Je ferme !

Cela fait bientôt 4 ans que je retranscris l'Actu Pénitentiaire sur ce blog. Une intention qui n'avait (et n'a toujours) qu'...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

jeudi 29 mai 2014

Grande-Bretagne: Il s'enduit de beurre et s'attaque aux gardiens de prison

Charles Bronson, le détenu le plus dangereux de Grande-Bretagne, n'a pas supporté la défaite de son équipe favorite.

Charles Bronson, prisonnier dans les geôles britanniques depuis 40 ans

LE PERSONNAGE. Charles Bronson est une légende des prisons britanniques. Celui qui est considéré comme le prisonnier le plus dangereux des geôles Outre-Manche s'est cette fois couvert de beurre, avant de s'attaque à douze de ses gardiens, rapporte le Mirror.
 
Tout commence avec un match de football, celui qui oppose l'équipe de Hull à Arsenal en finale de la Coupe d'Angleterre. Manque de chance pour Charles Bronson, Hull, son équipe favorite, perd le match. Il a alors "perdu le contrôle", raconte-t-il dans une lettre à son amie Kate Kray.

La soeur d'un détenu qui s'est suicidé à la prison de Maubeuge, demande réparation à la Garde des Sceaux

La soeur d'un détenu, mort en août 2010 à l'hôpital de Maubeuge (Nord) après une tentative de suicide en prison deux mois auparavant, a demandé mercredi réparation à la Garde des Sceaux, a annoncé l'Observatoire international des prisons (OIP).
 
La prison de Maubeuge. © Google Street View
© Google Street View La prison de Maubeuge.
 
"Souad Y. a adressé à la Garde des Sceaux (Christiane Taubira) une demande de réparation pour le préjudice causé par le décès de son frère en détention", a indiqué l'OIP dans un communiqué.

"En parallèle, son avocat demande la réouverture de l'instruction concernant la plainte que sa cliente avait déposée pour +non-assistance à personne en danger+ et +mise en danger de la vie d'autrui+, classée sans suite", a ajouté l'association.

Fonction publique d'Etat : les effectifs ont diminué plus que prévu en 2013

Les effectifs de la fonction publique d'Etat ont diminué plus que prévu en 2013, les créations de postes dans les ministères "prioritaires" (Police, Justice, Education) ayant été moins nombreuses qu'attendu, selon un rapport de la Cour des comptes publié mercredi.

Dans ce rapport sur l'exécution du budget de l'Etat en 2013, la Cour rappelle qu'environ 2.200 postes devaient être supprimés dans la fonction publique d'Etat et relève qu'au final, 7.172 postes l'ont été.
La Cour explique qu'environ 10.000 postes devaient être créés dans les ministère prioritaires et 12.000 supprimés dans les autres, mais qu'en réalité, les créations nettes d'emplois dans les ministères "prioritaires" se sont révélées "moins nombreuses que prévu, alors que les cibles de baisses d'effectifs étaient respectées dans les ministères +non prioritaires+".

mercredi 28 mai 2014

Laon (02) : un détenu s'est échappé de la prison

Un détenu de la prison de Laon (02) s'est enfui mercredi en fin de matinée alors qu'il prenait part à un entraînement sportif à proximité de l'établissement.
© France 3 Picardie
Il se trouvait accompagné par des moniteurs sportifs en vue d'une participation prochaine à une compétition dans la préfecture de l'Aisne.
 
L'homme a profité d'un moment d'inattention des encadrants pour leur fausser compagnie.

Le détenu était incarcéré pour de multiples condamnations pour des faits de vol essentiellement et bénéficiait d'une autorisation de sortie accordée en vertu d'un profil de confiance.

Fonctionnaires : le geste du gouvernement pour préserver le pouvoir d'achat

Les mesures en faveur du pouvoir d'achat des fonctionnaires se précisent. Mercredi 28 mai, la ministre de la réforme de l'Etat, Marylise Lebranchu, a dévoilé aux syndicats plusieurs hypothèses.

Elles consistent à diminuer le poids des cotisations retraites, en fonction du revenu des agents :
  • Tous ceux de la catégorie C (la moins bien payée) seraient concernés.
  •  70 % des agents de catégorie B seraient concernés.
  • 20 % à 30 % des agents de catégorie A, dans le scénario le plus généreux.

Réforme Taubira : le pénal n'est pas soluble dans le socialNouveau

Christiane Taubira a présenté mardi en commission des lois son texte sur la réforme pénale. Un projet qui pour l'essayiste Alain Laurent vise à installer une«idéologie anti-carcérale et post-punitive dangereuse».
Alain Laurent est philosophe et essayiste. Il est notamment l'auteur d'En finir avec l'angélisme pénal (Les Belles Lettres, 2013).
Rien, donc, n'y aura fait. Pas plus les mises en garde du numéro 3 de la Gendarmerie, le général Soubelet, devant les députés (voir «Le Figaro» du 7 janvier 2014), que celles du syndicat de policiers Alliance (voir «Le Figaro» du13 janvier) ou des préfets dans leur note alarmée sur le découragement et l'exaspération des forces de l'ordre (voir «Le Figaro» du 17 janvier) et plus tard du syndicat national des directeurs pénitentiaires.

Mont-de-Marsan - trois jours d’évasion, soixante jours de prison

Le prisonnier qui s’était enfui de Pémégnan le 22 avril était jugé mardi. Il a été condamné à purger deux mois supplémentaires.
Mont-de-Marsan : trois jours d’évasion, soixante jours de prison
Le prévenu s'était échappé du centre pénitentiaire de Pémégnan à l'occasion d'un placement extérieur.

Quelle mouche avait donc piqué ce jeune prisonnier de Pémégnan, libérable en octobre prochain, et qui avait profité d'un placement extérieur pour prendre la tangente à pied le 22 avril dernier, avant d'être rattrapé trois jours plus tard sur la D933 ? «J'en avais marre d'être enfermé. Mais je n'avais pas prévu de m'enfuir. Je l'ai fait sur un coup de tête », a-t-il expliqué mardi aux juges de Mont-de-Marsan chargés d'étudier ces faits.

Taubira défend sa réforme pénale devant les députés

La Garde des Sceaux le martèle : son projet de loi ne vise pas à supprimer la prison. Il sera débattu à l'Assemblée à partir du 3 juin.

La ministre de la Justice, Christine Taubira, le 4 octobre 2013 à Paris.
La ministre de la Justice, Christine Taubira, le 4 octobre 2013 à Paris
Christiane Taubira a défendu mardi son projet de loi sur la prévention de la récidive et l’individualisation des peines devant la commission des Lois de l’Assemblée nationale.

«Évidemment, et contrairement à ce qui est dit, ce projet de loi ne vise pas à supprimer ni à remplacer la prison. L’échelle des peines est là. Il s’agit d’enrichir l’arsenal répressif qui est mis à la disposition des juges. Il s’agit aussi de sortir de la démagogie et de l’irresponsabilité», a déclaré la ministre devant des députés.

Drogue, téléphones, cutters… viande: tout arrive dans la cour de la prison d’Annœullin

Le phénomène est national et s’amplifie au centre pénitentiaire d’Annœullin. Régulièrement, des hommes, des mineurs, enjambent les portillons pour projeter au-dessus des murs de la prison des colis pour les détenus. Pour enrayer ce problème, des travaux de sécurisation sont en cours. Explications.

 Les portillons devront être réhaussés pour rendre impossible les projections.
 

Les portillons devront être réhaussés pour rendre impossible les projections.
 
Le syndicaliste UNFAP-Unsa Frédéric Blondel, également premier surveillant, croise un de ses collègues en charge des espaces verts. Ce dernier ne s’étonne plus de sa dernière découverte. « Je viens de récupérer un cutter rétractable. Heureusement, il n’est pas passé de l’autre côté », se rassure-t-il.

Chaque mois, le tueur de leur fille leur verse des centimes

La jeune femme a été tuée et violée à Guérande voici 10 ans. Aujourd’hui, ses parents n’en peuvent plus de percevoir un à cinq centimes par mois de la part du meurtrier.

Michel Guihard et son épouse en ont assez de ces versements d'un ou deux centimes. 
Michel Guihard et son épouse en ont assez de ces versements d'un ou deux centimes.

