-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 29 février 2016

L'ancien directeur de cabinet du préfet de Corrèze dort en prison

Hugues Malecki, sous-préfet en poste en Normandie et ancien directeur de cabinet en Corrèze de 2002 à 2004, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Hugues Malecki (archive 2007), sous-préfet en poste à la préfecture de Normandie © La Montagne / MaxPPP

Il est soupçonné de "détournement" d'objets appartenant au mobilier national.

Le sous-préfet de Normandie à Rouen mis en examen  pour vol d'objets du mobilier national et incarcéré depuis mi-février aurait détourné des objets d'art lorsqu'il était en poste à la sous-préfecture de Brioude (Haute-Loire) entre 2006 et 2007.

Gaëlle Verschaeve, nouvelle directrice de la prison de Ploemeur

Gaëlle Verschaeve est la nouvelle directrice du centre pénitentiaire de Ploemeur. Elle succède à Jean-Paul Chapu, nommé à la nouvelle prison sécurisée d’Alençon-Condé.

Gaëlle Verschaeve, 38 ans, est la nouvelle directrice du centre pénitentiaire de Ploemeur.

 Gaëlle Verschaeve, 38 ans, est la nouvelle directrice du centre pénitentiaire de Ploemeur.
Après avoir préparé un doctorat de droit, cette native de Douai a pris ses premières fonctions dans l’administration pénitentiaire en août 2008 à la maison centrale de Clairvaux.

A Rennes, Quartier livre lancé contre l’illettrisme en prison

Livre et lecture en prison développe un projet dans les sept établissements pénitentiaires bretons pour donner le goût de la lecture, et toucher un maximum de détenus.

La compagnie Udre-Olik était vendredi au centre pénitentiaire des femmes pour le lancement de l'opération Quartier Livre

 Vendredi après-midi, deux comédiens de la compagnie Udre-Olik ont déambulé dans le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes, pour surprendre les détenues, en salle de sport, en promenade, en atelier bureautique et couture.

Lorraine: Un détenu condamné pour avoir lancé ses excréments sur un agent pénitentiaire

Le détenu s’en est pris au surveillant pénitentiaire lorsque ce dernier lui a apporté son plateau-repas…

Un détenu condamné pour avoir lancé ses excréments sur un agent pénitentiaire à Epinal (Illustration)

Alors qu’il venait lui apporter son plateau-repas, l’agent pénitentiaire avait été recouvert d’excréments.

Bretteville-l'Orgueilleuse. Les anti-prison ne désarment pas

L'association "Non à une maison d'arrêt" a tenu son assemblée générale, samedi 27 février. Elle redoute toujours que la nouvelle prison de Caen soit construite à Bretteville.

Si Ifs semble tenir la corde pour accueillir la nouvelle prison de Caen, les membres de l'association "Non à une maison d'arrêt à Bretteville-l'Orgueilleuse" ne désarment pas.

"Tant que l’Apij (Agence publique pour l’immobilier de la justice, chargée d’identifier des terrains susceptibles d’accueillir la nouvelle maison d’arrêt de Caen) n’a pas tranché, nous restons mobilisés et vigilants."

dimanche 28 février 2016

Un sous-préfet de Normandie en prison pour détournement d'objets d'art

Hugues Malecki, sous-préfet de Normandie à Rouen (Seine-Maritime), a été mis en examen et incarcéré pour le vol d'objets appartenant au mobilier national, mi-février 2016.

Le sous-préfet de Normandie, Hugues Malecki, a été mis en examen et incarcéré (photo d'illustration : © Wikimedia commons)

Le parquet du Puy-en-Velay (Haute-Loire) a rapporté qu’un sous-préfet, Hugues Malecki, a été mis en examen et placé en détention provisoire, soupçonné par un juge d’instruction de « détournement » d’objets appartenant au mobilier national, d’après Paris-Normandie.

Paris - le braqueur qui a renversé un enfant avec une voiture volée sortait de prison

Après douze condamnations, l'homme a été libéré lundi 22 février. Il comparaîtra une nouvelle fois dimanche 28.

Le chauffeur ivre a foncé sur les policiers au moment de son interpellation sur l'A3

Vendredi 26 février, un homme a volé une voiture dans le 13e arrondissement de Paris avant de renverser et blesser grièvement un enfant de 6 ans et de tenter de braquer un fast-food. Ce samedi 27 février, on apprend qu'il était sorti de prison quelques jours à peine avant les faits qui on laissé un enfant entre la vie et la mort.

