Je ferme !

Cela fait bientôt 4 ans que je retranscris l'Actu Pénitentiaire sur ce blog. Une intention qui n'avait (et n'a toujours) qu'...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 3 avril 2017

Le directeur de l’administration pénitentiaire claque la porte

Cette démission, dont « Le Monde » a été informé, sonne comme un désaveu pour le garde des sceaux.

A la prison des Baumettes, à Marseille le 9 décembre. 69 430 prisonniers étaient détenus dans les prisons françaises au 1er mars 2017, un record.

Philippe Galli, nommé le 18 septembre par le gouvernement comme directeur de l’administration pénitentiaire a demandé à quitter son poste sur fond de désaccord profond avec le cabinet du ministre de la justice.


Dans un courrier adressé vendredi 31 mars à ses plus proches collaborateurs, l’ancien préfet explique que « les conditions de confiance et de respect [ne sont] plus réunies », a-t-on appris de bonne source.

Liens commerciaux :



Il a demandé au garde des sceaux, Jean-Jacques Urvoas, de mettre fin à son détachement de la préfectorale, nous confirme l’entourage de M. Galli. Le ministre a accepté cette démission qui sonne comme un désaveu, à quelques heures de la remise, mardi 4 avril, du Livre blanc sur la pénitentiaire.

Le ministère de la justice, qui n’a pas officiellement précisé le motif de la démission, annonce que « l’intérim sera assuré par Stéphane Bredin, actuel directeur adjoint de l’administration pénitentiaire ».

M. Bredin, lui aussi issu de la préfectorale, avait été nommé en février par M. Urvoas à ce poste de directeur adjoint, rompant avec la tradition selon laquelle l’un des deux principaux dirigeants de l’administration pénitentiaire était toujours issu de la magistrature.

« Doublé » par le cabinet du ministre

Philippe Galli, âgé de 60 ans, était préfet de la Seine-Saint-Denis depuis trois ans au moment où il a rejoint cette administration forte de 38 000 agents qu’il ne connaissait pas. Premier poste budgétaire du ministère de la justice, les prisons sont sous forte pression en raison notamment d’un nombre record de détenus (69 430 au 1er mars).

Affichant sa volonté de prendre quelques semaines pour bien comprendre la pénitentiaire avant d’y imposer sa direction, M. Galli s’est fait, selon nos informations, « doubler » à plusieurs reprises par le cabinet du ministre, et notamment son conseiller spécial Floran Vadillo.

Dernier événement en date, le mouvement social aux Baumettes, où les syndicats réclament davantage d’effectifs à quelques semaines de l’ouverture de la nouvelle maison d’arrêt de Marseille, Baumettes 2.

Après un mouvement de protestation le 9 mars, les représentants syndicaux ont obtenu un rendez-vous le 29 mars avec le cabinet du ministre, sans que M. Galli soit associé. Vingt postes de fonctionnaires supplémentaires ont été accordés et l’ouverture des Baumettes 2 a été repoussée d’un mois, conformément à la demande des syndicats.

Cette démission, et les mots très durs qui la justifient, intervient alors que les maisons d’arrêt d’Ile-de-France sont saturées. La directrice de Villepinte a ainsi annoncé le 29 mars qu’elle n’était plus en mesure d’accueillir un seul détenu de plus.

Plusieurs hauts cadres de l’administration pénitentiaire sont sous le choc. Ils étaient réunis pendant deux jours à Rennes jeudi 30 et vendredi 31 mars avec Philippe Galli pour un séminaire de travail.

Départ fracassant

Dans cette administration où les relations syndicales sont particulièrement rugueuses, le conseiller spécial du garde des sceaux M. Vadillo, a très tôt pris ce dossier à bras-le-corps. Les responsables syndicaux se sont d’ailleurs félicités de sa disponibilité dès le début 2016, alors qu’Isabelle Gorce était encore directrice de l’administration pénitentiaire.

Des habitudes ont été prises, avec parfois des contacts directs court-circuitant les directions de l’administration centrale. Ainsi, il est arrivé que M. Vadillo intervienne personnellement dans des transferts de détenus entre établissements réclamés par des syndicats. « Jamais le cabinet d’un garde des sceaux n’était auparavant intervenu jusqu’à ce niveau », témoigne un des collaborateurs de M. Galli.

Certains voient d’ailleurs dans la prochaine nomination de Jimmy Delliste, le directeur de la prison de Nanterre et secrétaire général de FO-Direction pénitentiaire, - le premier syndicat parmi les directeurs-, à la sous-direction des métiers de l’administration pénitentiaire une illustration de cette gestion négociée par le cabinet du ministre avec les syndicats. Le poste était vacant après, là encore, une démission.

Jean-Jacques Urvoas, qui avait jusqu’ici été considéré comme un ministre ayant bien géré les urgences de sa mission, se trouve indirectement mis en cause avec cette démission fracassante. Le gouvernement se serait bien passé d’un tel clash à trois semaines de l’élection présidentielle.


Le Monde

2 commentaires:

  1. Je suis solidaire avec Monsieur Philippe Galli, il a le courage et l'honneur des grands Hommes.
    Aux prisons, c'est le moment de réclamer tout et n'importe quoi, c'est bientôt les élections, et vos demandes seront accordées facilement.
    Des postes de planqué créés dans une nouvelle prison est inadmissible, à suivre

    RépondreSupprimer
  2. Pourtant, à ne rien comprendre, il manque du personnel et on offre 20 postes qui viennent en complément des X postes de planquer.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...