il s’agisse d’un bac général, professionnel ou technologique. De quoi faciliter la vie de ceux qui habitent loin d’un centre d’examen ou ne peuvent se déplacer pour raison de santé, de handicap ou d’incarcération.

Cette mesure est consignée dans un décret publié ce mois-ci au Journal officiel .

L'évadé de Nantes est toujours en cavale

Le détenu qui s'est fait la belle, jeudi, en profitant d'un rendez-vous avec un organisme d'insertion, n'a pas été retrouvé.
 
Julien Le Prado, 25 ans, condamné à une peine de quatre ans pour des violences aggravées commises à Brest en juillet 2011, est toujours en cavale.
 
Un mandat de recherche a été lancé et la police judiciaire a été saisie de l'affaire. Ce détenu, signalé comme « dangereux », devait sortir de prison en juin 2014.

Etats-Unis - il a passé dix-huit ans dans le couloir de la mort

L’Américain Damien Echols a passé deux décennies en prison pour l’affaire dite des « West Memphis Three » qui a longtemps tenu en haleine l’Amérique. La mobilisation des stars l’a sauvé.
 
Damien Echols est l’auteur de   La vie après la mort (Éd. Ring).   Photo X. Frère
Comment vivez-vous depuis votre libération en 2011 ?
« J’ai vécu durant vingt ans dans une boîte. D’un seul coup, je suis propulsé dans le vrai monde. Je dois m’adapter chaque seconde à cette nouvelle vie. Je n’ai pas eu d’ordinateur depuis 1986, je n’ai jamais eu de téléphone mobile. Pour m’en sortir, il faut que j’affronte ces choses qui m’effraient… Et j’ai beau vous parler à Paris, pour le système judiciaire américain, je reste coupable. »

Francis Heaulme change d'avocat juste avant l'ouverture de son procès

Le tueur en série Francis Heaulme a changé d’avocat juste avant l’ouverture de son procès devant les assises de Moselle pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, a annoncé lundi l’avocat révoqué, Me Pierre Gonzalez de Gaspard. 

         Francis Heaulme. Photo AFP/Damien MEYER

C’est Me Liliane Glock, qui avait déjà défendu Francis Heaulme par le passé, qui remplace Me Gonzalez de Gaspard, a précisé ce dernier aux médias rassemblés dans la cour du palais de justice de Metz.

dimanche 30 mars 2014

Un détenu s'échappe de la prison de Nantes

Un détenu s'est échappé hier de la prison de Nantes, alors qu'il sortait du centre de détention.
 
Il se rendait à l'organisme d'insertion avec sa conseillère de probation, quand il est parti en courant vers la mosquée à proximité. La police a fouillé les lieux, sans succès, et lancé un mandat de recherche.
 
L'homme est signalé comme « dangereux ». L'expert qui l'avait examiné lors de sa mise en examen avait diagnostiqué un homme « impulsif, instable, déséquilibré ». Il purgeait une peine de quatre ans pour des violences aggravées commises à Brest, en juillet 2011 sur sa compagne, et devait sortir en juin 2014. Hier soir, il n'avait pas été retrouvé.

Vaucluse - Il cambriole avec son bracelet électronique

«Si vous êtes condamnés à trois ans de prison (dont une année avec sursis, NDLR), c’est qu’on a épuisé toutes les solutions… » déplore le président Pidoux du tribunal correctionnel d’Avignon. En face de lui, Samir Afaifia, 27 ans, et un casier déjà long.
 
Tribunal d'Avignon. Photo illustration DL

Le 15 février dernier, près de la route de Tarascon à Avignon, les policiers l’ont débusqué derrière un buisson, tout près d’une maison à peine cambriolée. Il avait encore son bracelet électronique, mesure prise lors d’une précédente condamnation, quand il a participé à ce vol avec effraction qui a donné lieu à des arrestations en flagrant délit, plutôt musclées et rocambolesques.

Argentan - Les surveillants de la prison font blocage

Jeudi matin, les surveillants du centre de détention d'Argentan ont manifesté pour réclamer du personnel supplémentaire.

Jeudi matin, les surveillants pénitentiaires ont bloqué l'entrée du centre de détention d'Argentan afin de réclamer des postes supplémentaires. 
 
Ils étaient une quarantaine de surveillants pénitentiaires à avoir bloqué l'entrée du centre de détention entre 6 h 30 et 10 h, jeudi. À l'appel de l'Ufap-Unsa Justice et de Force ouvrière pénitentiaire, les surveillants ont manifesté afin de réclamer du personnel. « Il y a un Cap de mutation en juin et il n'y aura aucun poste supplémentaire à Argentan », déplorent Joseph Rousseaux, de FO Pénitentiaire, et Franck Piquet, de l'Ufap-Unsa Justice.

samedi 29 mars 2014

Colmar - mécontente du verdict, elle fonce dans la voiture des gendarmes

Mécontente de la décision du tribunal correctionnel de Colmar qui envoyait un de ses fils en prison, une femme de 45 ans, habitant à Oberhergheim, avait foncé volontairement avec son Renault Express dans une voiture de la gendarmerie stationnée le long du tribunal, mercredi dernier.
Interpellée sur place et placée en garde à vue, la quadragénaire a été jugée hier après-midi à Colmar en comparution immédiate. Jamais condamnée, elle n’a quasiment pas dit un mot durant l’audience. Elle a juste glissé un « Je suis désolée ». En plus des dégradations sur le véhicule des militaires, elle devait répondre de dégâts sur une Audi A4. Là, les faits ont été requalifiés en défaut de maîtrise. Les images d’une caméra de vidéosurveillance ont permis de déterminer qu’elle n’avait pas percuté l’Audi de manière intentionnelle.

Pyrénées - Des détenus au cirque d'Anéou

Depuis plus de 10 ans, Le Parc national des Pyrénées collabore avec la maison d'arrêt de Pau et organise des sorties en montagne pour des détenus en fin de peine ainsi que des expositions et des conférences au sein de la prison.
 