Vosges - il lance ses excréments sur l’agent pénitentiaire à Epinal

Gaëtan Borrelli comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Epinal, en cette fin de semaine, pour des faits pour le moins fort désagréables.


L’homme a dû en effet s’expliquer sur ses agissements, le 4 février dernier, à l’encontre d’un surveillant pénitentiaire. Car le prévenu est actuellement détenu provisoirement pour un vol avec violence.

samedi 27 février 2016

Il introduit du shit en prison pour «aider» son frère

Mercredi, un homme a transmis presque 30g de résine de cannabis à son frère incarcéré à la maison d'arrêt de Foix.

Les surveillants ont découvert la drogue lors de la fouille réalisée à l'issue du parloir. Jugés hier au tribunal correctionnel, les deux hommes ont chacun écopé d'une peine de prison sieurs mois de prison.

«Tout commence par cette volonté du directeur et de moi-même de faire cesser la prolifération de produits stupéfiants dans la maison d'arrêt», a affirmé hier, Karline Bouisset, procureur de la République, au tribunal correctionnel de Foix.

Le détenu mord puis tente d'étrangler un surveillant du centre pénitentiaire de Val de Reuil

L’agression s’est produite ce vendredi matin au moment d’une fouille corporelle dans la cellule du détenu. 

Archive © France 3 Normandie

Selon le SPS (Syndicat Pénitentiaire des Surveillants), un surveillant du centre pénitentiaire de Val de Reuil dans l’Eure, aurait été victime d'une agression dans le cadre de son activité.

BEAUVAIS - La colère des gardiens, trois mois après l’ouverture de la prison

Premier blocage du nouveau centre pénitentiaire de Beauvais, vendredi 26 février matin. Les surveillants dénoncent déjà leurs conditions de travail et la gestion de l’établissement.

mouvement social au centre pénitentiaire de Beauvais (3)

Ici, c’est tout pour les voyous, rien pour le personnel. » François Raimondi, surveillant pénitentiaire, résume ainsi la situation des gardiens de la nouvelle prison de Beauvais.

vendredi 26 février 2016

Deux jihadistes condamnés à 5 et 6 ans de prison

Deux Avignonnais qui étaient partis en Syrie en 2014 rejoindre Oumar Diaby, considéré comme le premier recruteur de jihadistes français, ont été condamnés vendredi à cinq et six ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris.

Deux jihadistes qui ont passé deux mois en Syrie condamnés à 5 et 6 ans de prison - Vendredi 26 Février 2016

Cette peine est assortie d'une période de sûreté des deux tiers. Le parquet avait requis six et sept ans de prison.

Les surveillants bloquent l’accès à la nouvelle prison de Beauvais

Dure journée pour Christophe Loy. En plus d’une grosse fuite d’eau qui a en partie inondé l’un des bâtiments de détention, le directeur du nouveau centre pénitentiaire de Beauvais a dû faire face à un premier mouvement social, ce vendredi.

Beauvais, ce vendredi. Le mouvement pourrait être reconduit à l’issue d’une réunion prévue mercredi prochain, à Lille (Nord).

Répondant à l’appel des organisations syndicales SNP-FO, Ufap-Unsa et CFTC, les surveillants ont bloqué l’accès à l’établissement dès 6 heures du matin, faisant exception pour les familles qui se rendaient aux parloirs.

Albi - Il agresse 2 surveillants de prison avec un cutter

Seul dans sa cellule depuis 6 ans à la prison de Béziers, il a pris certaines habitudes.

Et lorsqu'il apprend, lors de son transfert à la maison d'arrêt d'Albi dans le cadre de son procès en assises pour un braquage, qu'il va devoir partager sa cellule, Alfonso M, 32 ans, n'apprécie pas du tout.

Il échafaude un plan tordu pour provoquer les surveillants pénitentiaires et se faire placer au «mitard». Le 9 septembre 2015, il passe à l'acte, en provoque un, le saisi par le col en brandissant un cutter constitué de 2 lames de rasoir et agresse un second venu à la rescousse.

Prison: "Presque chaque détenu possède un portable, certains en ont plusieurs"

Un détenu de Béziers qui s'est filmé en direct de sa cellule, via l'application Periscope de son téléphone, a écopé de six mois de prison supplémentaire. Pourtant, il n'est pas rare de trouver des téléphones portables en prison.