Chaque mois, la consultation d'un relevé bancaire est un nouveau coup de poignard pour les parents de Ludivine Guihard. Le versement provenant de l'administration pénitentiaire est perçu « comme une insulte ultime » à la mémoire de leur fille, tuée le 30 mai 2004. « Un centime, deux centimes parfois cinq. C'est indécent. Ça fait des années que ça dure. On n'en peut plus. »

mardi 27 mai 2014

Réforme pénale, début d'un débat passionné

La réforme pénale, très chère à la garde des Sceaux Christiane Taubira, passe mardi en Commission des Lois. Les débats dans l'hémicycle débuteront mardi 6 juin. Pourquoi cette réforme est-elle si clivante? Eléments de réponse.   

Ce que défend Taubira

La suppression des peines planchers. C'est un principe fondateur de l'esprit du projet de loi : l'individualisation de la peine. C'est pour cette raison que Christiane Taubira s'oppose aux peines planchers, mesure prise en 2007 par Nicolas Sarkozy, puisqu'elles sont par définitions automatiques. Le projet de loi prévoit que l'examen de mesures d'aménagement des peines soit obligatoire pour les peines de moins de un an de prison (contre deux actuellemen) et en cas de récidive de six mois (contre un an actuellement).

Maison d'arrêt de Varces : le prétendu commanditaire du meurtre par un sniper acquitté

La cour d'assises du Rhône vient de mettre fin à l'affaire de l'assassinat, en 2008, d'un détenu par un sniper.
Mourad Bouziane était accusé de « complicité de meurtre en bande organisée » et « association de malfaiteurs ». Suspecté d'en être le commanditaire, il risquait vingt ans de prison. Il a finalement écopé de neuf ans d'emprisonnement pour des délits liés au meurtre.

Sombre affaire de trafic de drogue

Suite à cette exécution, Marcel Egea, 61 ans, avait été arrêté sur une colline avoisinante. Il portait visiblement sur lui l'arme du crime : un fusil de chasse à lunettes dont le canon était encore chaud. De là, il aurait abattu Sghaïr Lamiri, le 28 septembre 2008, qui se trouvait dans la cour de promenade de la maison d'arrêt de Varces, en Isère. Une exécution à laquelle la justice n'est pas habituée et que la parquet avait qualifiée de « première en Europe ».

Le rapporteur de la loi Taubira accusé de dérapage sur la pédophilie

Le député PS Dominique Raimbourg, qui présentait lundi devant la presse les cas d'application de la nouvelle «contrainte pénale», a expliqué que des attouchements dans le cadre familial ne justifieraient pas la prison. Le syndicat de police Synergie-Officiers dénonce une dérive inquiétante.
Dominique Raimbourg, le 5 octobre 2012.
Dominique Raimbourg, le 5 octobre 2012.

Le député PS Dominique Raimbourg, rapporteur de la loi pénale voulue par Christiane Taubira, a-t-il dérapé? Sa présentation, lundi, à l'Assemblée, devant la presse, des cas d'application de la nouvelle «contrainte pénale», censée fournir une alternative à l'incarcération, font, en tout cas, bondir le secrétaire général de Synergie-Officiers, Patrice Ribeiro, syndicat réputé proche de l'opposition, qui dénonce des «propos hallucinants».

Polynésie: 2 suicides de détenus en 10 jours

Deux détenus se sont suicidés à quelques jours d'intervalle à la prison de Nuutania, sur l'île de Tahiti, en Polynésie française, ont indiqué hier des sources judiciaires et pénitentiaires. 
L'un d'eux avait été incarcéré vendredi soir, en détention provisoire. Il s'est pendu avec un drap dans la nuit de samedi à dimanche, et a été retrouvé par son codétenu à 5h00 du matin. Cet homme de 35 ans était mis en examen pour le viol d'une touriste allemande, sur l'île de Rurutu, dans l'archipel des Australes. Il avait été identifié par la victime et avait reconnu les faits. L'autre détenu s'était suicidé quelques jours plus tôt. Il avait déjà tenté de mettre fin à ses jours en prison. Les deux hommes avaient déjà été suivis pour leur fragilité psychologique.

Neuvic (24) : les gardiens brûlent le surveillant inconnu

Le personnel du centre de détention a bloqué l’entrée du site, hier, et organisé une crémation symbolique

Neuvic (24) : les gardiens brûlent le surveillant inconnu
Les manifestants ont porté puis incendié le cercueil dans lequel reposait « le surveillant inconnu mort au travail ».
Un mouvement de protestation a été observé, hier matin, devant le centre pénitentiaire de Neuvic-sur-l'Isle (24), à l'appel des trois syndicats pénitentiaires, Force ouvrière (FO), l'Union fédérale autonome pénitentiaire (Ufap) et le Syndicat pénitentiaire des surveillants. Les personnels ont symboliquement brûlé un cercueil, celui du « surveillant inconnu mort au travail ».

Le commanditaire présumé du meurtre de la prison de Varces acquitté à Lyon

Le verdict a été rendu ce lundi après-midi par la cour d'assises d'appel de Lyon. Le commanditaire présumé du meurtre de la prison de Varces, en Isère, a été acquitté.
 
En 2008, un sniper avait abattu un détenu de la maison d'arrêt iséroise. Un meurtre sur fond de guerre des gangs et de trafic de drogue.
En première instance, le commanditaire présumé de ce meurtre avait été condamné à 15 ans de prison. Cette fois, le parquet avait requis 20 ans de réclusion criminelle pour "complicité de meurtre en bande organisée" et "association de malfaiteurs".

lundi 26 mai 2014

Neuvic sur l'Isle : accès bloqués

Sous-effectif, salaires trop bas... Le personnel pénitentiaire de la prison de Neuvic sur l'Isle en Dordogne a bloqué les entrées et les sorties de l'établissement toute la matinée. Il ne veut pas entendre parler de rondes de nuit si les conditions de travail ne changent pas.
© francetv
Dès 6 h 30, les gardiens de la prison de Neuvic sur l'Isle, en Dordogne ont bloqué les accès à l'établissement ce lundi 26 mai. 

 La raison de leur colère : des rondes de nuit que la direction veut mettre en place, pour lutter contre les suicides. Le personnel n'est pas contre mais uniquement si les effectifs augmentent...

Argentan - Il donne un coup de rasoir à la gorge d'un détenu

Le 13 mai, au centre de détention, un détenu veut sortir de sa cellule mais le loquet est tiré. Il s'énerve mais finit par sortir. Très en colère, il insulte tout le monde.
Un autre détenu qui entend ses cris, va le voir. Après d'autres injures, il plaque le détenu en colère, lui donne un coup-de-poing puis un coup de lame de rasoir dans le cou. Bilan : six points de suture.
Cité jeudi en comparution immédiate, le prévenu, qui est en récidive, reconnaît les faits. « Que faisait cette lame dans votre main ? » lui demande la présidente. « J'étais en train de me faire un joint quand l'autre a crié. » Le procureur, lui, s'étonne de ce que le prévenu a visé la gorge. « C'était un réflexe, j'étais paniqué ». « Ce n'est pas un acte réflexe de viser la gorge, lui répond le procureur, c'est de l'intimidation. »

Un ex-évadé de la prison d'Aiton (Savoie) comparaît à nouveau pour trafic de drogue

Une figure du banditisme des banlieues lyonnaises, qui s'était évadée de la prison savoyarde d'Aiton en 2005 avec deux autres détenus, comparait à nouveau, à Lyon.
L'ex-évadé d'Aiton (prison en photo à gauche) est une figure du trafic de drogue dans la région Lyonnaise (illustration). © France 3 et MaxPPP
     L'ex-évadé d'Aiton (prison en photo à gauche) est une figure du trafic de drogue dans la région Lyonnaise (illustration).
 
Six hommes comparaissent lundi et mardi à Lyon pour trafic de drogue, dont une figure du banditisme des banlieues lyonnaises, Mohamed Bessame, qui s'était évadé par hélicoptère de la prison savoyarde d'Aiton fin 2005.

Maison centrale de Clairvaux : les détenus s’exposent et exposent

Clairvaux - Une quinzaine de détenus de la maison centrale exposent leurs œuvres au sein de l’hostellerie des Dames
 Chaque détenu peint selon son propre style, ses envies personnelles.
 
