-

The End... ou encore ?

Voilà, c'est fait : nous sommes au million de pages vues (et l'avons même dépassé) ! Objectif atteint... Comme annoncé, je vais...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

jeudi 6 avril 2017

Fresnes : 200 000 € débloqués pour la prison, les surveillants ne désarment pas

C’est un début, mais ils ne sont pour autant pas prêts à rendre les armes.


Suite à leur manifestation de mercredi soir, à l’appel de Force Ouvrière, les surveillants de la prison de Fresnes ont été reçus par le directeur interrégional du service pénitentiaire de Paris, le directeur de l’établissement, et le directeur de cabinet du préfet.


Et ont obtenu le déblocage d’une enveloppe de 200 000 €, destinée à « sécuriser le domaine ». Une somme qualifiée de « pas énorme » par le secrétaire local du syndicat.

Liens commerciaux :



« Ils nous ont également promis de désengorger la prison, en transférant des détenus vers des établissements pénitentiaires de province, détaille Thierry. Mais n’ont pas répondu à notre demande de voir un second surveillant affecté à chaque étage de la structure. »

Car c’est bien là la principale revendication des manifestants, qui doivent, à l’heure actuelle, gérer 140 détenus tout seuls. « Le contrôleur général des lieux de privation de liberté a pourtant affirmé que c’était mathématiquement impossible, poursuit Thierry. Mais pour le moment, on nous oppose le manque d’effectifs. »

Mobilisés depuis plusieurs jours — ils avaient déjà manifesté devant la prison de Bois-d’Arcy (Yvelines) lundi et projettent de nouvelles actions les 13 et 20 avril —, les surveillants de toute la région dénoncent la détérioration de leurs conditions de travail et les agressions dont ils sont victimes, y compris en dehors de la prison. L’un d’entre eux a ainsi été tabassé, et a fait l’objet d’une tentative de kidnapping, ce dimanche, devant son domicile du Val-de-Marne.

Ils réclament par ailleurs une revalorisation de leurs salaires. « Tout ce qui touche à l’argent est un peu compliqué, sourit Thierry. Mais si l’on soustrait nos primes à ce que nous touchons chaque mois, nous percevons moins que le Smic. Alors on ne va rien lâcher. »

Le Parisien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...