La très grande majorité des détenus utilisent un téléphone portable pour garder contact avec leurs proches. Ici, un vue de l'intérieur de la prison des Baumettes, le 6 mars 2013 à Marseille.

Arthur, journaliste et ancien surveillant pénitentier, assure même qu'il y en a autant que de prisonniers.

Meaux : les surveillants de la prison en colère après l’évasion d’un détenu surnommé “l’anguille”

La semaine dernière, mercredi 17 février, un détenu de la prison de Meaux-Chaconin s’est évadé. Hospitalisé en psychiatrie à l’hôpital de Meaux (Seine-et-Marne) contre l’avis des surveillants pénitentiaire, il en a profité pour se faire la belle.

prison de Meaux-Chauconin

Cet homme de 28 ans, originaire de Coulommiers, n’est pas un enfant de cœur. Il purgeait plusieurs peines de prison ferme à Meaux pour extorsion, détention de stupéfiants et était en attente d’un autre jugement pour vol à main armé.

L'affaire de l'ex-directeur de la MA d Versailles portée à l'écran

Le film "Éperdument" sort le 2 mars prochain avec à l'affiche Adèle Exarchopoulos et Guillaume Gallienne. L'histoire d'un amour toxique entre un directeur de prison et une détenue.


Éperdument, c’est l’histoire d’une passion vénéneuse, d’un amour toxique, entre un directeur de prison et une de ses détenues. Rien ne devait les réunir, plus rien ne peut les séparer, ni le délit commis par la jeune femme, ni la famille de cet homme comme envoûté. La force d’Éperdument est de se concentrer sur une relation impossible et interdite. Guillaume Gallienne s’impose dès les premières scènes.

Le tout nouveau centre pénitentiaire de Beauvais bloqué par ses surveillants

Beauvais a troqué sa vieille prison contre un centre flambant neuf. Il n'est pas encore entièrement occupé, mais les gardiens se plaignent déjà de leurs conditions de travail.

Le centre pénitentiaire de Beauvais est bloqué depuis ce matin © France 3 Picardie

Une cinquantaine d'entre eux a bloqué le site, ce matin.

Avec des pneus et des palettes, depuis 7 heure du matin, les surveillants pénitentiaires de Beauvais (Oise) montrent leur colère. Personne ne passera. Ils bloquent toutes les sorties et les arrivées des détenus et des familles.

Periscopegate : même en prison, les réseaux sociaux sont à la mode

La Pénitentiaire, une Administration complètement à la ramasse qui a plusieurs guerres de retard...

Après Facebook, c’est sur Periscope que des vidéos de détenus jouant aux caïds ont fuité. Ces images nous rappellent que oui, la 4G entre dans les prisons. Lesquelles sont toujours débordées.
Centre pénitentiaire de Béziers (vue aérienne)

Luciano est un jeune comme les autres. Quand il est seul, il filme ses soirées en direct sur Periscope, et fait le zozo. Sauf que Luciano est en prison.

Comme Serge Aurier, il s’est fait avoir par cette application de vidéo live développée par Twitter.

Patrick Henry saura le 31 mars s'il est libéré

La cour d'appel de Paris a ce jeudi mis en délibéré au 31 mars prochain la demande de libération conditionnelle du meurtrier du petit Philippe Bertrand.

BEP/Ouest France

Dans un peu plus d’un mois, Patrick Henry, actuellement détenu à la prison de Melun, saura si la Cour d’appel accepte sa demande de libération conditionnelle.

A 62 ans, celui dont les trois précédentes demandes de libération avaient été refusées, a obtenu une libération conditionnelle prononcée par le tribunal d’application des peines de Melun, le 7 janvier dernier.

Beauvais : les voisins en colère de la prison attendent des solutions

Mercredi soir, à la Maison des jeunes et des associations de Saint-Jean, à Beauvais, une soixantaine de personnes sont venues témoigner de leur exaspération face aux nuisances sonores dont elles sont victimes depuis l’ouverture de la nouvelle prison, en décembre dernier.

Beauvais, le 15 janvier. A la suite d’une pétition lancée pour dénoncer les nuisances générées par la nouvelle prison et signée par une soixantaine de personnes, une réunion de concertation a été organisée par la mairie et la préfecture.