Un discours ? Vous savez, cela fait des années que je ne suis pas sorti de ma cellule. Alors là… ». Camille (ndlr : le prénom a été modifié) ne trouve pas les mots pour exprimer son ressenti. Incarcéré à la maison centrale de Clairvaux, ce dernier a bénéficié d’une sortie exceptionnelle pour se rendre à l’hostellerie des Dames vendredi soir, à l’occasion du vernissage de l’exposition de peintures de détenus. Une exposition « d’une très bonne qualité » qui laisse place à différents styles et qui sera particulièrement observée : « 10 000 à 12 000 personnes vont pouvoir regarder les toiles des détenus. Quand on sait que Clairvaux accueille près de 20 000 personnes par an » souligne Jean-François Leroux, président de Renaissance Abbaye de Clairvaux.

Dunkerque - La course comme thérapie à l'addiction

Pour son dernier projet sportif en date, le service pénitentiaire d'insertion et de probation (Spip) innove. Des condamnés à du sursis ou en libération conditionnelle s'entraînent à la course à pied depuis mars.

.. et pas pour jouer aux gendarmes et aux voleurs.

 Proposer aux détenus de suer un peu relevait du classique et de l'établi. « Pour les projets sportifs en détention, on a facilement des candidats, reconnaît Dominique Alloy, conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation. Ça leur donne l'occasion de prendre l'air. Avec des personnes libres d'aller et venir, on doit les fidéliser. » Là est l'originalité et le challenge lancé par le Spip. Pour la première fois, l'action concerne les condamnés à l'extérieur, et non ceux restés entre les murs de la maison d'arrêt.

dimanche 25 mai 2014

Affaire du "Sniper de Varces": Verdict attendu lundi

Ce vendredi 23 mai  le procureur a requis une peine de 20 ans de prison, en appel, contre Mourad Bouziane, commanditaire présumé du meurtre d'un détenu à Varces en 2008.
sniper_varces.jpg
 
Le jeune homme avait été condamné en première instance en 2013. Ses avocats ont plaidé une nouvelle fois l'acquittement.
Le procès en appel de la fameuse affaire du sniper de Varces devant les Assises du Rhône touche bientôt à sa fin. L'avocat général a requis une peine plus importante que celle adjugée en première instance : vingt ans de réclusion contre le commanditaire présumé du meurtre, Mourad Bouziane, alors que celui-ci avait été condamné à 15 ans de réclusion en janvier 2013 à Lyon.

Réunion - Il s’exhibait devant une surveillante : 6 mois ferme

TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS. Déjà condamné à de nombreuses reprises, dont quatre fois pour exhibitions sexuelles, Pierrick Lafont, 21 ans, se retrouvait vendredi matin devant le tribunal correctionnel pour s’être exhibé en détention.
Le 23 juin 2013, vers 20 heures, une surveillante effectue sa ronde au centre du centre pénitentiaire de la Rivière-des-Galets, en compagnie d’un de ses collègues. Lorsqu’elle arrive à la cellule de Pierrick Lafont, celui-ci allongé sur son lit, lui demande l’heure. Elle repart, le jeune homme la rappelle, elle le découvre alors, le short baissé.

samedi 24 mai 2014

Condamnés pour un trafic à la centrale d’Ensisheim

Quatre personnes, dont deux détenus et un surveillant, ont été jugées hier à Colmar pour un trafic de cannabis et d’alcool à la centrale d’Ensisheim.
 
À la barre du tribunal correctionnel de Colmar, hier, ils sont quatre : un homme de 52 ans condamné pour meurtre (en visioconférence depuis la maison centrale de Saint-Maur), un homme de 42 ans incarcéré à Ensisheim pour des braquages, un surveillant pénitentiaire de 37 ans et un habitant de Huningue de 28 ans. Quatre à devoir répondre d’un trafic de cannabis et de whisky organisé au sein de la maison centrale d’Ensisheim, entre mars 2011 et mai 2013.

Liancourt - l’incendie à la prison fait deux blessés

Un incendie au centre pénitentiaire de Liancourt, dans l’Oise, a fait deux blessés, vendredi soir vers 22h30.
Illustration.
 
Le feu s’est déclaré dans l’une des cellules, blessant grièvement l’un des détenus et un autre plus légèrement. Le premier a été évacué sur le centre hospitalier de Senlis. Le second a été transporté à l’hôpital de Creil.                                        
 
Les pompiers de Liancourt, Mouy, Clermont et Nogent ont été mobilisés à cette occasion. L’origine du sinistre est pour l’heure inconnue mais il semblerait que l’un des détenus ait mis le feu à son matelas. Une enquête a été ouverte par les services de gendarmerie.

vendredi 23 mai 2014

Nantes - Ils avaient introduit de la drogue en prison : 2 mois fermes

Un homme et deux femmes ont été condamnés jeudi par le tribunal correctionnel de Nantes à 2 mois de prison ferme pour avoir tenté de faire passer de la résine de cannabis à des détenus qu'ils venaient visiter mercredi lors de parloirs à la maison d'arrêt.
photo l'opération policière s'est déroulée mercredi. © archives po-nb
L'opération policière s'est déroulée mercredi
 
Ils ont été interpellés en possession de 14, 16 et 43 grammes de drogue.
Cette opération de police, assez rare, a été réalisée sur réquisition du procureur pour lutter contre un phénomène grandissant depuis la fin des fouilles à corps en début d'année qui répond à une mise en conformité demandée par l'Europe.

Mouvement à la prison de Metz Queuleu

Une trentaine de salariés de la prison de Metz Queuleu ont protesté dans la matinée de vendredi 23 mai 2014 contre la dégradation de leurs conditions de travail.
© France 3 Lorraine
Les surveillants de la prison de Metz Queuleu ont manifesté, vendredi 23 mai 2014, devant les portes de l'établissement pénitencier. La trentaine de gréviste dénonçait la dégradation des conditions de travail.

Selon les syndicats, la structure souffre d'un manque de personnel chronique. Ces problèmes d'effectifs conduisent à l'augmentation des heures de travail pour les salariés. À ces journées chargées s'ajoute une multiplication des agressions physiques et verbales. Des contraintes devenues insoutenables pour les surveillants de prison. 

Kerviel: l'ex-trader a été transféré à la prison de Fleury-Mérogis

Incarcéré à la maison d'arrêt de Nice juste après son arrestation en ce début de semaine, l'ex-trader purgera le reste de sa peine dans cet établissement situé en région parisienne.
Jérôme Kerviel, lors de son arrestation, dans la nuit de dimanche à lundi 19 mai. (Anne-Christine Poujoulat - AFP)
Jérôme Kerviel, lors de son arrestation, dans la nuit de dimanche à lundi 19 mai

L'ex-trader Jérôme Kerviel a été transféré à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), pour y purger sa peine de trois ans de prison ferme pour avoir causé une perte de 4,9 milliards d'euros à la Société Générale. Interpellé à Menton (Alpes-maritimes) le 18 mai à son retour en France après son passage de la frontière italienne, Jérôme Kerviel avait été incarcéré à la maison d'arrêt de Nice.

Les surveillants pénitentiaires de Bourg en colère

Sur la promotion 2014 de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire, 352 jeunes diplômés qui ont connu il y a quelques semaines leur lieu d’affectation. 36 sont affectés sur le territoire de la direction interrégionale Rhône-Alpes Auvergne, et …zéro à Bourg-en-Bresse.
 
« Ce n’est pas comme s’il nous manquait une quarantaine de surveillants », ironise un agent de la pénitentiaire burgien.
« Nous ne comprenons pas comment la direction interrégionale priorise l’attribution des effectifs, indique Anthony Longo, secrétaire adjoint Cgt.

Un détenu retrouvé pendu dans sa cellule à Perpignan

Un homme de 39 ans s'est suicidé dans la nuit de mercredi à jeudi dans le quartier disciplinaire du centre de détention de Perpignan. Il venait de la prison de Mende. La même nuit, une tentative de suicide d'un mineur a été évitée de justesse.
 
illustration © F3LR
Un détenu s'est pendu dans la nuit de mercredi à jeudi. Il venait d’être transféré de Lozère. Il avait été placé en quartier disciplinaire à la suite de l'agression d'un surveillant de la prison de Mende. Une information confirmée par l'administration pénitentiaire.