Des détenus au cirque d’Anéou
La découverte de la marche en raquettes au cirque d’Anéou a ravi les participants

Dernièrement, le Parc national des Pyrénées a proposé des sorties pédagogiques sur la découverte du milieu montagnard à des détenus. Deux randonnées en raquettes ont été organisées, l'une pour les femmes et l'autre pour les hommes, en vallée d'Ossau et au cirque d'Anéou.

Affaire Merah : son frère demande sa libération dans un long monologue d'une heure

Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, a demandé sa remise en liberté. La chambre de l'instruction doit rendre son arrêt mardi à 14 heures

Affaire Merah : son frère demande sa libération dans un long monologue d'une heure
Convoi de voitures de police lors de l'arrivée d'Abdelkader Merah, le 10 septembre 2012, au palais de justice de Paris.
La cour d'appel de Paris a examiné vendredi après-midi le maintien en détention d'Abdelkader Merah, le frère de l'auteur des sept assassinats de Toulouse et Montauban de mars 2012.

Procès de Francis Heaulme : un témoin surprise se présente 28 ans après le double-meurtre

Ce nouveau témoignage, qui laisse entendre qu'un autre homme serait mêlé à l'affaire, ne convainc pas les parties civiles
 
Procès de Francis Heaulme : un témoin surprise se présente 28 ans après le double-meurtre
Francis Heaulme, déjà condamné à la prison à perpétuité pour neuf meurtres, se dit innocent dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz
 
A trois jours du procès de Francis Heaulme, qui comparaît devant la cour d'assises de Moselle pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle), un témoin surprise laisse entendre, vingt-huit ans après les faits, qu'un autre homme serait mêlé à cette affaire, un nouveau témoignage jugé toutefois peu crédible par les parties civiles.

vendredi 28 mars 2014

18 ans de prison requis contre "Papy Marcel"

La procureure a requis 18 ans de réclusion contre Marcel Guillot, 93 ans, pour meurtre.
 
93 ans et 18 ans de réclusion requis. Son âge n'aura pas adouci le réquisitoire de la représentante du ministère public.
 
La procureure a requis 18 ans de réclusion contre Marcel Guillot, 93 ans. Celui que l'on surnomme "Papy Marcel" est actuellement jugé pour avoir tué en 2011 Nicole El Dib.
 

Assises du Doubs - 8 ans de prison pour avoir frappé à mort sa mère

Ludovic Cottez a été condamné par la cour d'assises du Doubs. Le drame s'était noué le 11 septembre 2011 dans un appartement de Montbéliard. 
 
Ludovic Cottez dans le box des accusés aux assises du Doubs © France 3 Franche-Comté : Jean-Pierre Belon
Jean-Pierre Belon Ludovic Cottez dans le box des accusés aux assises du Doubs
 
Ludovic Cottez encourait vingt ans de réclusion criminelle. Il comparaîssait pour "violences volontaires ayant entraîné la mort" de sa mère, sans intention de la donner, et "violences" sur son père handicapé.

Royaume-Uni - Trop grand pour être incarcéré

Un géant de 2,20 mètre a dû être libéré à cause de sa taille...

LE GEANT QUI ETAIT TROP GRAND POUR LA PRISON
LE GEANT QUI ETAIT TROP GRAND POUR LA PRISON
 
Trop grand pour sa cellule. L'histoire a fait la une du Sun, le quotidien britannique conservateur. Un Anglais de 23 ans n'a pas été incarcéré en raison de sa taille de géant qui le rendait inapte à la vie en détention. Atteint d'un trouble de la croissance, le syndrome de Klinefelter qui fait qu'il continue de grandir, Jude Medcalf mesure aujourd’hui deux mètres vingt.

Corbas - Escalades du grillage de la maison d'arrêt, de jour et de nuit

A deux reprises, ces jours-ci les militaires de la brigade de gendarmerie de Corbas et ceux du Psig (Pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de Bron ont interpellé des individus qui escaladaient le premier mur d’enceinte de la prison.

Dimanche après-midi, les gendarmes ont aperçu un individu qui, déposé en voiture le long du boulevard des Nations, a escaladé rapidement le premier grillage d’enceinte. Dans le glacis qui isole de la deuxième enceinte, l’homme âgé de 19 ans a été pris en flagrant délit de projection de deux colis en forme de bouteilles. Ceux-ci contenaient de la viande et des épices. Cinq colis ont été ensuite relevés, dont trois contenaient aussi des téléphones portables. Transféré à la brigade, l’individu a été présenté en comparution immédiate au tribunal qui l’a condamné une peine de six mois d’emprisonnement avec sursis.

Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Francis Heaulme jugé 28 ans après

Les familles des deux enfants assassinés espèrent enfin connaître la vérité avec ce quatrième procès d'assises qui s'ouvre, lundi 31 mars, à Metz. Le tueur en série Francis Heaulme est dans le box des accusés.
 
Près de vingt-huit ans après le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz, leurs familles espèrent enfin connaître la vérité avec ce quatrième procès d'assises qui s'ouvre, lundi 31 mars, à Metz. Le tueur en série Francis Heaulme sera dans le box des accusés"C'est le procès de la dernière chance", estime Gabrielle Beining. Le 28 septembre 1986, son fils Cyril, 8 ans, était assassiné à coups de pierres sur un talus bordant une voie de chemin de fer à Montigny-lès-Metz, avec un copain du même âge, Alexandre Beckrich. 

" Mon objectif n'est pas de vous envoyer en prison "

Mathieu Auriol, juge de l’application des peines à Niort, reçoit, chaque mercredi, les condamnés du nord du département. Avant-hier, ils étaient huit.
 
A l'étage du palais de justice de Niort, le bureau de Mathieu Auriol, l'un des deux juges de l'application des peines (Jap) du tribunal de grande instance, donne sur les cours de promenade de la maison d'arrêt. Pourtant, comme le magistrat le dit à l'une des huit personnes qu'il reçoit ce mercredi, « mon objectif n'est pas de vous envoyer en prison ».

