-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

mardi 2 mai 2017

Prison de Metz : un surveillant frappé

Un jeune détenu de 21 ans a été condamné, ce vendredi, à Metz, à trois mois de prison ferme pour avoir frappé un surveillant de prison.

Quand un type à la réputation de détenu plutôt modèle se met à allonger une droite à un surveillant de prison, c’est tout un tribunal qui finit par douter.

Ce Florangeois emprisonné à Metz-Queuleu, est ainsi passé de discret à agresseur en moins de deux, après avoir agressé l’agent pénitentiaire.


« Quand je lis les dépositions de certains témoins, dites donc, j’ai l’impression que des surveillants sont plus délinquants que surveillants !, a relevé, ce vendredi, la présidente du tribunal correctionnel de Metz. Qu’est ce qui s’est passé au juste ? Tout ça pour une douche ! »

Celle que le détenu souhaitait prendre ce 19 avril dernier, sur les coups de 8 h du matin. Celle qui l’a conduit à poser le drapeau sur la porte de sa cellule, signe d’un appel de surveillant.

« Je n’agresse jamais, sauf pour me défendre. »

Liens commerciaux :



« Je suis plutôt calme et j’ai demandé poliment à pouvoir aller me laver ; on me l’a refusé et c’est tout de suite devenu très tendu. Je n’agresse jamais, sauf pour me défendre. »

Le Florangeois, détenu pour d’autres causes, aurait donc moyennement apprécié d’être jeté au sol et insulté. « Je lui ai mis une gauche qu’il a esquivée, puis une droite qu’il a prise. » Et les témoignages sont légion allant dans son sens. « Sauf qu’ils vous nuisent plus qu’autre chose », a apprécié la présidente. « Car les détenus, eux, disent qu’ils n’ont pas vu de coup porté. Alors à trop vouloir bien faire… »

Le ministère public, lui, place ses doutes ailleurs. La réputation de sage prêtée au prévenu ne le convainc pas : « Vous êtes incarcéré, entre autres, pour des violences aggravées. Et ces sept mentions à votre casier sont bien une réalité ! »

La substitut du procureur réclame six mois de prison assortis d’un mandat de dépôt. Me Arnaud Blanc, pour sa défense, est ulcéré : « Si on écarte certains témoignages, alors on les écarte tous ! Et cessez donc de croire qu’en prison, tout est très manichéen. Non Madame le juge, ça n’est pas comme ça que ça se passe ! Les tensions sont dans tous les rangs et les surveillants n’ont pas toujours parole d’Évangile. ...

Lire la suite sur Le Républicain Lorrain

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...