La réunion était coorganisée par la ville et la préfecture à la suite de la pétition signée par une soixantaine d’habitants de la zone pavillonnaire située en face du centre commercial Jean-Rostand, à Saint-Jean, à quelques centaines de mètres du nouveau centre pénitentiaire.

La maison d'arrêt d'Amiens sécurisée davantage après l'évasion de trois détenus

Une évasion à "l'ancienne" qui avait fait beaucoup de bruits. En novembre dernier, trois détenus se sont fait la belle de la maison d'arrêt d'Amiens.

Trois détenus se font la belle de la maison d'arrêt d'Amiens

La sécurité de l'établissement avait été mise en cause. Depuis le nécessaire a été fait assure la CGT.

La maison d'arrêt a remis en état l'éclairage dans les murs, les caméras équipées de détecteur de personnes ont été directement reliées au poste de commandement.

Deux-Sèvres - Ils agressent le directeur adjoint des services pénitentiaires

Un Bressuirais âgé de 19 ans a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Niort à 18 mois de prison dont 12 avec sursis pour avoir agressé à son domicile le directeur adjoint du Service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) du nord des Deux-Sèvres.

Le 22 août 2015, ce dernier avait eu le « malheur » de demander, depuis la fenêtre de son domicile, vers 2 h dans la nuit, au Bressuirais en question ainsi qu'à son frère et son cousin, de faire moins de bruit.

jeudi 25 février 2016

La privatisation rampante des prisons françaises

En France, plus d’un tiers des prisons sont en partie gérées par des grands groupes privés. Le mouvement de privatisation du système carcéral, entamé il y a trois décennies, prend toujours plus d’ampleur.


De la gestion des repas à l’accueil des familles, de la construction des maisons d’arrêt au travail pénitentiaire, une poignée d’entreprises se sont saisies de ce nouveau marché lucratif.

L’État débourse près de six milliards d’euros par an pour payer leurs services, sans que les bénéfices d’une gestion privée soient démontrés.

Rachide Boubala, le détenu qui "emmerde" les prisons

Incarcéré en 1996 pour un braquage raté, Rachide Boubala ne doit maintenant pas être libéré avant 2037.

Le mur d'enceinte extérieure d'une prison (Photo d'illustration).

Et sa fâcheuse manie de projeter ses excréments sur les surveillants et d'en maculer les murs de sa cellule lui a déjà valu de changer de prison plus de 90 fois.
 
Il a perdu sa liberté le 6 septembre 1996, un mois et un jour avant ses 20 ans.

Des imprimantes 3D dernier cri en prison

L’association « Ensemble contre la récidive » lance une première en France : des cours d’imprimantes en 3-D dernière génération dans une prison pour femmes, sous forme de « fab-lab ».


C’est la nouvelle forme d’apprentissage de pointe, venue des Etats-Unis : le « fab-lab », contraction de « fabrication laboratory », une méthode inventée au célèbre MIT de Boston qui consiste à mettre à disposition du public des ordinateurs et des imprimantes 3-D dernier cri pour la conception d’objets numériques.

Saint Mihiel - 16 interpellations après des parachutages en prison

Des complices envoyaient aux détenus des colis, notamment par-dessus le mur de la prison.

Le couloir d'une prison (illustration)

Le procureur de Bar-le-Duc (Meuse) a annoncé mercredi 24 février que 16 personnes, dont 10 détenus du centre de détention de Saint-Mihiel, ont été interpellées lundi après plusieurs mois d'enquête sur un trafic entre des prisonniers et des proches. Deux techniques étaient utilisées. Des colis étaient envoyés "par parachutage", c'est-à-dire qu'ils étaient lancés par-dessus le mur de l'établissement. L'autre méthode consistait à faire parvenir divers produits lors de visites au parloir.

Après 40 années de prison, Patrick Henry libéré?

La demande de libération conditionnelle de Patrick Henry, condamné à perpétuité pour le meurtre d'un enfant en 1977, est examinée jeudi par la cour d'appel de Paris.

En 2002, Patrick Henry (à droite) avait été arrêté en Espagne en possession de drogue, brisant les conditions de sa liberté conditionnelle.                                                                                                      
Cette requête avait été acceptée par la justice en janvier avant que le parquet ne fasse appel.

"La France a peur." Ces mots du journaliste Roger Gicquel, prononcé au lendemain de l'arrestation de Patrick Henry, a hanté tout un pays en 1977.