Chaque semaine, Mathieu Auriol étudie les demandes d'aménagement de peine (*) pour les condamnés qui vivent dans le nord des Deux-Sèvres. C'est lui aussi qui accompagne les délinquants placés sous surveillance électronique, ceux qui font l'objet d'un suivi sociojudiciaire, d'un sursis avec mise à l'épreuve – « le gros de la troupe » –, d'un placement extérieur (cure et post-cure de sevrage à l'alcool par exemple)…

Guadeloupe - Du cannabis dans son soutien-gorge pour son fils détenu

Une femme de 51 ans a écopé d'1 mois de prison avec sursis. L'an dernier, elle avait tenté de faire passer une douzaine de grammes d'herbe de cannabis et une fiole de rhum pour son fils détenu au Centre pénitentiaire de Baie-Mahault.
 
Photo
 
C'est lors d'un contrôle opéré par les gendarmes, juste avant un parloir, que cette mère de famille sans histoire a été prise en flagrant délit.

Le chien stups avait décelé de la drogue dissimulée dans son soutien-gorge. Elle cachait également des écouteurs téléphoniques et une fiole de rhum.

Nantes - Le détenu voulait aller prier à la mosquée : il met les voiles

Incarcéré au centre pénitentiaire de Nantes un « jeune » a profité jeudi matin d’une permission de sortie pour mettre les voiles.
 
Nantes. Le détenu voulait aller prier à la mosquée : il met les voiles 
 
Afin de préparer sa sortie de prison et de « faciliter sa réinsertion », le jeune détenu avait obtenu une permission de sortie pour se rendre à un rendez-vous.
 
Hier matin, il est donc sorti à pied du centre de détention, accompagné simplement d’un éducateur.
 

jeudi 27 mars 2014

Le mouvement à la maison d'arrêt de Caen se poursuit

Le centre pénitentiaire de Caen est bloqué depuis mercredi 26 mars.
 
Les salariés demandent le recrutement de personnels supplémentaires. Selon les syndicats, il manquerait 11 agents dans les effectifs. Le bloquage se poursuit ce jeudi à l'appel des syndicats UFAP et FO.
 
Les gardiens du centre pénitentiaire de Caen bloquent depuis l'établissement depuis 6 heures du matin, mercredi 26 mars. Ils protestent contre la pénurie d'effectifs, il manque, selon eux, 11 agents à la Maison d'Arrêt de Caen pour assurer la sécurité des équipes et des 395 détenus. Les gardiens considèrent qu'ils font trop d'heures supplémentaires. Les surveillants dénoncent également l'arrêt des fouilles systématiques des détenus.

Ducos - Il étrangle un gardien pour calmer son mal de tête

Déjà incarcéré au centre pénitentiaire de Ducos, un Trinitéen de 44 ans a vu sa détention prolongée de six mois pour des violences commises sur un surveillant.

Les faits remontent au 16 janvier dernier, à la prison de Ducos.
 
C'est l'heure de la promenade, tout le monde sort, à l'exception de Jean-Michel F. Un surveillant lui somme de quitter sa cellule, sans succès. Et, sans raison apparente selon le gardien, le quadragénaire lui lance divers objets. En le suivant dans le couloir, il lui saute dessus. Les deux hommes perdent l'équilibre et tombent au sol. Jean-Michel étrangle le surveillant. Il faut l'intervention d'un autre détenu et de collègues de la victime pour desserrer l'étreinte.
 

Aix - une surveillante de prison agressée par un détenu

Elle avait eu le nez cassé à la suite d'une rixe entre détenus. Le prévenu qui l'aurait frappée au visage a écopé de 6 mois supplémentaires à Aix

Faits Divers - Justice - Actualités - Aix : une surveillante de prison agressée par un détenu
C'était pendant la promenade, au centre de détention de Salon, que la rixe s'était déroulée.          
 
"Non mais elle, elle m'a déjà frappé, hein...", tente le prévenu. Saïd Julien Mestre comparaît devant le tribunal correctionnel d'Aix pour avoir frappé une surveillante de la prison de Salon, où il purge une peine.

Prison d'Argentan - Les surveillants ont bloqué l'entrée ce matin

Ce jeudi matin, les surveillants pénitentiaires du centre de détention d'Argentan ont manifesté pour réclamer du personnel supplémentaire.
 
photo de gauche à droite : patrice gandais, surveillant à la retraite ; franck piquet, de l'ufap-unsa justice et joseph rousseaux, fo pénitentiaire. © ouest-france
De gauche à droite : Patrice Gandais, surveillant à la retraite ; Franck Piquet, de l'Ufap-Unsa Justice et Joseph Rousseaux, FO Pénitentiaire

Ils étaient une quarantaine de surveillants pénitentiaires à avoir bloqué l'entrée du centre de détention entre 6 h 30 et 10 h ce jeudi. À l'appel de l'Ufap-Unsa Justice et de Force ouvrière Pénitentiaire, les surveillants ont manifesté afin de réclamer du personnel. "Il y a une Cap de mutation en juin et il n'y aura aucun poste supplémentaire à Argentan", déplorent Joseph Rousseaux, de FO Pénitentiaire, et Franck Piquet, de l'Ufap-Unsa Justice.

Interdit de lire dans les prisons anglaises

Plusieurs écrivains britanniques célèbres ont lancé une campagne contre le gouvernement britannique qui a interdit l’envoi de livres aux personnes incarcérées.
 
La prison de Doncaster en Angleterre

Une nouvelle réglementation, entrée en vigueur en novembre 2013, interdit, pour des prétextes de sécurité et de lutte contre la drogue, aux personnes incarcérées de recevoir des colis provenant de l’extérieur sauf dans des “circonstances exceptionnelles”, type  problèmes de santé. Il est désormais impossible d’envoyer des livres, des magazines ou des sous-vêtements aux détenus.

Violences envers surveillants : 30 mois de prison

En février, un détenu de la prison d'Argentan agresse verbalement et physiquement sept surveillants. Il a été condamné à 30 mois de prison supplémentaires.