Suicide dans une prison pour mineurs en 2008: l’Etat condamné

Le tribunal administratif de Lyon a condamné l’Etat à indemniser la famille d’un adolescent de 16 ans qui s’était pendu en 2008 dans un établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) du Rhône, a-t-on appris jeudi auprès de la famille, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

La mort de Julien dans l’EPM de Meyzieu, le 2 février 2008, avait constitué le premier cas de suicide dans ce nouveau type d’établissement ouvert en juin 2007, créant une vive polémique à l’époque. Le tribunal a rendu sa décision le 21 janvier.

«Cette condamnation, c’est le plus important et ce n’est que le début», a déclaré jeudi à l’AFP Sébastien Khazzar, le père de Julien, retrouvé pendu à la fenêtre de sa cellule au moyen d’un drap noué autour du cou.

Angers - "L'absolue nécessité" de construire une nouvelle maison d'arrêt (C.Béchu)

Dans un jugement rendu mercredi, le tribunal administratif de Nantes a condamné l'Etat français à verser 1500€ de dommages à un ancien détenu de la maison d'arrêt d'Angers, qui l'avait saisi pour dénoncer ses conditions de détention. 

      Relayée par nos confrères de la presse quotidienne régionale, la décision (historique ?) des juges administratifs pointe sans ambiguïté "des conditions attentatoires au respect de la dignité inhérente à la personne humaine", relevant notamment concernant le plaignant, "l'absence de respect des conditions de sécurité, de salubrité et d'hygiène" de sa cellule.

jeudi 22 mai 2014

Angers - L’évadé de la cour d’assises s’est finalement rendu

Samedi dernier, Le Courrier de l'Ouest évoquait la condamnation de quatre jeunes Angevins à 8 ans et 4 ans de prison par la cour d’assises, pour avoir ligoté un couple de personnes âgées en novembre 2011 à Angers.
 
Angers. L’évadé de la cour d’assises s’est finalement rendu
 
Un des accusés s’était évadé pendant l’audience. Comparaissant libre, il n’était pas revenu après une pause déjeuner. La fin du procès s’était déroulé sans lui.

Il s’était de lui-même constitué prisonnier lundi, en se présentant à un commissariat de police de la Région parisienne. Il est actuellement détenu à la prison de Fleury-Mérogis.

A peine sorti de prison, il tue son ex-compagne à la hache

Frappée à la hache. Une femme de 41 ans, découverte mardi chez elle à Caluire (Rhône) grièvement blessée à la hache, après que son ex-compagnon se fut accusé de l'avoir assassinée, est décédée mercredi, a-t-on appris auprès du parquet.
Saint-Etienne : Une femme et son chien retrouvés morts poignardés
 
La garde à vue pour "crime flagrant" de l'auteur présumé des coups, âgé de 49 ans, "a été prolongée" et une information judiciaire pour "homicide" devrait être ouverte ce jeudi.

Début du procès Bamberski à Mulhouse

Ouverture ce matin du procès d'André Bamberski. L'homme de 74 ans doit répondre de l'enlèvement de celui qu'il tient pour le meurtrier de sa fille Kalinka en 1982, Dieter Krombach. Devant le refus de l'Allemagne d'extrader cet homme, André Bamberski avait « accepté l'offre » de l'amener en France.
 
André Bamberski devant la salle d'audience au tribunal de Mulhouse © F3 Alsace
© F3 Alsace André Bamberski devant la salle d'audience au tribunal de Mulhouse
 
D'un pas lent, accompagné de son avocat, André Bamberski est venu affronter la justice persuadé d'avoir pris la bonne décision en « acceptant l'offre [qui lui] a été faite de transporter le Dr Krombach en France », comme il l'a expliqué avant le procès. Le 17 octobre 2009, le médecin allemand que son pays a toujours refusé d'extrader en France a été enlevé devant son domicile bavarois et a été retrouvé enchaîné à proximité du tribunal de Mulhouse quelques heures plus tard.

mercredi 21 mai 2014

Mulhouse - André Bamberski jugé jeudi pour l'enlèvement de Dieter Krombach

La saga judiciaire opposant André Bamberski à Dieter Krombach, qu'il a fait condamner pour la mort de sa fille, s'invite à nouveau dans les prétoires, jeudi et vendredi, à Mulhouse: cette fois c'est le Français qui est jugé, pour avoir commandité l'enlèvement en Allemagne de son ennemi juré.
André Bamberski
André Bamberski
 
André Bamberski, 76 ans, doit répondre devant le tribunal correctionnel de Mulhouse d'enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que de complicité de violences volontaires. Il encourt cinq ans de prison. La décision du tribunal sera soit rendue vendredi à l'issue du procès, soit mise en délibéré à une date ultérieure.

Jérôme Kerviel désormais "détenu lambda" à la prison Nice

Et maintenant ? Loin de la déferlante médiatique qui l'a porté de Vintimille à Nice le week-end dernier, Jérôme Kerviel séjourne désormais entre les murs de la maison d'arrêt niçoise.
Jérôme Kerviel,  de la lumière à l'ombre - 25440002.jpg
Jérôme Kerviel

Une situation qui n'a pas vocation à s'éterniser - l'ex-trader pourrait être transféré prochainement vers un centre de détention, hors des A.-M. En attendant, il commence à purger sa peine de trois ans ferme. Il n'avait effectué jusqu'ici que 41 jours.

Etats-Unis - une exécution suspendue dans le Missouri

Une cour d’appel américaine a suspendu, mardi soir 20 mai, une exécution par injection létale dans le Missouri.

media
Russell Bucklew sur une photo prise le 9 février 2014.

Cette décision intervient trois semaines après la douloureuse agonie d’un condamné à mort dans l’Oklahoma, qui avait mis près d’une heure à mourir. Les Etats américains qui continuent d’appliquer la peine de mort se trouvent devant une pénurie de produits létaux, que les laboratoires européens refusent désormais d’exporter, car l’Union européenne a aboli la peine de mort.

Un homme d'une cinquantaine d'année a été arrêté mardi soir à Lyon.

Alors qu'il se trouvait à la terrasse d'un café, du quai Sarrail dans le 6e arrondissement, il venait de s'accuser du meurtre de sa femme.
 
Les policiers ont alors décidé de se rendre à son domicile, situé à Caluire où le corps de sa femme de 42 ans a été retrouvé.
Grièvement blessée à la tête et au coude, son pronostic vital est engagé. Sur les lieux, une hache a été découverte, il pourrait s'agir de l'arme du crime. Incarcéré à la prison de Lyon-Corbas, le suspect était en permission de sortie depuis lundi. Une enquête a été ouverte.

Martinique - Surpopulation carcérale : le député Nilor monte au créneau

Le député du sud, Jean-Philippe Nilor vient d'interpeller la ministre de la justice, Christiane Taubira sur les conditions de détention à la prison de Ducos.
« Des détenus qui vivent entre les cafards, les rats et autres nuisibles », le ton est donné par le député du sud.

Jean-Philippe Nilor interpelle la ministre de la justice sur les conséquences de la surpopulation carcérale au centre pénitentiaire de Ducos.

Il s'inquiète des conditions de détention des 970 détenus retenus dans une prison prévue pour accueillir 569 personnes.

Meaux - une cinquantaine de surveillants bloquent l'accès à la prison

Des palettes brûlaient ce mercredi matin devant le centre pénitentiaire de  Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne). 
ARCHIVES. En avril 2012, les surveillants de la prison de Meaux avaient déjà manifesté durant plusieurs jours pour réclamer des effectifs supplémentaires et des revalorisations de salaire.                                  
 
