-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 26 septembre 2014

Un surveillant de Sequedin agressé dans le métro à Lille par un ancien détenu

Z. a 34 ans, il est surveillant pénitentiaire depuis dix ans, dont quatre à la maison d’arrêt de Sequedin. Mercredi, dans le métro à Lille, il a subi une agression physique, pour la première fois. 

 Z. a déposé plainte mercredi, juste après son agression. L’ex-détenu n’a pas été identifié pour le moment.

« Je n’ai jamais eu de gros soucis. Pourtant j’habite à Lille, et des anciens détenus, j’en croise souvent. Je me suis déjà fait insulter, mais rien de grave par rapport à cette fois-ci. » Le lendemain, Z. porte une minerve et marche difficilement. Il garde tout de même assez d’énergie, de hargne même, pour témoigner.

« Il était 15 h. Je suis monté dans le métro à la station Gambetta, j’allais voir mes parents. Déjà sur le quai, un jeune d’une vingtaine d’années, en survêtement avec un sweat à capuche, me dit Ça va surveillant, tranquille ? Je ne le reconnais pas mais je lui réponds Bonjour, oui ça va . »
Une fois l’ex-détenu et le surveillant montés dans la rame, les insultes pleuvent. D’un coup, sans raison apparente. « Moi, je lisais mon journal. Il criait Bande de bâtards, sale maton, t’as pas ton uniforme, tu fais pas le malin, t’es tout rouge J’étais rouge d’énervement, ça montait. Je n’ai pas répondu une seule fois, je me suis contenu. » Aucun passager ne réagit, il y avait pourtant « plein de monde ».
En descendant, Z. glisse à l’ancien prisonnier, « doucement », qu’il va « porter plainte » pour les insultes. C’est alors que le jeune homme lui donne « un gros coup de pied dans le dos. J’ai voltigé, et tout le monde l’a vu ! ». Z. remonte dans la rame, « pour le faire sortir, et que la police vienne ». Une bagarre éclate entre les deux hommes : « Il me mettait des coups, mais il est mal tombé... » Cette fois, Z. se défend.
Lorsque les portes s’ouvrent, à la station République, l’agresseur prend la fuite. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...