Le 20 février 2014, un détenu du centre de détention d'Argentan qui doit se rendre au centre médical pour un soin dentaire est en retard. La surveillante lui refuse l'accès car elle veut d'abord téléphoner pour vérifier son rendez-vous. Ça se passe mal : le détenu l'insulte ! Plus tard dans la journée, il est convoqué par le chef de détention.

A 100 ans, un survivant de la "Grande évasion" n'a rien oublié

PERTH, 27 mars 2014 (AFP) - A 100 ans, l'Australien Paul Royle, l'un des deux anciens prisonniers encore vivants à s'être lancés dans la "Grande évasion" durant la Seconde guerre mondiale, dit avoir encore des souvenirs précis de cette opération risquée dans une Pologne occupée.      

Paul Royle fut l'un des 76 hommes qui creusèrent un tunnel pour s'échapper du Stalag Luft III une nuit glaciale de mars 1944. Le célèbre film "La Grande évasion" (1963) avec Steve McQueen et Richard Attenborough retrace cette épisode héroïque.

Les prisonniers alliés avaient creusé en tout trois tunnels baptisés Tom, Dick et Harry, mais seul ce dernier fut utilisé.

Parloir "sauvage" à la maison d'arrêt de Varces en Isère

Trois anciens prisonniers de la maison d'arrêt de Varces ont été interpellés, mercredi 26 mars, alors qu'ils dialoguaient avec des détenus depuis l'extérieur. Ils ont terminé à la gendarmerie. 
 
Prison de Varces en Isère © France 3 Alpes
     Prison de Varces en Isère
 
Vers 23h50, les gendarmes de Pont-de-Claix ont été appelés par la maison d'arrêt de Varces pour signaler la présence d'individus sur la colline qui surplombe la prison. Depuis ce terre-plein, d'où un sniper avait tué en septembre 2008, des hommes criaient des messages aux détenus.

Rennes-Vezin - manifestation des surveillants de prison

Il se sont rassemblés à partir de 6h ce matin devant le centre pénitentiaire de Rennes-Vezin pour réclamer davantage de personnel.
 
© Gwenola Moyret
 
Une quarantaine de surveillants du centre pénitentiaire des hommes se sont faits déloger assez violemment par les forces de l'ordre.
 

mercredi 26 mars 2014

Le plus vieux détenu de France jugé aujourd'hui

Marcel Guillot est jugé aujourd'hui pour le meurtre de Nicole Eldib, son amie pour qui il avait "le béguin" et qui avait refusé ses avances.
 
"Papy Marcel", c’est de cette façon que ses proches l’appellent. Âgé de 93 ans, ce vieil homme est le plus vieux détenu de France et il va comparaître aujourd’hui devant la cour d’assise de Reims. Ce dernier risque la réclusion à perpétuité pour avoir tué Nicole Edlib alors âgée de 82 ans.

Des sentiments pour la victime

En septembre 2011, l’octogénaire invite Marcel Guillot, l’époux de son amie d’enfance alors décédée, à la rejoindre dans sa propriété de St Gilles (Marne). Ceux-ci sont proches et se connaissent très bien pour avoir passé quelques vacances ensemble. Elle lui demande de passer quelques semaines chez elle pour ne pas rester esseulée alors que son mari, souffrant, est à l’hôpital. Durant cette période, "papy Marcel", développe des sentiments pour Nicole qui préfère alors le congédier suite à ses avances.

Caen - Le personnel du centre pénitentiaire en colère

L’UFAP-UNSA Justice a appelé à la mobilisation ce mercredi afin de condamner le manque de personnel au Centre Pénitentiaire de Caen.
 
A l'appel  de l'UFAP-UNSA Justice, le personnel du centre pénitentiaire a débérayé ce matin.
 
“Cette situation perdure, ce qui engendre une multitude d’heures supplémentaires (18500 heures en 2013), la vie familiale des personnels se détériore” déclare Jacques Tieux, secrétaire adjoint et premier surveillant de l’UFAP-UNSA.
 

Belgique - Réhabilitation d'une directrice soupçonnée de relations avec un détenu

Carine C., l’ancienne directrice adjointe de la prison de Lantin soupçonnée d’entretenir une liaison avec un détenu, vient d’obtenir une fameuse revanche sur la ministre de la Justice.
 
 Carine C. était soupçonnée d’avoir une relation avec un détenu.
Carine C. était soupçonnée d’avoir une relation avec un détenu.

Alors qu’Annemie Turtelboom l’avait lourdement sanctionnée en janvier dernier (démission d’office), Carine vient d’obtenir, au Conseil d’État, la suspension de cette sanction. La voilà réintégrée, en attendant les débats sur l’annulation.

Libre à 74 ans, après 32 ans de prison pour un crime qu'elle n'a pas commis

Sa libération, Mary Virginia Jones le doit à la persévérance d'une poignée d'étudiants en droit...

 
Une Américaine de 74 ans, emprisonnée pendant 32 ans pour un crime qu'elle n'avait pas commis, a été finalement libérée grâce à la persévérance d'une poignée d'étudiants en droit, a-t-on appris mardi auprès du tribunal.

USA Peine de mort - Cinquième exécution en 5 mois dans le Missouri

Un homme a été exécuté mercredi dans le Missouri pour le viol et le meurtre d'une adolescente, la 5e exécution en cinq mois dans cet Etat avec un produit controversé.

5e exécution en 5 mois dans le Missouri avec un produit qui fait débat.
5e exécution en 5 mois dans le Missouri avec un produit qui fait débat

Jeffrey Ferguson, 59 ans, a été déclaré mort par injection intraveineuse de pentobarbital à 0 h 11 locales (7 h 11 à Paris), a annoncé Mike O'Connell, porte-parole des prisons du Missouri.

