-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

jeudi 20 octobre 2016

Nantes - Un prévenu « heureux » d'aller en prison

En prison, "t'es logé, nourri, chauffé, personne ne te dérange". Un prévenu visiblement satisfait d'aller en maison d'arrêt a été condamné, mercredi, pour des cambriolages dans l'agglo nantaise.

L'homme a été condamné pour plusieurs cambriolages dans l'agglo nantaise.

À l'écouter, la prison, c'est un hôtel quatre étoiles. Ce prévenu original en parle tellement bien que le président de la chambre des comparutions immédiates a accordé qu'il pourrait tourner « un clip de promotion de la maison d'arrêt. ».



Celui qui a fait des séjours en prison tous les ans depuis 2004 l'a dit et redit : « T'es logé, nourri, chauffé, personne ne te dérange. T'as ta cellule, tu te douches tous les jours, tout est propre. Et l'écran plat... » (CQFD)

Liens commerciaux :



La police l'a interpellé le mois dernier alors qu'il commettait un cambriolage juste en face du commissariat de Waldeck-Rousseau. Ce jour-là, il y était justement convoqué... Sans complexe, il a dénoncé spontanément une liste impressionnante d'autres lieux de cambriolage sur lesquels ont été retrouvées ses empreintes.

« Quand je vole, je me sens un peu mieux »

Entre juillet et septembre 2016, à Nantes, Saint-Herblain, Rezé, Saint-Sébastien-sur-Loire et Orvault, le SDF de 30 ans a volé une pharmacie, une mairie, un cabinet dentaire, un restaurant, un pressing, un salon de coiffure et même des pompes funèbres.

« C'est dans mon sang, je suis kleptomane. Quand je vole, je me sens un peu mieux. Si vous me laissez dehors, je recommence tout de suite, a-t-il averti. J'ai volé un scooter et j'ai peur d'être tué. L'autre jour, je me suis ouvert le visage en brisant une vitre. Une autre fois, je me suis coupé un doigt ! C'est trop risqué... Si vous ne me protégez pas, qui le fera ? »

Le prévenu refuse de suivre ses soins à moins d'être interné à l'hôpital psychiatrique... qui, lui, refuse de servir de lieu d'hébergement. Face à cette situation, les magistrats sont démunis.

« En prison, il y est effectivement bien, il est sursocialisé, a regretté le ministère public. Il a ses habitudes. Et le risque en le plaçant en foyer est qu'il commence à piquer dans les tables de nuit des autres. » Ce prévenu pas comme les autres est parti avec délectation pour huit mois en prison, se régalant en pensant à l'atelier pâtisserie du lendemain.

Ouest-france

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...