Une cinquantaine de surveillants ont bloqué l'accès à la prison à l'appel des syndicats FO, CGT et UFAP. 
Ils dénoncent la surpopulation carcérale et des conditions de travail dégradées. . Ils voulaient empêcher l'accès aux parloirs mais les CRS les ont délogés afin de laisser passer les familles.                                       
En milieu de matinée, les surveillants bloquaient encore l'extraction des prisonniers.

mardi 20 mai 2014

Le caïd de La Clayette transféré à Lyon

André Gosset, 50 ans, le caïd en cavale retrouvé blessé par arme à feu à La Clayette lundi 12 mai en soirée a été transféré dans un hôpital-prison de Lyon après avoir été pris en charge au CHU de Dijon,a confirmé ce mardi après-midi le procureur de la République de Chalon, Christophe Rode. 
 
Touché à l'abdomen par deux impacts de plomb, le détenu au lourd passé judiciaire qui s'était évadé de la prison de Sant-Quentin-Fallavier (Isère) au mois de janvier 2013 suite à une autorisation de permission qu'il a transformée en fuite, doit être entendu dans cette structure lyonnaise sous le statut de gardé à vue avant de réintégrer le centre pénitentiaire isérois.

Des membres d'un groupuscule néonazi arrêtés dans le Doubs

Des membres présumés d'un groupe néo-nazi, admirateurs d'Adolf Hitler, ont été arrêtés mardi matin dans le département du Doubs, à Morteau. Trois hommes se trouvent en garde à vue et les gendarmes prévoient d'autres interpellations. 
   gendarmes
 
Ils se disaient "prêts à passer à l’acte" pour défendre leurs idéaux nationalistes. Et ils voulaient montrer qu’ils en avaient les moyens : il y a deux semaines, un groupuscule néonazi a posté sur Internet des photos de huit hommes cagoulés, munis d’armes, dont une kalachnikov, un fusil à pompe, des fusils de chasse et des battes de baseball.

L’enfer des jeunes détenus de Mayotte

Ils n’ont pas honte ! Depuis le début du mois d’avril, trois mineurs ont essayé de se pendre dans la prison surpeuplée de Majicavo.
 
L’ordonnance de 1945 sur les mineurs délinquants affirme la primauté de l’éducatif sur le répressif. Mais que reste-t-il de ce principe dans les prisons indignes des DOM-TOM ?
Le Syndicat national des personnels de l’éducation et du social (SNPES-PJJ) tire la sonnette d’alarme. Dans le quartier des mineurs de la prison de ­Majicavo, trois jeunes ont essayé de se pendre depuis le début du mois d’avril.

St Maur - "Même un poseur de bombes a droit à un sommeil tranquille en prison"

Une ou deux fois par semaine, au beau milieu de la nuit, les surveillants ouvraient l’œilleton de sa cellule et allumaient la lumière.
Une cellule de la maison d'arrêt de Bonneville (Haute-Savoie), en 2011.
 
Deux fois par nuit, depuis juin 2013, vers 23 h 45 et 2 h 30 du matin, quand le sommeil est bien profond. Le détenu de la maison centrale de Saint-Maur, dans l’Indre, a fini par faire des crises d’hypertension et a saisi en référé le tribunal administratif de Limoges.

Chambéry - quand les prisonniers reçoivent de la visite…

Les riverains de la prison de Chambéry, que jouxte un terrain de sport de la ville, assistent régulièrement à un ballet qui, à force, finit par être un spectacle dérangeant: toutes sortes de colis sont lancés depuis l’extérieur à destination des détenus à travers les mailles du filet de protection de l’enceinte de la prison.
Photo DR
Un collectif s’est créé, qui a donc envoyé un courrier au maire de la cité des Ducs pour évoquer ces désagréments. Car certains n’hésitent pas à grimper tant bien que mal aux mâts d’éclairage du stade pour improviser des « parloirs » à ciel ouvert avec des détenus. La photo est parlante…

Meaux-Chauconin - manifestation des surveillants annoncée mercredi matin devant la prison

Les surveillants de la prison de Meaux-Chauconin envisageaient mardi de manifester devant le centre pénitentiaire, mercredi matin à partir de 4 h 30.
 
A l’appel des syndicats FO, CGT et Ufap, ils entendent dénoncer la surpopulation carcérale et le manque d’effectifs, ainsi que les conditions de travail et de sécurité dégradées que cela engendre.    
                                    
Attention, outre les extractions, les manifestants -qui n’ont pas le droit de grève et qui se relaieront devant les portes de la prison- ont l’intention également de perturber les parloirs familles.

Prison de Loos - ces photos de documents ultra-confidentiels qu’on a laissés à la merci des pilleurs

Dans notre édition papier de dimanche (en lien ci-dessous), nous évoquions le pillage de l’ex-prison de Loos, fermée depuis octobre 2011, mais pas sécurisée par l’administration pénitentiaire.

Il est aisé d’y entrer, ce que nous avons fait. Des renseignements ultra-confidentiels sur les détenus étaient accessibles. Nous nous sommes procuré les photos qui le prouvent.
 
Les photos que nous publions aujourd’hui ont été prises le 23 juin 2013 à l’intérieur du centre de détention.

Cette partie de la prison, dans une ancienne abbaye cistercienne, ne devrait pas être déconstruite, selon Alain Jégo, directeur interrégional de l’administration pénitentiaire.

SAINT-MAUR - Un surveillant agressé à la centrale

Un détenu s'est jeté sur un surveillant de la maison centrale, dimanche vers 14 h 15, en lui portant un coup de tête.
 
Maîtrisé, il a été conduit au quartier disciplinaire. Et lors du démenottage, il a, à nouveau, agressé le surveillant en lui donnant un coup de pied au thorax. La victime a été transportée au centre hospitalier de Châteauroux. Le surveillant en est ressorti avec une entorse à un poignet, de nombreuses ecchymoses et une ITT de quatre jours.

Ce nouvel incident a provoqué la colère de FO Pénitentiaire, de la CGT Pénitentiaire et d'Ufap-Unsa Justice : « Un mouvement de solidarité est organisé à chaque prise de service. Ce débrayage de quinze minutes durera jusqu'à ce que le détenu soit sanctionné de manière exemplaire ».

lundi 19 mai 2014

Saint-Quentin-Fallavier - Découverte d'un couteau indétectable

La crainte des syndicats pénitentiaires s’avère fondée.
 
Archives Le DL
 
Voilà plusieurs semaines que FO et l’Ufap dénoncent la suspension par décision de justice des fouilles systématiques des détenus. Une mesure qui, selon les syndicats, ne permette plus d’assurer la sécurité derrière les barreaux.
Ce lundi matin, lors d’une fouille de cellule à la maison d’arrêt de Saint-Quentin-Fallavier, un couteau et du cannabis ont été découverts. La particularité du couteau réside dans sa lame en céramique, une matière indétectable par les portiques de sécurité.

Draguignan - la construction de la prison n'est pas remise en cause

Au terme de l'audience du tribunal administratif de Toulon, devant lequel l'association des riverains du quartier des Nouradons s'est portée pour contester la construction du nouveau centre pénitentiaire de Draguignan, il n'y a a priori plus d'obstacle à la réalisation du projet.

De fait, six des sept requêtes de l'association ont été rejetées. La dernière acceptée celle-la par le tribunal, portait sur l'arrêté d'autorisation qui n'aurait pas dû être signée par le maire de Draguignan, mais le préfêt du Var. Cet aléa administratif va être corrigé dans les prochains jours par le préfet et l'Agence publique pour l'immobilier de la justice. Les travaux débuteront donc bien durant le second semestre 2014.

Kerviel incarcéré à la prison de Nice

L'ancien trader se trouve depuis lundi matin emprisonné à Nice a informé le procureur.
       
Jérôme Kerviel est interpellé par la police française à Menton. Il venait de passer la frontière franco-italienne.
L'ex-trader Jérôme Kerviel devait être présenté dans la matinée à un magistrat du parquet de Nice, où il a été transféré lundi matin depuis la prison de Menton, a-t-on appris auprès du procureur de Nice, Eric Bedos .
 
«Il lui sera notifié la peine prononcée contre lui et la maison d'arrêt qui a été choisie», a indiqué à l'AFP M. Bedos, sans préciser laquelle.