St Pierre - Un détenu sur le toit

Un peu plus d’un mois après la chute d’un prisonnier qui tentait de récupérer un colis clandestin sur le toit de la maison d’arrêt de Cayenne, les responsables de l’établissement ont eu affaire à une nouvelle excursion du genre.

Les faits se sont déroulés lundi en fin de matinée au niveau de la toiture du quartier de détention C. Selon nos informations, un détenu âgé de 24 ans et réputé "plutôt calme" a réussi à escalader un mur de plusieurs mètres peu après 11h. L’objectif : récupérer un colis clandestin qui ne lui était visiblement pas destiné et qui avait été, une nouvelle fois, jeté par un proche depuis la périphérie directe de la maison d’arrêt.

Isère - le centre pénitencier devra servir des repas hallal

La Cour administrative d'appel de Lyon a refusé de suspendre l'exécution d'un jugement obligeant le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) à servir des repas hallal à ses détenus musulmans. 
 
Illustration. Le Centre pénitentiaire Saint-Quentin-Fallavier (Isère) devra servir des repas hallal aux prisonniers après le refus de suspendre une décision de justice. 

Illustration. Le Centre pénitentiaire Saint-Quentin-Fallavier (Isère) devra servir des repas hallal aux prisonniers après le refus de suspendre une décision de justice

Le 7 novembre 2013, le tribunal administratif de Grenoble avait pris cette décision au nom de la liberté d'exercer sa religion, enjoignant à l'administration pénitentiaire de la respecter «dans un délai de trois mois», expiré depuis le 7 février dernier.                                                                                                                                                                                                                                                                     

mardi 25 mars 2014

Attaque d'un fourgon blindé à Mulhouse: Bernard Barresi joue l'acquittement à Nancy

Figure présumée du grand banditisme marseillais, Bernard Barresi, 51 ans, sera rejugé à partir de jeudi en appel devant les assises à Nancy, pour une affaire d’attaque de fourgon blindé vieille de 24 ans, qui lui avait valu une condamnation par contumace avant d’obtenir un spectaculaire acquittement en 2012.
 
L'attaque avait eu lieu en mars 1990 sur une bretelle de l'autoroute A-36, près de Mulhouse. Les braqueurs marseillais, dont Bernard Barresi, avaient emportés 34 des 40 millions de francs transportés par le fourgon. Un butin qui n'avait pas été retrouvé.

  Les jurés tenteront d’élucider les mystères de ce hold-up commis en 1990 à Illzach-Modenheim, près de Mulhouse, sur une bretelle de l’A36, réalisé de manière très professionnelle, sans tirer un coup de feu.

Un ex-détenu d'Argentan se fait remplacer par un ami à la prison de Coulaines

Un détenu, Abdelkader Anseur, évadé du centre de détention d'Argentan en juin 2012, a été condamné lundi au Mans, à 18 mois de prison supplémentaires.


En novembre ce cette année-là, alors qu'il devait être transféré à la prison de Coulaines, c'est l'un de ses amis d'enfance, un certain "Yssa", qui l'y a remplacé ! Il a fallu 3 mois à l’administration pénitentiaire pour s'apercevoir de la supercherie.

Prison: les plats hallal continueront d'être servis

La Cour administrative d'appel de Lyon a refusé de suspendre l'exécution d'un jugement obligeant le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) à servir des repas hallal à ses détenus musulmans, selon une source judiciaire.
Le 7 novembre 2013, le tribunal administratif de Grenoble avait pris cette décision au nom de la liberté d'exercer sa religion, enjoignant à l'administration pénitentiaire de la respecter "dans un délai de trois mois", expiré depuis le 7 février dernier. Le ministère de la Justice a fait appel et demandé, en attendant l'arrêt sur le fond, le sursis à exécution du jugement. La fourniture de repas hallal provoquerait une "désorganisation du service pénitentiaire", plaide notamment le ministère.

Bourg en Bresse - Suicide au Centre Pénitentiaire

Un détenu qui était libérable mi-avril s'est suicidé par pendaison hier soir.
 
L'homme, âgé d'une vingtaine d'années, a été retrouvé pendu. Il aurait utilisé un drap.
Malgré des tentatives, il n'a pu être ranimé.
 
Source: Radio Scoop

Repas halal en prison : une demande du ministère de la justice rejetée

Sur le fond, l'affaire devrait être rejugée avant la fin de l'année. En attendant, la cour administrative d'appel de Lyon a rejeté la demande du ministère de suspendre la décision prise en première instance à Grenoble.
 
Elle donnait raison au détenu de la prison de Saint-Quentin-Fallavier qui veut qu'on lui serve des repas halal.
                                            
On reparle du dossier des repas halal en prison. Fin novembre, France Bleu Isère vous révélait que le tribunal administratif de Grenoble donnait raison à un détenu de la prison de Saint-Quentin-Fallavier qui réclamait qu'on lui serve des repas halal. Cette décision, c'était une 1ere en France. Le ministère de la justice avait fait appel. Dans ce dossier, une nouvelle décison vient d'être rendue.
 

La Réunion - 20 ans après son départ, Casanova Agamemnon de retour dans son île

Après 25 ans de détention en métropole, le Bénédictin Casanova Agamemnon est de retour à la Réunion. Arrivé dans le vol de 10h35 d’Air France, il a été pris en charge par les services de l’administration pénitentiaire. Il sera incarcéré dans la matinée à la prison de la Rivière des Galets.
 
 
Âgé de 64 ans, Casanova Agamemnon est en prison depuis l’âge de 19 ans. Apprenti cuisinier au restaurant Le Cheval Blanc, rue du Maréchal-Leclerc à Saint-Denis, il est accusé d’un vol par son patron. Le jeune homme lui tend un guet-apens et le poignarde à mort. En octobre 1970, Casanova Agamemnon est condamné à la perpétuité par les assises de la Réunion. En 1973, il est transféré en métropole avant de bénéficier, en juillet 1985, d’une libération conditionnelle et de regagner la Réunion.