Polynésie - Départ en formation des futurs surveillants de la prison de Papeari

Le premier groupe de futurs surveillants pénitentiaires polynésiens a pris l'avion très tôt ce mercredi matin, en direction de la métropole.

Crédit : Tahiti Nui Télévision

Ils partent pour 8 mois de formation. Entre déchirement et fierté... les "au-revoir" ont été difficiles et l'émotion était palpable.     

« Maton, j’ai dénoncé des violences. On me l’a fait payer »

 Il y a près de 10 ans, Éric Tino, alors surveillant pénitentiaire, assistait au tabassage d'un détenu par deux de ses collègues. Après avoir dénoncé cette agression, il est devenu "la balance".


Dans son livre "Moi, maton, j'ai brisé l'omerta", paru le 25 février aux éditions du Moment, il raconte cette expérience et les terribles conséquences qu'elle a eu sur sa vie.

mercredi 24 février 2016

Six mois de prison supplémentaires pour le détenu qui s'était filmé dans la prison de Béziers

Un détenu de la prison de Béziers s'était filmé dans sa cellule et avait diffusé les images en direct sur internet via l'application Periscope. Il était jugé ce mercredi 24 février, en comparution immédiate : six mois de prison supplémentaires.

Centre pénitentiaire de Béziers.

Un détenu du centre pénitentiaire de Béziers s'était filmé dans sa cellule avec son téléphone portable. Il avait diffusé ces images en direct sur le web avec l'application Periscope. Le jeune homme de 22 ans purge actuellement une peine de quatre ans de prison pour vol aggravé.

St Mihiel - Alcool, téléphones... : 16 interpellation pour des "parachutages" dans une prison

Un trafic entre des 10 détenus et leurs proches s'était organisé à la prison de Saint-Mihiel, dans la Meuse

Après plusieurs semaines d'enquête, les enquêteurs ont mis au jour un trafic.

Seize personnes devaient être présentées à la justice, dont certaines ce mercredi, pour avoir fait entrer notamment des stupéfiants au centre de détention de Saint-Mihiel (Meuse).

Le détenu s’était pendu à la prison de Liancourt, sa famille réclame 350 000

Les parents et le frère d’Olivier ne peuvent pas se résoudre à la perte de leur proche.

Liancourt. La famille d’un détenu, qui s’était suicidé dans sa cellule du centre pénitentiaire de Liancourt en août 2012, a mis en cause sa surveillance et a engagé une procédure devant le tribunal administratif pour obtenir un préjudice moral.

Ils ont décidé d’attaquer devant le tribunal administratif d’Amiens (Somme) le ministère de la Justice, le centre hospitalier spécialisé interdépartemental de Clermont et le groupe hospitalier public du sud de l’Oise.

Portables en prison : les surveillants désemparés

Quelque 31.094 téléphones portables et accessoires (puces, chargeurs), ont été saisis en France en 2015, contre 27.574 en 2014.

Portables en prison : les surveillants désemparés

L'objet est strictement interdit en détention mais des milliers de prisonniers l'utilise tous les jours depuis leur cellule. Quelque 31.094 téléphones portables et accessoires (puces, chargeurs), ont été saisis en France en 2015, contre 27.574 en 2014.

Brouillage, téléphones filaires... : comment (vraiment) contrôler les portables en prison ?

Un détenu du centre pénitentiaire du Gasquinoy, à Béziers, a discuté en direct avec des internautes via l'application mobile Periscope. Face à cette provocation, le ministre de la Justice a estimé ce mardi qu'il fallait "brouiller" les portables dans les prisons.

Pour un représentant syndical, il faudrait plutôt repenser totalement le système de téléphonie pour les prisonniers.

Portiques, fouilles, brouilleurs…les solutions pour lutter contre le portable en prison

Il faut «brouiller» les téléphones dans les prisons a déclaré le ministre de la justice mardi matin. 30.000 appareils ont été saisis en 2015. Plusieurs pistes existent pour mieux faire appliquer l'interdiction.

Des cabines télphoniques ont été mis à disposition des détenus dans les prisons. 30.000 portables ont été saisis en 2015.

Le téléphone portable est interdit en prison par voie réglementaire. Pourtant, l'an dernier ce sont près de 30.000 appareils qui ont été saisis par l'administration pénitentiaire, selon les chiffres rappelés ce matin par le ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas.