Jérôme Kerviel a quitté lundi matin la prison de Menton (Alpes-Maritimes) où il venait de passer la nuit après son interpellation-éclair dimanche soir à minuit, heure limite à laquelle il devait se présenter aux autorités en vue de purger une peine de trois ans de prison ferme

Martinique - Le fugitif a regagné sa cellule

Thierry Lubin, 39 ans, qui s'était évadé vendredi dernier de l'hôpital Pierre Zobda Quitman, a regagné sa cellule dans la journée indique la police.
Thierry Lubin, a regagné de lui-même le centre pénitentiaire de Ducos ce dimanche dans la journée, selon la direction de la police qui avait en charge ce dossier.
Nous ignorons pour l'instant, les motivations du fugitif qui s'était évadé vendredi dernier de l'hôpital Pierre Zobda Quitman lors d'une visite médicale. Il risque 3 ans de prison pour cette évasion qui a mobilisé toute les polices pendant le week-end.

Brésil - tous les otages retenus par les détenus d'une prison ont été libérés

Des détenus d'une prison de haute-sécurité dans le Nord-Est du Brésil ont libéré dimanche les 122 personnes retenues en otage depuis samedi et ont mis fin à la mutinerie dans l'établissement pénitentiaire, ont annoncé les autorités
Des détenus d'une prison de haute-sécurité dans le Nord-Est du Brésil ont libéré dimanche les 122 personnes retenues en otage depuis samedi et ont mis fin à la mutinerie dans l'établissement pénitentiaire.

Des détenus d'une prison de haute-sécurité dans le Nord-Est du Brésil ont libéré dimanche les 122 personnes retenues en otage depuis samedi et ont mis fin à la mutinerie dans l'établissement pénitentiaire

 
«La rébellion est terminée. Ils ont libéré les employés et les membres des familles qui étaient à l'intérieur» de la prison de la ville d'Aracaju dans l'Etat de Sergipe dans le nord-est du Brésil, a annoncé un porte-parole des services responsables de la Justice dans cet Etat.

dimanche 18 mai 2014

L’ancienne prison de Loos : une invitation au pillage ?

Depuis sa fermeture en octobre 2011, la prison de Loos, qu’on aperçoit depuis l’A25, est « the place to be » pour les pillards en tout genre, rôdeurs, photographes, etc. Tout cela au nez et à la barbe d’une administration pénitentiaire impuissante.
 
La maison d’arrêt et le centre de détention, les deux parties de la prison, ont ainsi été littéralement dépouillés, et des dossiers de détenus ont même disparu, en fumée. Reportage derrière les épais murs de brique, avant la démolition, dont la première phase débute à la fin du mois.
« Voilà, c’est fini. 16/10/2011. » Au marqueur bleu sur les carreaux blancs de faïence des anciennes douches de la maison d’arrêt, un discret tag fait référence à la fermeture de la prison, aujourd’hui plus ouverte que jamais. En longeant l’enceinte, des briques plus claires que les autres évoquent d’anciens trous, rebouchés. « On a comblé plusieurs trous, au moins dix fois depuis un an. C’est un éternel recommencement », commente Alain Jégo, directeur interrégional de l’administration pénitentiaire.

Saint-Brieuc - Une partie de la maison d'arrêt fouillée hier

Une quinzaine de cellules et des salles d'activités ont été fouillées, jeudi matin, à la maison d'arrêt de Saint-Brieuc par le personnel pénitentiaire, assisté de fonctionnaires de l'Équipe régionale d'intervention et de sécurité (Eris).

« C'est une mesure annuelle, à l'occasion de laquelle on fouille une partie de la maison d'arrêt », explique Pierre Le Mée, directeur de l'établissement.

Une trentaine de détenus ont donc été fouillés, l'intervention s'est bien passée. Quelques téléphones portables ont été découverts. La procédure sera transmise au parquet de Saint-Brieuc.

Brésil - Plus de 120 otages lors d'une mutinerie

Des détenus d'une prison dans le nord-est du Brésil ont pris samedi en otages 122 personnes, a indiqué une porte-parole de l'établissement pénitentiaire.

La situation est désormais «calme» et des «négociations» devaient reprendre tôt dimanche matin. Cent dix-huit otages sont des membres de famille de détenus et les quatre autres du personnel de la prison, a précisé Sandra Melo, porte-parole de l'établissement «Advogado Jacinto Filho», situé dans la ville d'Aracaju, dans l'Etat de Sergipe (nord-ouest).

«Nous ne croyons pas que les prisonniers vont s'en prendre à leur propre famille», a souligné le responsable de la police militaire de l'Etat de Sergipe, Mauricio Iunes, au site d'information continue G1. Mais «les agents de la prison sont, eux, des otages», a-t-il cependant ajouté.

samedi 17 mai 2014

Villenauxe-la-Grande - Il brandit une arme sur un surveillant : cinq ans de prison

Pour le prévenu, Adlane Hamraras, le centre de détention de Villenauxe n'est qu'un terreau de violences, de « misères subies ». De tous les établissements pénitentiaires qu'il a connus depuis son incarcération le 8 octobre 2011, seul celui-ci le pousse à fomenter un stratagème pour en sortir. « Juste pour montrer que je ne voulais pas rester ici. »

« Je voulais juste me faire transférer »

Pour ne pas rester à Villenauxe, Adlane Hamraras aura donc subtilisé une lame de serrure dans une armoire de la laverie, l'aura aiguisée sur le sol de la cour de promenade une semaine durant et l'aura façonnée en couteau artisanal doté d'une lame de 22 cm.

Laon - Un détenu gravement blessé après avoir mis le feu à sa cellule

Un détenu de la prison de Laon a essayé de mettre le feu à sa cellule ce jeudi soir.
L’homme ne présentait aucune tendance suicidaire et était détenu dans le quartier disciplinaire de la prison. Des surveillants pénitentiaires sont intervenus à temps pour secourir le prisonnier et circonscrire l’incendie. Gravement blessé, celui-ci a été transporté à l’hôpital de Reims. Son pronostic vital est engagé.

Châlons - Un détenu condamné pour un paquet entre les fesses

Purgeant actuellement une peine au centre de détention de Villenauxe-la-Grande (Aube), Bruno Maamar a été condamné à quatre mois de prison supplémentaires, mercredi, par le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne.
 
Ce Rémois de 25 ans a été reconnu coupable d’outrage, de recel de bien provenant du délit d’introduction illégale et de détention de stupéfiants.
 
Tandis qu’il était incarcéré à la maison d’arrêt de Châlons, le 4 avril 2013, le jeune homme avait été trouvé en possession, lors d’une fouille inopinée effectuée dans sa cellule, d’un paquet de cellophane enfoui entre les fesses. Pris sur le fait, le détenu avait alors jeté l’objet du délit en direction d’un codétenu, avant de taper du poing dans la paume opposée de sa main tout en fixant le surveillant à l’origine de la découverte, l’air menaçant. Selon l’agent de l’administration pénitentiaire, celui-ci aurait ensuite lâché « Je vais me prendre une peine de plus » puis tenté de lui porter un coup au visage qu’il serait parvenu à esquiver. Une version néanmoins contestée par le prévenu qui a nié avoir voulu l’agresser.

vendredi 16 mai 2014

Au coeur du PC sécurité de Fleury-Mérogis

La plus grande maison d'arrêt d'Europe possède une salle de surveillance ultra-informatisée. Sur des dizaines d'écrans, la vie de la prison s'étale, des couloirs aux entrées de parloirs.
 
Reportage

La serrure fait clac et l'énorme porte grise de 600 kg s'ouvre lentement. « Elle peut résister à des coups de bélier », assure Hubert Moreau, le directeur de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Dans l'hypothèse redoutée, mais peu probable, d'une attaque de prisonniers contre le centre névralgique : le Poste de centralisation des informations.

Le nombre de détenus en légère baisse

68.645 personnes étaient incarcérées au 1er mai en France, en légère baisse par rapport au mois d'avril qui avait enregistré un record de population carcérale, selon les chiffres publiés aujourd'hui par la direction de l'administration pénitentiaire.

Par rapport au 1er avril, date à laquelle 68.859 détenus étaient comptabilisés, le nombre des personnes incarcérées est en baisse de 0,3%, précise l'administration pénitentiaire. En un an, on enregistre une hausse de 1,2%. Au 1er mars, la capacité opérationnelle des établissements pénitentiaires était de 57.631 places, précise le communiqué, soit un taux d'occupation de 119%.