Rhône-Alpes - une grenade découverte contre le mur d'une prison

Le personnel de la prison de la Talaudière, dans le département de la Loire, a découvert une grenade défensive déposée contre le mur extérieur de l'établissement.

Un bâtiment de la prison de Fresnes, le 16 juin 2011 (image d'illustration)
 Un bâtiment de la prison de Fresnes, le 16 juin 2011
 
Une grenade défensive a été découverte ce lundi 24 mars contre un grillage d'enceinte de la prison de La Talaudière, puis neutralisée par des démineurs.

"Les démineurs ont neutralisé le système de mise à feu constitué d'un détonateur, de poudre et d'une cuillère", a déclaré un enquêteur. L'engin explosif, de type grenade quadrillée défensive, se trouvait emballé dans un sac posé au sol le long du grillage d'enceinte. L'enquête a été confiée à la police judiciaire par le parquet de Saint-Etienne.

Fusillade sur l'A7 : libéré de prison, abattu 50 km plus loin

Tué lundi dans un spectaculaire règlement de compte vers Lançon-de-Provence, Y. sortait à peine de prison. Il avait été condamné en 2012 pour trafic de stupéfiants.
 
(Photo d'illustration)
 
GO FAST. A peine sorti de la prison du Pontet, près d'Avignon, Y. n'aura connu que 50 kilomètres de liberté. Lundi, vers 17 heures, cet homme de 34 ans a été abattu lors d'un spectaculaire règlement de comptes sur l'autoroute A7 en direction de Marseille, à une cinquantaine de kilomètres du lieu de détention (voir la vidéo de La Provence). Une victime de plus des lois impitoyables qui régissent le "business" de cannabis à Marseille : Y. venait de passer quatre ans derrière les barreaux pour son implication dans un réseau d'importation de cannabis vers la cité phocéenne.

lundi 24 mars 2014

La Talaudière - Une grenade déposée contre une prison

Une grenade défensive a été découverte aujourd'hui contre un grillage d'enceinte de la prison de La Talaudière (Loire), puis neutralisée par des démineurs, a-t-on appris auprès de la police.

«Les démineurs ont neutralisé le système de mise à feu constitué d'un détonateur, de poudre et d'une cuillère», a déclaré un enquêteur. L'engin explosif, de type grenade quadrillée défensive se trouvait emballé dans un sac posé au sol le long du grillage d'enceinte, en attente d'être récupéré, ou bien après être retombé à l'extérieur si quelqu'un a tenté de le projeter dans la cour de la prison, précise-t-on de même source. L'enquête a été confiée à la police judiciaire par le parquet de Saint-Etienne.

dimanche 23 mars 2014

Le Mans - Coulaines: Un détenu prend ses enfants comme bouclier au parloir

Ce samedi après-midi, un détenu de la maison d’arrêt Le Mans - Les Croisettes située à Coulaines s’est entouré de sept de ses enfants et a pris le plus jeune dans ses bras, au moment de quitter le parloir.
 
Coulaines, samedi. L’incident s’est terminé sans heurt. Photo « Le Maine Libre »
 
Il voulait y rester plus longtemps. Dès lors, l’intervention des surveillants devenait très compliquée.
Une négociation d’environ deux heures l’a ramené à la raison.

samedi 22 mars 2014

Perpignan - il agresse la fille d'un surveillant pour se venger

Un homme a agressé en pleine rue la fille de l'un des gardiens de la prison de Perpignan, âgée de 16 ans. En représailles
 
Perpignan : il agresse la fille d'un gardien de prison pour se venger
Le père de la jeune fille agressée travaille comme gardien à la prison de Perpignan. 
 
Un coup de poing parce qu'elle est la "fille de...". Vendredi vers 9 h, dans un quartier de Perpignan, une adolescente de 16 ans attend le bus pour se rendre en classe, quand elle est abordée par un homme qui lui demande si elle est bien la fille d'un surveillant à la prison de la ville.  "Elle n'a pas eu le temps de répondre qu'elle s'est pris tout de suite un coup de poing", précise Johann Reig, délégué régional adjoint du syndicat UFAP-Unsa-Justice.

vendredi 21 mars 2014

Perpignan - La fille d'un surveillant agressée ce vendredi matin

La jeune fille âgée de 16 ans a été interpellée par un homme alors qu'elle attendait un bus vers le Champs de Mars. Il lui a demandé si son père travaillait bien à la prison de Perpignan avant de lui asséner un coup de poing. 
                                             
Trop, c'est trop.

Les syndicat UFAP/UNSA et FO Péntenitiaire tirent une nouvelle fois la sonnette d'alarme. Ils ont décidé de bloquer les portes de la prison de Perpignan ce vendredi.

En plein milieu de matinée, c'est la fille d'un des gardiens qui a été agressée.

Un homme lui a demandé si elle était bien la fille de ... qui travaille à la prison. Elle a reçu un coup de poing en plein visage. Ses parents l'ont amené à l'hôpital très choquée. Ils ont l'intention de porter plainte.

Strasbourg - prison pour une vingtaine de trafiquants de drogues

Le tribunal correctionnel de Strasbourg a infligé mercredi des peines de prison ferme, dont 15 comprises entre 4 et 9 ans, à 22 trafiquants qui comparaissaient pour leur implication dans un vaste trafic de drogues démantelé en octobre 2012 dans un quartier sensible de Strasbourg.

Le prévenu considéré comme le chef du trafic, âgé de 28 ans, a été condamné à 9 ans de prison ferme. Son bras droit présumé, âgé également de 28 ans, a été condamné à 8 ans de prison.       
                                                                                                                                                                                                                                                                Les autres prévenus du réseau, semi-grossistes ou intermédiaires, âgés de 22 à 25 ans, se sont vus infliger chacun de 5 à 8 ans d'emprisonnement.

Les vendeurs ont écopé pour leur part de peines allant de 3 à 5 ans, la peine plancher de 4 ans s'appliquant à ceux en récidive. Trois autres personnes, dont deux femmes, ont été relaxées.

jeudi 20 mars 2014

Ensisheim - "Pour moi, mes parents sont déjà morts", dit le fils de Michel Fourniret

Michel Fourniret a souhaité reprendre contact avec son fil Selim, depuis la prison d'Ensisheim. Mais le jeune homme considère ses parents comme morts.