Urvoas veut brouiller les portables en prison: "Cela n'empêchera pas les substances illicites d'entrer"

Il faut "brouiller" les téléphones portables dans les prisons, a déclaré mardi le nouveau garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, après la diffusion par un détenu, en direct sur internet, d'images filmées dans sa cellule de Béziers. Une proposition loin de convaincre les surveillants de prison.
 
Jean-Jacques Urvoas veut brouiller les portables en prison

Il faut "brouiller" les téléphones portables dans les prisons. C’est ce qu’a affirmé ce mardi, sur Europe 1, le nouveau garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, rappelant que 30.000 appareils avaient été récupérés dans les prisons en 2015. .

Vidéo d'un détenu sur Internet: et si les portables étaient autorisés dans les prisons?

Au lendemain de la diffusion d'une vidéo d'un détenu de la maison d'arrêt de Béziers sur Periscope, la coordinatrice de l'Observatoire international des prisons préconise d'autoriser les téléphones portables dans les établissements. Les surveillants s'y opposent fermement.

Les syndicats dénoncent des problèmes de sécurité pour les surveillants mais aussi pour les victimes.

Autoriser les téléphones portables dans les prisons, une idée qui revient sans cesse. Au lendemain de la diffusion sur l'application Periscope d'une vidéo d'un détenu tournée à l'intérieur de sa cellule la maison d'arrêt de Béziers, certains y pensent à nouveau.

Un détenu agresse 2 surveillants et un moniteur sportif à la maison d'arrêt de Tours

Un détenu, fou de rage lorsqu'il a appris qu'il n'y aurait pas de football dans la cour, a agressé deux détenus mardi midi et le moniteur sportif.


L'incident a été révélé par le syndicat pénitentiaire des surveillants.

Mardi midi, la météo n'était pas idéale pour jouer au football dans la cour, contrairement à ce qui était prévu.

mardi 23 février 2016

Portables en prison : Jean-Jacques Urvoas monte au créneau

Le ministre, qui réagissait à la vidéo d'un détenu discutant avec des internautes à l'aide de son portable, veut faire "brouiller" les téléphones.

Jean-Jacques Urvoas était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, ce mardi, sur Europe 1.

Après la diffusion sur le Net d'une vidéo mettant en scène un détenu du centre pénitentiaire de Béziers en train de fumer un joint dans sa cellule, Jean-Jacques Urvoas a déclaré, ce mardi au micro d'Europe 1, qu'il était favorable au « brouillage » des portables dans les prisons.

Vidéo d'un détenu sur internet : "Une réalité plus difficile qu'il n'y paraît" (Observatoire international des prisons)

La vidéo tournée par un détenu de la prison de Béziers est le fait d'un "jeune homme qui cherche à bomber le torse face à une réalité bien plus difficile qu'il n'y paraît", a déclaré ce mardi sur France Info Delphine Payen-Fourment, coordinatrice de l'Observatoire international des prisons (OIP) pour la région Sud-Ouest.

Sur les images diffusées en direct sur l'application Periscope, ce détenu de 22 ans assure notamment que la prison "est un petit club Med" et qu'il possède une chaîne hi-fi ou encore une console de jeu.

CENTRE DE DÉTENTION DE MONTMÉDY : « ON VA TOUT PÉTER »

Qui donc a passé ces coups de fil de la prison de Montmédy à la gendarmerie de la Meuse dans la nuit du 17 au 18 février. Mais aussi le 20 janvier ?


C’est à cette question que le tribunal de Verdun devait répondre lundi soir. Quatre prévenus faisaient l’objet d’une comparution immédiate. Tous détenus. Deux incarcérés dans une cellule et deux dans celle d’à-côté.

Béziers - Le détenu qui s'est filmé dans une prison sera jugé mercredi

Le détenu qui s'est filmé dans sa cellule de la prison de Béziers et a diffusé les images en direct sur Internet via l'application Periscope sera jugé ce mercredi.

Le détenu qui s'est filmé dans sa cellule de la prison de Béziers et a diffusé les images en direct sur Internet via l'application Periscope sera jugé ce mercredi. 

Le jeune homme de 22 ans, qui purge une peine de quatre ans de prison pour vol aggravé, sera poursuivi pour recel d'un objet irrégulièrement introduit dans un établissement pénitentiaire - en l'occurrence un téléphone portable -, a indiqué le procureur de Béziers, Yvon Calvet.