Prison: la dérive des peines alternatives

Alors que la réforme pénale  prévoit de multiplier les sanctions  sans prison, notre enquête sur le suivi actuel des délinquants « hors les murs » révèle les failles du système.
 
Un condamné au centre de semi-liberté de Lyon.
Un condamné au centre de semi-liberté de Lyon
 
La France est déjà championne d'Europe du bracelet électronique. Elle le sera davantage encore avec la réforme pénale de Christiane Taubira, qui entend promouvoir les peines alternatives en lieu et place de l'incarcération. Une révolution copernicienne, puisque la prison ne sera bientôt plus la peine de référence. De quoi désarçonner un certain nombre de praticiens, qu'ils soient juges d'application des peines ou conseillers d'insertion et de probation.

Prison: une réforme à contretemps pour le premier ministre

Maintes fois reporté, l'examen du projet très controversé sur la prévention de la récidive tombe au plus mal pour Manuel Valls.
 
Manuel Valls, premier ministre français.
Manuel Valls, premier ministre français.

Le texte sera débattu le 27 mai en commission des lois de l'Assemblée, qui va auditionner la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et passera en séance publique le 3 juin. Au lendemain d'élections européennes qui s'annoncent comme un bon cru pour le Front national et une nouvelle défaite politique pour le PS, l'entrée en scène de la réforme pénale donne un signal de laxisme totalement à contretemps. D'autant que les Français sont majoritairement hostiles à des aménagements de peine comme aux alternatives à la prison.

Un détenu de la prison de Maubeuge était à deux doigts de se faire la belle mercredi

Un Irakien, qui purge actuellement une peine de cinq ans d’emprisonnement, a tenté de s’évader mercredi du centre pénitentiaire de Maubeuge. Il a pu franchir une première clôture avant d’être repéré.
 
La tentative du détenu a échoué.  PHOTO SAMI BELLOUMIVDNPQR
 
Le syndicat UFAP-UNSA Justice dénonce ce jeudi soir des faits graves, et pointe du doigt le manque d’effectifs.

Coutances - Maison d'arrêt : les incidents plus nombreux

En quelques semaines, plusieurs incidents et agressions ont eu lieu à la maison d'arrêt. Les détenus ont été jugés. Plusieurs explications sont avancées.

La maison d'arrêt de Coutances a été le théâtre de plusieurs incidents et agressions en un mois. Surpopulation, interdiction de fouiller les détenus ou profil des détenus... Les explications ne manquent pas.
 
Entre le 16 mars et le 28 avril, la maison d'arrêt de Coutances a été le théâtre de plusieurs faits divers. Cela a commencé par un feu dans une cellule, suivi de l'évasion d'un détenu, intercepté sur le parking du personnel de la maison d'arrêt, le 31 mars. Les 2 et 3 avril, plusieurs détenus en sont venus plusieurs fois aux mains dans la cour de l'établissement. Et le 28 avril, un détenu a été passé à tabac par un autre détenu. Le même jour, un détenu se rebellait suite à la fouille de sa cellule. Tous ces faits ont été jugés dans la foulée, par le tribunal correctionnel. De lourdes peines de prison ferme ont été prononcées.

jeudi 15 mai 2014

Christiane Taubira vend sa réforme pénale à HEC

La ministre de la Justice a participé à un colloque organisé par des étudiants de HEC, à Jouy-en-Josas. Mardi 6 mai, elle a détaillé aux jeunes sa réforme pénale.
Christiane Taubira est venue à HEC, mardi 6 mai, pour parler de la réforme pénale.
 
Sous le feu des critiques, la garde des Sceaux campe sur sa position. la réforme pénale qu’elle souhaite engager est «bonne. Bonne pour la sécurité des personnes, la prévention de la récidive et la reconnaissance des victimes.» Cette conviction, Christiane Taubira l’a affichée dans l’amphithéâtre 206 de la prestigieuse école HEC de Jouy-en-Josas (Hautes études commerciales).

Isère - Un détenu se pend dans sa cellule juste avant son procès

Un prisonnier a été découvert mort pendu au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier jeudi matin.
 
Il devait être jugé dans quelques jours pour des faits d'agression sexuelle.
Les surveillants de la prison se sont aperçus du drame lors d'une ronde vers 7 heures du matin.
s ont détaché la corde et tenté de ranimer le détenu en vain. L'homme aurait laissé une lettre dans laquelle il expliquait les causes de son suicide. Une autopsie a été ordonnée par le parquet de Vienne et une enquête est en cours.

Procès pour le meurtre de la prison de Varces

C'est ce jeudi que s'ouvre en appel, devant la Cour d'Assises du Rhône, le procès du commanditaire du meurtre de la prison de Varces, vers Grenoble.
 
L'homme avait écopé en première instance de quinze ans de prison, mais le tireur, lui, s'était suicidé avant l'audience.
En septembre 2008 pour rappel, un détenu grenoblois avait été tué par un sniper dans l'enceinte du centre pénitentiaire. Le verdict doit être rendu vendredi prochain.

Survol de prison - Le préfet, son directeur de cabinet et une pilote d’hélicoptère devant le tribunal

Diffamation pour les uns, manquement aux règles de l’aviation civile pour l’autre : une audience hors norme avec le préfet comme prévenu. 
                      
bay.jpg

L'histoire démarre aux premiers jours de septembre 2013. Comme à son habitude, Corinne Ray virevolte dans les airs et assure une mission périlleuse confiée par ERDF. La pilote doit surveiller des kilomètres de lignes, dans l'Aube mais aussi dans certains départements limitrophes. À l'affût de la moindre irrégularité, elle tourne et vire autour des pylônes électriques au point de semer la panique au sol. « Il n'est pas rare que les gens s'inquiètent », expliquait-elle devant le tribunal correctionnel,le 9 avril dernier.

Tentative d'évasion à Angers : Six mois et un an de prison aux frères

Deux frères âgés de 29 et 34 ans ont été condamnés à un an et six mois de prison par le tribunal correctionnel d'Angers. Lundi, leur tentative avait été stoppée de justesse.

photo le palais de justice d' angers © franck dubray
 
Deux frères âgés de 29 et 34 ans ont été condamnés, mercredi 14 mai, par le tribunal correctionnel d'Angers. Le premier avait écopé de six ans de prison pour un trafic de stupéfiants dirigé de sa cellule de Fleury-Mérogis. Mécontent de cette nouvelle condamnation, il avait tenté de fausser compagnie aux gendarmes. Rattrapé, il avait été secouru par son frère, qui quittait le palais de justice.

Tentative d'évasion à Angers - Six mois et un an de prison aux frèress

Deux frères âgés de 29 et 34 ans ont été condamnés à un an et six mois de prison par le tribunal correctionnel d'Angers. Lundi, leur tentative avait été stoppée de justesse.

photo le palais de justice d' angers © franck dubray
 
Deux frères âgés de 29 et 34 ans ont été condamnés, mercredi 14 mai, par le tribunal correctionnel d'Angers. Le premier avait écopé de six ans de prison pour un trafic de stupéfiants dirigé de sa cellule de Fleury-Mérogis. Mécontent de cette nouvelle condamnation, il avait tenté de fausser compagnie aux gendarmes. Rattrapé, il avait été secouru par son frère, qui quittait le palais de justice.

SAINT-QUENTIN-FALLAVIER - Un détenu retrouvé pendu dans sa cellule

La macabre découverte a eu lieu lors d’une ronde ce jeudi matin à la prison de Saint-Quentin-Fallavier.
Le DL Archives / Michel THOMAS
 
Vers 7 heures, des surveillants ont découvert qu’un détenu à l’isolement s’était pendu dans sa cellule. Ils n’ont pu le ranimer. Selon les premiers éléments, l’homme, écroué depuis un mois, a laissé des écrits expliquant son geste

L’administration pénitentiaire condamnée à garantir la confidentialité des conversations téléphoniques des détenus.

L’administration pénitentiaire condamnée à garantir la confidentialité des conversations téléphoniques des détenus.
Par ordonnance du 23 avril 2014 (téléchargeable ci-après), le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a enjoint au directeur du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin de « mettre toute mesure permettant aux personnes détenues, dès qu’elles entendent avoir une communication téléphonique avec leur avocat, de mener celle-ci confidentiellement à l’égard tant de leurs codétenus que des membres de l’administration pénitentiaire ».