Michel Fourniret, à la sortie du commissariat de police de Dinant, le 8 juillet 2004
Michel Fourniret, à la sortie du commissariat de police de Dinant, le 8 juillet 2004

Enfant, il servait à appâter les victimes de Michel Fourniret. Selim Fourniret est le fils du tueur en série français et de sa complice Monique Olivier. Âgé de 25 ans, il vit désormais dans les Alpes-Maritimes, sous une nouvelle identité

Marseille - l'ex-braqueur échappe par miracle à son assassinat

L'homme, blessé, réussit à fuir devant son domicile de Sainte-Marguerite
Faits Divers - Justice - Actualités - Marseille : l'ex-braqueur échappe par miracle à son assassinat
La victime est partie en courant dans cette rue, alors qu'elle sortait de chez elle. Le quinquagénaire aurait alors chuté et les tireurs auraient fait feu à sept reprises.

Chaque fois qu'une opération criminelle de ce genre échoue, la question se pose de la même manière. S'agit-il d'une tentative de règlement de comptes ou bien d'un avertissement sanglant ?

Mercredi matin, dans le quartier de Sainte-Marguerite (9e), près d'une dizaine de coups de feu ont été tirés contre un homme de 58 ans, qui quittait son domicile. Ceux qui ont ouvert le feu savaient sans doute qu'ils avaient affaire à une grosse pointure.

La justice revoit les conditions de rémunération du travail en prison

La cour d’appel de Paris a estimé jeudi 20 mars que l’engagement qui liait une détenue à la société l’employant en prison n’était pas un contrat de travail.
 
Maison centrale de Poissy.
Maison centrale de Poissy.

Elle lui a néanmoins accordé des indemnités en compensation de sa rémunération « dérisoire », ce qui pourrait faire jurisprudence.

La cour d’appel de Paris a estimé que « l’engagement au travail ne (présentait) pas les critères d’un contrat de travail de droit commun ». Elle a donc rejeté la demande de requalification de Mme Moureau, une détenue ayant travaillé en détention pour la plate-forme téléphonique MKT Societal. Elle a toutefois sanctionné les conditions de rémunération liant la détenue à la société.

Prison de Sequedin - un détenu dénonce des violences de surveillants, la vidéo le contredit

Le 7 janvier, un détenu de 50 ans de la maison d’arrêt écrit un courrier alarmant au procureur de Lille : des surveillants l’auraient lynché après qu’il a mis le feu à un matelas dans sa cellule.

Un récit avec beaucoup de détails. Le parquet ouvre une enquête. La Sûreté urbaine de Lille récupère les images de vidéosurveillance de la prison et s’aperçoit que les déclarations du détenu sont fausses. Placé en garde à vue mardi, il sera jugé pour dénonciation calomnieuse.
 

Nantes - Soupçonné de meurtre, violent en prison

L'homme accusé d'avoir tué l'élu vendéen Roland Touzeau, fin 2013 à Nantes, est condamné pour l'agression de cinq gardiens.
 
Son nom est apparu début janvier. Souleymane Karamoko est l'homme de 20 ans soupçonné d'avoir tué, à Nantes, en décembre, l'élu vendéen Roland Touzeau, avec qui il entretenait une relation intime. Un crime dont le mobile serait crapuleux, pas sentimental. Le corps de la victime avait été retrouvé dans le coffre de son Audi.

Hier, ce jeune homme était jugé pour des violences commises sur cinq surveillants de la maison d'arrêt de Nantes, début février. « Un déluge de coups, gronde le procureur Maxime Antier. Il a voulu faire mal et il y est arrivé. » Cinq gardiens étaient venus secourir le détenu, signalé suicidaire, quand ils l'ont vu allongé dans sa cellule, lacet noué autour du cou. À peine les surveillants se portaient-ils à sa hauteur qu'ils ont essuyé une bordée de coups violents. Le gardien-chef : « En 20 ans de métier, je n'ai jamais connu autant de violence. »

ETATS-UNIS - Un rappeur noir exécuté au Texas

Ray Jasper, 33 ans dont 14 dans le couloir de la mort texan, a été déclaré mort par injection létale.
 
La salle d'exécution de la prison de Lucasville, Ohio, le 30 novembre 2009. (LUCILE MALANDAIN/AFP) 
La salle d'exécution de la prison de Lucasville, Ohio, le 30 novembre 2009

Un rappeur noir a été exécuté mercredi 19 mars au soir au Texas aux Etats-Unis pour le meurtre du propriétaire d'un studio d'enregistrement dont il avait dérobé l'équipement, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires.

Ray Jasper, 33 ans dont 14 dans le couloir de la mort texan, a été déclaré décédé par injection létale à 18h31 dans la chambre d'exécution de Huntsville (1h31 en France), a annoncé un porte-parole des prisons du Texas.

Travail en prison - le détenu n'est pas un salarié comme un autre

"Ce dossier, c'est une vraie patate chaude". Me Fabien Arakelian convient lui-même que la décision de la cour d'appel de Paris soulève des questions explosives en prison.
 
Dire ce jeudi si les détenus sont des salariés comme les autres et ont à ce titre les mêmes droits, une décision lourde de conséquences.
 
Bien sûr, résumer l'enjeu en une phrase est caricatural mais la question sous-tendue par le cas de Marilyn Moreau est bien celle-là.

Durant huit mois, entre août 2010 et avril 2011, cette femme en détention provisoire (elle a depuis été condamnée pour la mort de son mari) a travaillé comme télé-opératrice pour un centre d'appel. Cette collaboration qui se déroulait dans une salle aménagée de la prison pour femmes de Versailles s'est brutalement achevée après qu'elle a passé un coup de téléphone à sa sœur pendant son temps de travail. Une faute qu'elle ne conteste pas.