Téléphones en prison : 16 interpellations dans la Meuse

Les enquêteurs ont mis au jour un système organisé de "parachutage", c’est-à-dire de projection de matériel par-dessus les enceintes du centre pénitentiaire de Saint-Mihiel, dans la Meuse.

Téléphones en prison : 16 interpellations dans la Meuse

Seize personnes ont été interpellées lundi matin par les gendarmes, pour avoir fourni ou s’être procuré des téléphones et de la drogue dans le centre pénitentiaire de Saint-Mihiel, dans la Meuse, selon les informations recueillies par Europe 1.

Un détenu de la prison de Meaux-Chauconin s'évade du service psychiatrique de l'hôpital

Un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin a profité de sa prise en charge à l'hôpital meldois pour s'évader, mercredi 17 février. Il est toujours en cavale.

L'homme avait été placé en détention provisoire dans une affaire de braquage.

Un détenu de la prison de Meaux-Chauconin, âgé de 28 ans, s’est évadé, mercredi 17 février, alors qu’il était pris en charge par le service psychiatrique de l’hôpital de Meaux depuis trois jours.

Un détenu se suicide à la prison de Bapaume

Un détenu s'est suicidé dans sa cellule dans la nuit de dimanche à lundi, au centre de détention de Bapaume.

Le centre de détention de Bapaume. © MAXPPP

Ce détenu, qui effectuait une longues peine, a été découvert pendu dans sa cellule lundi matin, a-t-on indiqué à la direction de l'administration pénitentiaire (DAP). Il a utilisé une rallonge électrique, selon une source proche du dossier.

Grand Nord: Deux suicides de détenus en un week-end dans des prisons de la région

Deux détenus de deux prisons différentes de la région se sont donné la mort dans la nuit de dimanche à lundi…

Deux suicides en un week-end dans les prisons du Nord-Pas-de-Calais-Picardie (illustration).

Triste série. Dans la nuit de dimanche à lundi, deux détenus se sont suicidés dans leur cellule. L’un était incarcéré au centre de détention de Liancourt (Oise) et l’autre dans celui de Bapaume (Pas-de-Calais).

Suicide d’un détenu à la prison de Liancourt

Un détenu âgé de 25 ans a été retrouvé pendu dans sa cellule du centre de détention de Liancourt, ce lundi matin, peu après 8 heures.

Liancourt. L’homme était suivi pour des troubles psychiatriques mais n’avait pas de tendance suicidaire.

Selon l’administration pénitentiaire, ce détenu était suivi pour des troubles psychiatriques mais n’avait pas de tendance suicidaire.

Vidéo d’un détenu de Beziers sur internet : délégué CGT « très peu surpris »

Karim Terki, agent pénitentiaire à Béziers et délégué CGT, a réagi ce lundi sur France Info à la vidéo d’un détenu postée sur internet.

Via l’application Périscope, on y voit ce prisonnier comparer la prison à "un petit club Med".

 "Malheureusement je suis très peu surpris, a déclaré Karim Terki, il n’est pas loin de la vérité !

Béziers : garde à vue pour le détenu qui a discuté, joint à la main, avec des internautes grâce à Periscope

Dans la nuit de samedi à dimanche, il a dialogué avec des internautes à l'aide de son téléphone portable.

Le centre pénitentiaire du Gasquinoy à Béziers (Hérault), le 11septembre 2013. 

Serge Aurier a fait des émules. Un dénommé Luciano s'est lui aussi essayé à l'application Periscope, qui permet de diffuser des images en direct grâce à un smartphone. Ce dernier n'est pas aussi célèbre que le défenseur du PSG, mais il a la particularité d'être détenu centre pénitentiaire du Gasquinoy, à Béziers (Hérault).

Le garde des Sceaux veut "brouiller" les portables en prison

Il faut "brouiller" les téléphones portables dans les prisons, a déclaré mardi le nouveau garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, après la diffusion par un détenu, en direct sur internet, d'images filmées dans sa cellule de Béziers.

"Il faut avoir une technologie particulière" mais "il faut les brouiller", a-t-il dit sur Europe 1, rappelant que 30.000 appareils avaient été récupérés dans les prisons en 2015.

lundi 22 février 2016

Deux détenus d'Argentan condamnés à de la prison ferme pour recel de portable

Le tribunal correctionnel d'Argentan a, le mardi 9 février 2016, condamné à de la prison ferme deux prévenus pour recel de téléphones portables durant leur incarcération.