Meuse: peines de 4 à 2 ans pour les preneurs d'otages de la prison de Montmédy

Les cinq détenus, qui avaient pris en otage un moniteur sportif à la prison de Montmédy (Meuse) en avril, ont été condamnés à des peines allant de 4 à 2 ans d'emprisonnement par le tribunal correctionnel de Verdun.

"Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur, qui avait sollicité des peines différentes selon le niveau d'implication des différents prévenus" lors de la prise d'otage, a déclaré à l'AFP l'avocat de deux des détenus, Me Xavier Nodée.     

Le 4 avril dernier, six détenus avaient pris en otage un moniteur sportif dans le gymnase du centre de détention, avant de le relâcher au bout de huit heures, sans violence.

Agen - "Les prisons ? Qui sait ce qu'il s'y passe ?"

Suite et fin du congrès du syndicat UFAP majoritaire dans la pénitentiaire à Boé.

Nadia témoigne sur la condition des surveillantes dans l'univers carcéral./Photo DDM Archives
 
Surveillant de prison peut aussi se conjuguer au féminin. Nadia y retourne lundi. Les blagues sexuelles ? «Franchement, quand on a comme moi 15 ans de métier, c'est presque devenu une banalité. Quand cela ne dépasse pas une limite qu'on s'est fixée, et qui est souvent respectée, ce n'est pas si grave que cela». Lundi, Nadia doit à nouveau franchir le seuil de sa maison d'arrêt, loin d'Agen.

mercredi 14 mai 2014

Le nombre de détenus en France vient d’être battus

Le « record » du nombre de détenus a été battu.
 
Un document de l’administration pénitentiaire intitulé « Statistique mensuelle de la population écrouée et détenue en France » révèle ainsi qu’au 1er avril 2014, 68 859 personnes étaient détenues (pour 80 740 personnes écrouées), soit 90 de plus que lors du précédent sommet de janvier 2013.
 
Comme toute donnée brute, ce recensement doit être expliqué. On observera d’abord que c’est sous un gouvernement de gauche que les deux derniers pics ont été atteints, de même que celui des étrangers reconduits à la frontière, preuve que le préjugé de générosité ou de laxisme – selon le point de vue – à l’égard de la gauche est sans objet. De même, l’idée selon laquelle la justice est de moins en moins sévère est, au moins du point de vue statistique, discutable.

Justice - le ras-le-bol des experts psy

La compagnie nationale des experts psychologues et psychiatres lance un cri d'alarme pour dénoncer "l’indécence des rémunérations des expertises".
                Lens : les légistes indemnes de toute poursuite 
Sa sortie avait marqué le procès Outreau. En 2005, un expert psychologue, interrogé par des journalistes après le fiasco judiciaire, avait lâché : "quand on paye des expertises au tarif d'une femme de ménage, on a des expertises de femme de ménage". Une sortie visant à dénoncer la faible rémunération des experts. Aujourd'hui, visiblement rien n'a changé et la compagnie nationale des experts psychologues et psychiatres lance un nouveau cri d'alarme.

Peine de mort aux Etats-Unis - report d'une exécution au Texas, après la débâcle de l'Oklahoma

Deux semaines après la longue agonie d'un condamné à mort en Oklahoma, une exécution au Texas a été reportée. La nouvelle date n'a pas été donnée.

Une exécution prévue au Texas mardi a été reportée sine die, deux semaines après la longue agonie d'un condamné à mort en Oklahoma qui avait rouvert la bataille entre partisans et opposants de la peine capitale aux Etats-Unis.

L'exécution de Robert James Campbell, dont l'injection létale était programmée à 18h heure locale, est "suspendue", le temps de se prononcer sur son éventuel handicap mental, qui empêcherait de le condamner à la peine capitale en vertu de la Constitution, a statué une cour d'appel du sud des Etats-Unis, deux heures avant l'exécution. Les trois juges d'appel fustigent le Texas qui "n'a jamais révélé qu'il avait en sa possession les résultats de trois tests d'intelligence montrant que Campbell était intellectuellement déficient".

CREIL (60) Un avocat entendu sous le régime de la garde à vue

Un avocat de l’Oise a passé plusieurs heures en garde à vue dans les locaux du commissariat de Creil, au cours de la journée de mardi.
 
Il a été entendu par les hommes de la police judiciaire de Creil. L’homme de loi est soupçonné d’une infraction de communication illégale avec une personne détenue. En clair, la justice le soupçonne d’avoir eu une conversation téléphonique avec un homme possédant un téléphone en prison (ce qui est formellement interdit, même si cela reste très répandu).
 
L’avocat n’a pas admis les faits. «  Nous avons opposé le secret professionnel », fait savoir Me Hubert Delarue, l’avocat… de l’avocat. Il indique que la défense n’ayant pas eu accès au dossier, elle n’était pas en mesure de faire autrement.

La maison d’arrêt de Laon est-elle prête à exploser ?

Après une nouvelle agression d’un surveillant ce week-end, la maison d’arrêt de Laon a de nouveau été bloquée hier matin. Le personnel dénonce une escalade de la violence.
 
Les syndicats ont manifesté leur colère en bloquant l’entrée du centre pénitentiaire laonnois.Photo d’archives
Les syndicats ont manifesté leur colère en bloquant l’entrée du centre pénitentiaire laonnois.

Il doit comparaître aux assises dans les prochains mois pour des viols. Mais c’est devant le tribunal correctionnel que ce détenu de 56 ans s’est retrouvé hier. Visiblement affaibli physiquement, il a demandé une chaise pour comparaître avant de demander un report de l’audience. Samedi matin, il ne s’était pas montré fragile pour taillader à la joue un surveillant de la maison d’arrêt. Une nouvelle agression qui fait suite à deux prises d’otages et un incendie de cellule depuis le début du mois d’avril.

Congrès UFAP/UNSa Justice à Boé

Les prisons françaises sous haute tension : un état des lieux affligeant lors du congrès à Boé.
450 participants au congrès dont 50 femmes qui sont représentées à hauteur de 30 % dans les établissements pénitentiaires./ Photo S.B
 
Ordre du jour du congrès national de l'Ufap consacré, hier, aux questions statutaires et à la situation explosive des prisons françaises. Les élections du bureau national ont lieu ce matin.

C'est dans une ambiance de show à l'américaine avec ballons, musique à fond au moment des pauses, que se déroule depuis hier et jusqu'à jeudi soir le 8e congrès national de l'Ufap-UNSA à l'espace culturel François Mitterand de Boé.

mardi 13 mai 2014

Réforme pénale - le projet de loi Taubira à l'Assemblée à partir du 3 juin

La réforme pénale de Taubira sur la prévention de la récidive sera débattue à l'Assemblée à partir du 3 juin. Il ne devrait y avoir qu'une seule lecture.

Christiane Taubira à l'Élysée le 7 mai 2014. La réforme pénale sera débattue à l'Assemblée à partir du 3 juin. (archives)
Christiane Taubira à l'Élysée le 7 mai 2014. La réforme pénale sera débattue à l'Assemblée à partir du 3 juin.

La réforme pénale de Christiane Taubira, très controversée, sera débattue à compter du 3 juin à l'Assemblée nationale, a annoncé ce mardi 13 mai le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen. Elle devait initialement être examinée à la mi-avril, mais la discussion avait été reportée à juin en raison du changement de gouvernement.

Un détenu de la prison de Saint-Quentin-Fallavier retrouvé blessé par balles en Saône-et-Loire

Un détenu, qui n'avait pas réintégré en janvier le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, a été retrouvé dans la nuit du 12 au 13 mai, blessé, à La Clayette, en Saône-et-Loire. 
 
Intérieur de la prison de Saint-Quentin-Fallavier © France 3 Alpes
prison de Saint-Quentin-Fallavier
 
Le détenu a été retrouvé et interpellé après avoir été blessé par des coups de feu, dans des circonstances qui devront être déterminées par les gendarmes de Charolles et la Section de recherches de Dijon, chargés de l'enquête.

Hospitalisé à Dijon, son pronostic vital n'est pas engagé, précise le parquet de Mâcon.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...