Ensisheim - Le directeur, le surveillant et la page Facebook raciste

Resté muet jusque-là, un surveillant de la maison centrale d’Ensisheim, condamné pour prise du nom d’un tiers et provocation raciste, s’est exprimé pour la première fois lors de son procès en appel.
 
Devant les gendarmes et le tribunal correctionnel de Colmar, le surveillant pénitentiaire, âgé de 41 ans et actuellement suspendu, avait gardé le silence. Mais à la mi-février, il était bien présent à la cour d’appel pour s’expliquer. Le 5 juillet 2013, le quadragénaire a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 1 500 € d’amende pour prise du nom d’un tiers et provocation raciste.

mercredi 19 mars 2014

La prison de la Santé fermera pour travaux en juillet

La maison d'arrêt de La Santé à Paris qui fermera partiellement pour travaux en juillet, et n'accueille plus de nouveaux détenus depuis le 16 janvier.
 
La prison de la santé fermera ses portes pour travaux à partir de juillet © PIERRE-FRANCK COLOMBIER / AFP
 
Prison mythique, la maison d'arrêt de la santé a "accueilli" des dizaines de détenus célebres ou médiatiques, d'Alfred Dreyfus à Bernard Tapie, de Carlos à Jacques Mesrine... Mais aujourd'hui, l'établissement est surtout devenu, ces dix dernières années, synonyme de délabrement, lequel a notamment mené à la fermeture de trois blocs menacés par la corrosion.

Charente-Maritime : l'état de santé du prisonnier brûlé est jugé préoccupant

Cet homme de 46 ans, soigné à La Rochelle, pourrait être transféré dans un autre hôpital. Le feu a pris dans sa cellule à la prison de Saint-Martin-de-Ré mardi soir
 
Charente-Maritime : l'état de santé du prisonnier brûlé est jugé préoccupant
 
L'administration pénitentiaire a indiqué, ce mardi en fin de matinée, que l'état de santé du prisonnier âgé de 46 ans, brûlé et intoxiqué par un incendie survenu mardi soir dans sa cellule dans le quartier de la citadelle de la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré, était préoccupant. Son transfert de l'hôpital Saint-Louis de La Rochelle vers un autre centre hospitalier était envisagé.

Béatrice Dalle : "Me marier dans l'univers carcéral a été une illusion"

Actuellement en instance de divorce, Béatrice Dalle se confie dans Gala sur son mariage chaotique avec Guénaël Meziani, incarcéré pour viol. Une union qui "a été une illusion", juge l'actrice avec le recul.
 
La vie amoureuse de Béatrice Dalle n'a pas été de tout repos. Après avoir dû affronter le suicide de son premier mari, le peintre Jean-François Dalle, dans les années 80, l'actrice entame ensuite une relation de plusieurs années avec le rappeur JoeyStarr, connu à l'époque pour sa réputation de bad boy à cause de ses nombreux démêlés avec la justice. Puis, en 2005, Béatrice Dalle se marie avec Guénaël Meziani, de dix ans son cadet, emprisonné pour avoir violé, frappé et séquestré une de ses anciennes compagnes. Un homme qu'elle a rencontré dans le cadre de son activité bénévole parmi les prisonniers de droit commun.

Prison : Le nombre de détenus en nette hausse en mars, proche du record

Le nombre de personnes détenues en France au 1er mars, soit 68 420 personnes, s'affiche en nette augmentation de 2,1% par rapport à la même période de 2013.
 
photo le nombre de détenus en nette hausse en mars, proche du record © archives david adémas.
Le nombre de détenus en nette hausse en mars, proche du record

Ce constat s'appuie sur des chiffres publiés mardi par la Direction de l'administration pénitentiaire.
Le record avait été atteint au 1er juillet dernier, avec 68 569 personnes incarcérées en France.
Au 1er mars, le nombre de personnes prévenues incarcérées (en attente de jugement) était lui le plus élevé jamais observé, avec 17 589 détenus. Cette population a connu un bond de 4,7 % sur un an.

Neuvic (24) - le détenu préparait son évasion

Les surveillants ont notamment retrouvé dans la cellule du détenu un mannequin de 1,50 mètre, des draps et couvertures déchirées
 
Neuvic (24) : le détenu préparait son évasion
Les agents du centre pénitentiaire de Neuvic auraient déjoué une tentative d'évasion.
 
Ils ont retrouvé divers objets en réalisant la fouille d'une cellule : un téléphone portable caché dans la gaine de ventilation, un poinçon avec manche artisanal, un rouleau de scotch, un mannequin de 1,50 mètre, réalisé à l'aide de ballons gonflables, de draps et de couvertures déchirées et deux plaques métalliques provenant de coffres-forts individuels.

mardi 18 mars 2014

Deux détenus jugés à Pau pour en avoir tué un autre

Rodrigue Sophie et Thierry Théophile ont tué Rachid Benchétouia dans la centrale pénitentiaire de Lannemezan en Février 2009. Sauvagement tué à l'arme blanche.
 
Les deux accusés ont fait appel d'un premier jugement qui les a condamnés à 30 ans et perpétuité.
 
La cours d'assises de Pau juge deux détenus pour assassinat. Ils ont 38 et 36 ans.
 
Il comparaissent pour avoir sauvagement tué un autre détenu de la centrale pénitenciere de Lanemezan. C'était le 24 février 2009.
 

Mulhouse - L'écoute bienveillante au parloir de la prison

Depuis trois ans, Béatrice Walter assure le lien entre les professeurs d’Auxilia, les détenus et le personnel de la prison de Mulhouse.
 
 
« Si vous n’étiez pas là, je ne ferais certainement rien » , disent certains détenus à Béatrice Walter, correspondante de l’association Auxilia à la maison d’arrêt de Mulhouse. Par ailleurs visiteuse de prison, cette professionnelle de santé à la retraite passe une journée par semaine au parloir pour écouter des prisonniers, pour aider ceux qui veulent se réinsérer par la formation.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...