Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

lundi 3 avril 2017

Le directeur de l'administration pénitentiaire jette l'éponge

Philippe Galli a remis sa démission vendredi soir au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, qui l'a rendue publique dimanche soir. Un départ qui intervient sur fond de crise des prisons et de réorganisation de l'Administration pénitentiaire.

Philippe Galli.

Le directeur de l'administration pénitentiaire, Philippe Galli, a remis sa démission vendredi, a annoncé dimanche soir le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas.


«De sa propre initiative, vendredi 31 mars», Philippe Galli «a présenté sa démission au garde des Sceaux, qui l'a acceptée», a déclaré sobrement ce dernier dans un communiqué.

La Chancellerie ne fournit en revanche aucune indication sur les motifs de ce départ, mais des sources au sein de l'administration pénitentiaire (AP) ont expliqué que Philippe Galli était parti sur un «désaccord» avec le ministre.

Liens commerciaux :




Selon des sources syndicales contactées par Le Figaro, ce proche de Christine Taubira n'était «pas sur la même longueur d'onde que la Chancellerie» et la volonté affichée par cette dernière de reprise en main des prisons.

Plusieurs «bévues» auront donc émaillé son court mandat (un peu plus de six mois). La première aura été l'annonce de la fermeture de la centrale de Clairvaux, dans l'Aube, une décision qui aurait «déplu» à la Chancellerie.

Celle-ci reprocherait ensuite à Philippe Galli une forme de «procrastination» dans la mise en place d'un bureau du renseignement pénitentiaire, grande réforme voulue par l'actuel ministère de la Justice.

Signe manifeste de ces tensions, Jean-Jacques Urvoas n'avait pas jugé bon lors d'un récent déplacement en Polynésie d‘emmener avec lui son directeur pénitentiaire. Des problèmes personnels et judiciaires auraient également contribué à précipiter son départ.

Agé de 60 ans, Philippe Galli, était préfet de la Seine-Saint-Denis depuis trois ans au moment où il a été nommé, le 18 septembre, à la tête de cette administration forte de 38.000 agents qu'il ne connaissait pas.

Son départ intervient qui plus est dans un contexte de crise.

Représentant 50% du budget du ministère de la Justice, les prisons sont sous forte pression en raison notamment d'un nombre record de détenus: 69.430 au 1er mars.

La surpopulation carcérale est tellement critique que le 29 mars dernier, la directrice de la prison de Villepinte (Seine-Saint-Denis), Léa Poplin, avait écrit aux tribunaux pour leur demander de ne plus lui envoyer de détenus, alors que son établissement accueille un peu plus de 1.100 prisonniers pour 580 places.

Le ministre de la Justice doit se voir remettre mardi le Livre blanc sur les prisons rédigé par la commission présidée par l'ex-sénateur de droite Jean-René Lecerf.

«À compter du prochain conseil des ministres qui se prononcera sur ce point, l'intérim sera assuré par Stéphane Bredin, actuel directeur adjoint de l'administration pénitentiaire», a ajouté Jean-Jacques Urvoas dans son communiqué...

Lire la suite sur Le Figaro

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...