Les deux détenus étaient jugés dans deux affaires différentes (Photo d'illustration)

Dans une première affaire, il était reproché à un détenu actuellement en semi-liberté un recel de bien provenant d’un délit commis le 2 mars 2015. Lors d’une fouille de sa cellule, les surveillants avaient trouvé un téléphone portable et son chargeur dissimulés dans un paquet de sucre.

L'avocate de Patrick Henry : "Au-delà de 20 ans de prison, cela n’a plus de sens"

INTERVIEW - Me Carine Delaby-Faure défend le détenu le plus connu de France. En 1977, Patrick Henry échappe à la peine de mort. Libéré en 2001, il replonge... Jeudi, il espère sortir après 38 ans derrière les barreaux.


Le 22 août 2002, Patrick Henry comparaît devant le tribunal correctionnel de Caen pour le vol d’objets de bricolage dans une grande surface


Pensez-vous que votre client obtiendra sa libération conditionnelle?
Patrick Henry a passé 38 années en prison. Et je vous assure que les experts sont unanimes : il n’est atteint d’aucune pathologie psychiatrique. C’est aujourd’hui un homme de 62 ans, arrivé au bout d’un processus. Il n’y a plus d’obstacle à sa sortie, si ce n’est qu’il reste un symbole : celui de l’abolition de la peine de mort, de"la France a peur" de Roger Gicquel. Si on ne laisse pas sortir maintenant, il ne sortira jamais.

Caen - Recherché, il vient former des surveillants en prison

Christophe Naudin, qui aurait participé à l'évasion des pilotes, dans l'affaire Air cocaïne, était à la maison d'arrêt le 13 janvier. Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt.

Christophe Naudin est parvenu à entrer dans la maison d'arrêt de Caen pour former les surveillants alors qu'il faisait l'objet d'un mandat européen avant d'être arrêté par les autorités égyptiennes.

" On a le sentiment que n'importe qui peut entrer dans la maison d'arrêt ", s'offusque un surveillant de la prison de Caen. Pourquoi un tel agacement de la part du secrétaire local du syndicat UFAP-UNSa Justice ?

Un détenu se vante de sa cellule d'être au club Med

Un détenu au centre pénitentiaire du Gasquinoy, à Béziers (Hérault), prénommé Luciano, s'est essayé à l'application Periscope, qui permet de diffuser des images en direct grâce à un smartphone. 

La prison de Béziers, un centre de vacances? Photo CC/Jeroen KOMEN

Il s'est ainsi filmé depuis sa cellule en racontant son quotidien et en se vantant d'avoir accès à de l'alcool et du cannabis !

Caen - À la Maison d'arrêt, le formateur était sous le coup d'un mandat d'arrêt international !

Arrêté le 4 février en Égypte dans le cadre de l'affaire "Air Cocaïne", Christophe Naudin est venu dispenser une formation de sécurité à la Maison d'arrêt, le 13 janvier 2016.

Cae-prison-2-470x312-630x01.jpg

L’homme se présente comme “criminologue, docteur de la Sorbonne, chercheur enseignant pour l’Université Paris II Panthéon-Assas.” Formateur dans le domaine de la sécurité pour la police et la gendarmerie nationale, Christophe Naudin intervient également pour l’administration pénitentiaire, via sa société CAPS Training.

Liancourt : le livre choc de l’ancien surveillant pénitentiaire

La « balance », le « traître », c’est lui. Eric Tino, 40 ans, ancien surveillant pénitentiaire, a dénoncé deux de ses collègues pour des violences commises sur des détenus, au centre pénitentiaire de Liancourt.

Illustration.  La prison de Liancourt est au cœur du livre « Moi, maton, j’ai brisé l’omerta », qui sort ce jeudi. L’auteur, Eric Tino, ancien surveillant, a dénoncé deux de ses collègues pour des violences, en 2006. Il raconte la descente aux enfers qui a suivi son témoignage.

C’était il y a dix ans. Pour Eric Tino, c’était hier. Dans un livre à paraître ce jeudi, il brosse un portrait au vitriol des rapports qu’entretenait une équipe de surveillants avec les détenus de cet établissement.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...