-

The End... ou encore ?

Voilà, c'est fait : nous sommes au million de pages vues (et l'avons même dépassé) ! Objectif atteint... Comme annoncé, je vais...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 12 mai 2017

Le prisonnier crache au visage du surveillant et lui mord le pouce

Incarcéré depuis cinq ans, un homme de 26 ans a été condamné à dix mois de prison ferme pour l'agression d'un surveillant le 26 mars.

Les faits se sont déroulés le 26 mars à la prison de Bois-d'Arcy.

Bijou (26 ans) est incarcéré depuis cinq ans pour divers délits (trafic de stupéfiants, vols aggravés, violences sur policier…). Au total, son casier judiciaire fait mention de quinze condamnations, les premières alors qu’il était encore mineur.


Il devait sortir de prison en novembre prochain et envisageait même de solliciter un aménagement de fin de peine. Tout a changé depuis le 26 mars.

Une simple histoire de cigarette

Liens commerciaux :



Longtemps détenu à la maison centrale de Saint-Maur (Val-de-Marne), où il a successivement décroché son brevet des collèges puis un bac littéraire et avait un emploi, le jeune homme de nationalité congolaise semblait pourtant être devenu un prisonnier presque modèle, armé pour une réinsertion une fois libre.

Transféré en février à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy pour des raisons qui n’ont pas été précisées lors des débats, Bijou comparaissait le mercredi 3 mai devant le tribunal correctionnel de Versailles.

Le 26 mars, il avait entraîné un surveillant de la prison de Bois-d’Arcy dans sa cellule avant de le frapper et de le mordre au pouce. « Vous lui avez aussi craché dessus », a pointé la présidente.

Ce jour-là, le mis en cause avait fait l’impasse sur la cour de promenade. Il avait préféré faire une sieste. À son réveil, il avait demandé à sa victime d’aller lui chercher une cigarette dans une autre cellule. Ce dernier avait accepté.

Mais à 17 h 30, au moment de la distribution des repas, la cigarette n’était toujours pas là. « Il m’a dit d’attendre la fin de la distribution, a raconté Bijou à l’audience. Alors j’ai proposé d’y aller moi-même. Il m’a repoussé avec sa main posée sur ma poitrine. C’était une provocation. » Et d’ajouter, en s’adressant à la présidente. « Je ne suis pas un enfant Madame. »

L’accusé a reconnu avoir attrapé par le col le surveillant puis l’avoir plaqué au sol mais a nié fermement avoir porté des coups et mordu. « Ça fait cinq ans que je suis en prison. Je dois sortir dans six mois. Quel intérêt aurais-je à faire ça ? Tout ça, c’est abusé. De toute façon, depuis que je suis à Bois-d’Arcy, je n’ai que des galères. J’ai demandé un boulot, on me le refuse. Et maintenant on invente une histoire. Le surveillant est malhonnête. » Bijou n’a pas pu compter sur le témoignage de ses codétenus, intervenus pour séparer les deux hommes. Ils ont préféré se taire.

La morsure du surveillant avérée

L’examen médical de la victime ne laisse pourtant aucune place au doute. La morsure est notamment avérée...

Lire la suite sur 78 Actu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...